Graphisme & interactivité  par Geoffrey Dorne

Un retour sur la nouvelle identité du CNRS, la réflexion s’impose !

Hello ! C’est dimanche, et c’est parfait pour un peu de lecture ! Je vous ai beaucoup parlé du nouveau logo du CNRS (ici, ici, et aussi là !) et ce matin sur Mediapart, un article très intéressant à ce sujet. Je vous en fait donc part :

upl6021053273 Un retour sur la nouvelle identité du CNRS, la réflexion s’impose !

“Le Centre national de la recherche scientifique change de logo, cela n’a pas vraiment d’importance direz-vous, pourtant ce changement graphique démontre comment la guerre contre l’intelligence bat son plein dans la France de Nicolas Sarkozy.
Dans un texte,
Chantier identitaire, qui explique la charte graphiqueArnaud Benedetti, directeur de la communication du CNRS écrit : Le changement d’identité visuelle est toujours un moment sensible pour tout établissement. Il bouleverse les habitudes, déstabilise les représentations, suscite d’inévitables interrogations sur le choix retenu, sur l’opportunité et le coût du nouveau bloc-marque. Ce changement doit être accompagné d’une communication appropriée qui explique les choix et répond aux questions à venir.


La forme, novatrice, évoque la matière mise à la disposition des chercheurs par notre planète, son environnement et ses ressources. Une matière malléable et souple prête à se livrer aux savoirs et expertises de la recherche scientifique, comme la motte de terre glaise s’apprêtant à être travaillée par les mains habiles du sculpteur.
Cette profession de foi est en complète contradiction avec tout ce que peuvent penser notamment les défenseurs de la Terre et de la biodiversité. Il n’est absolument pas moderne de penser que la terre serait malléable dans la main des chercheurs. Le film réalisé pour présenter le logo est d’ailleurs complétement ridicule, il montre des mains qui déforment la planète, l’horreur!  Et puis les chercheurs savent bien que les données et théories scientifiques ne sont ni malléables, ni souples.


À travers ce logo, le CNRS a souhaité figurer le processus même de la recherche, jamais figée, toujours en devenir.
Et youpi ! le processus de la recherche n’a rien à voir avec les montres molles de Salvador Dali, mais tant pis…
Par ailleurs, les lettres de son sigle désormais en minuscule, expriment la volonté de démythifier l’institut, de le rendre plus accessible.
Il est assez incroyable pour un logo, une image de marque, d’être là pour minimiser l’institution qu’elle représente.
La définition du graphisme surligne clairement le mépris du pouvoir pour le CNRS. De fait le nouveau logo choisit la neutralité d’une police de caractère conformiste, pour continuer dans l’abaissement
Le  bleu et le blanc entremêlés symbolisent la richesse et l’interdisciplinarité de notre organisme.


La signature « dépasser les frontières » reflète parfaitement les missions et les ambitions du CNRS. Il s’agit de dépasser les fronts de la connaissance, d’aller toujours plus loin dans la recherche du savoir.
Peut-être que la nouvelle frontière se trouve dans l’infiniment petit avec les nano technologies, ce qui permet de comprendre comment ce logo dégouline vers le bas?


Le cabinet conseil en stratégie de communication et gestion de crise Vae solis, qui a dirigé la création du logo, (http://www.vae-solis.com/nous/index.htm)  dont le nom est tiré de la locution latine qui signifie malheur à celui qui va seul, se présente de la manière suivante: Notre nom porte notre positionnement : être conseil des dirigeants d’entreprise en toute indépendance et les accompagner en toutes circonstances, du déploiement d’une marque à la défense d’une réputation.

268 Un retour sur la nouvelle identité du CNRS, la réflexion s’impose !


Le logo du graphiste Olivier Lapidus et la charte graphique est signée de l’agence Moswo.
Le logo réalisé démontre simplement le manque de culture scientifique de ceux qui l’ont conçu, c’est assez bête en fin de compte.

La recherche scientifique est absolument nécessaire pour nous sauver de la crise, du dérèglement climatique, et cette petite image joue ici comme un lapsus évident.”

Bref, si vous êtes arrivés jusqu’au bout c’est que cela vous a intéressé et j’aimerai savoir ce que vous en pensez. En effet, une agence de communication de crise n’est pas forcémment bien placée pour répondre a une identité visuelle et, uniquement d’un point de vue graphique, ce logo est a refaire. D’un point de vue scientifique, je trouve que ce texte reflète bien mille contradictions du logo, la vision “mystique” de la science et la petitesse qui lui est accordée…