Graphisme & interactivité Blog sur le graphisme, le design et la créativité numérique, par Geoffrey Dorne 2016-07-20T08:58:26Z https://graphism.fr/feed/atom/ https://graphism.fr/wp-content/uploads/2016/03/favicon-220x220.png Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Comment faire un autoportrait par jour avec son smartphone ?]]> https://graphism.fr/?p=619677836 2016-07-20T08:58:26Z 2016-07-20T08:58:26Z opalka gif

Vous connaissez peut-être Roman Opalka, ce peintre et photographe franco-polonais qui aura consacré toute sa vie à inscrire la trace irréversible du temps. Au travers de peintures sur toile, d’autoportraits photographiques et d’enregistrements sonores de sa voix, il aura ainsi, chaque jour de sa vie, construit son œuvre interminable.

opal
Les portraits de Opalka

Vous avez également déjà dû voir ces incroyables vidéos dans lesquelles une personne se prend en photo chaque jour pendant six mois, un an, cinq ans ou toute une vie… Le résultat est surprenant et côté technique, on voit que ça n’a pas dû être facile à réaliser tous les jours.

Je découvre donc une drôle d’application qui s’intitule Everyday App, et qui permet de prendre une photo – précise – de vous-même tous les jours. L’idée est aussi d’avoir une petite notification à un temps donné ou alors à un moment différent chaque jour. L’application vous permet ensuite d’aligner votre visage pour qu’il corresponde au positionnement de la photo de la veille et ensuite de faire une longue vidéo de toutes ces photos.

Comment faire un autoportrait par jour avec son smartphone ?

L’interface de Everyday App

interface

L’application permet aussi de faire plusieurs timelines, si vous voulez prendre votre portrait chaque jour mais aussi celui de votre fille, de votre hamster ou de votre plante verte, pourquoi pas, c’est possible ! Autre fonctionnalité intéressant, l’application peut vous rappeler de faire votre photo, pas uniquement en fonction de l’heure qu’il est mais aussi en fonction de là ou vous vous trouvez ! Ainsi, à chaque fois que vous traversez le parc en rentrant par chez vous, clic clac, merci Kokak 😉

Si vous n’êtes pas adepte du selfie, plantez un arbre et prenez-le en photo chaque jour, ou alors assumez le rangement quotidien de votre bureau, faites un dessin gigantesque qui évolue chaque jour et prenez-le en photo ! Si ça vous tente, l’application est disponible, directement sur l’Apple Store !

]]>
4
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[L’enjeu du design industriel en 1980]]> https://graphism.fr/?p=619677824 2016-07-18T15:33:14Z 2016-07-18T15:33:14Z pince

Il y a 35 ans, au Centre de recherche sur la culture technique de Neuilly-sur-Seine, deux chercheurs, messieurs Gaudin et Vendeuvre rédigeaient ce texte fort instructif sur les enjeux du design industriel en 1980. À la lecture de ce document, on replonge dans une belle époque du design (même si je ne l’ai pas connu n’étant pas né en 1980). Vous allez le voir, sont abordés les sujets du succès de l’industrie automobile française grâce à son design (oui, c’était dans les années 80), de la firme allemande Braun (rasoirs, produits de toilette, appareils ménagers…) issue de l’école d’Ulm ou encore le succès du meuble italien via l’apport de jeunes créateurs rencontrés à l’exposition triennale de Milan.

xlUn appareil d’enregistrement de l’époque

Le document revient égalements sur Kickers, Moulinex, Seb ou encore Calor, autant de marques qui ont fait le succès de produits de qualité.  À noter également que, selon le Cabinet R. Loewy de l’époque : « si l’industrie française arrivait à dépenser pour le design 2 % de ce qu’elle dépense en publicité, on assisterait à une amélioration sensible de la qualité de ses produits. »

Un peu comme aujourd’hui en quelque sorte 😉

L’enjeu du design industriel en 1980

[ télécharger le PDF ]

On appréciera également le fait historique du 23 juillet 1980, dans lequel lors du Conseil des ministres, M. André Giraud avait fait une communication entièrement consacrée à ce sujet où il soulignait ceci : « Dans tous les pays, les consommateurs sont sans cesse plus attentifs aux qualités fonctionnelles et esthétiques des produits qu’ils achètent. Aussi, dans la concurrence internationale, l’esthétique industrielle constitue-t-elle avec l’innovation technologique un enjeu de premier rang pour le développement de nos entreprises sur le marché intérieur comme à l’exportation.» Une façon de souligner l’importance majeure du design mais aussi le besoin d’initiatives nouvelles du côté du gouvernement.

Un mouvement envers la création nécessaire à mes yeux, et d’autant plus nécessaire pour, comme le dit Edgar Morin « cultiver la fraternité et l’unité au sein de la population et tonifier le principe d’identité partagée… » et vivre ensemble.

]]>
0
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Design : introduction à l’histoire d’une discipline]]> https://graphism.fr/?p=619677818 2016-07-18T07:48:07Z 2016-07-18T07:48:07Z midal

Je ne connaissais pas Alexandra Midal jusqu’à ce que je déniche ce petit ouvrage. J’aime les livres de poche car ils m’impressionnent toujours moins qu’un gros pavé de 600 pages et pourtant je les considère plus souvent comme des « livres-outils », vous savez, ces livres qu’on annote, qu’on corne, dans lesquels on s’accorde le luxe de revenir en arrière. Et bien « Design : introduction à l’histoire d’une discipline » fait partie de ces livres. Loin d’aborder avec lourdeur ce qu’est le design, cet ouvrage retrace d’une façon limpide, non linéaire et emplie d’anecdotes l’histoire… enfin, les histoires, du design.

alexa

Résumé de l’ouvrage

« C’est avec la rationalisation de l’organisation de la cuisine, pensée en 1841 aux États-Unis, que le design trouve son origine : l’agencement de la maison et des tâches à y accomplir doit être modifié rationnellement pour non seulement soulager le travail des femmes mais aussi démontrer le bien-fondé de l’abolition de l’esclavage. Dès sa naissance, le design affirme une vision politique du monde. Pourtant c’est l’Exposition universelle de Londres de 1850 qui lance le design en tant que discipline à part entière. Mi-XIXe, la révolution industrielle européenne pousse les Britanniques à s’interroger les premiers sur les conséquences du progrès technique. Ancré dans l’économie, le design apparaît comme une réponse à l’industrialisation et à ses conséquences désastreuses sur le plan social : il entreprend d’abord la réconciliation entre l’art et la vie avant de se proposer de réformer les champs politique, social et artistique. En tentant de donner des formes au progrès contemporain et industriel, l’histoire du design se confond dès lors avec le mouvement moderne et ses utopies, devenant l’agent le plus visible d’un bonheur collectif jusqu’à nos jours… »

Dans l’ouvrage, le design y est présenté en tant que discipline transversale et Alexandra Midal revient aussi sur les débats terminologiques en dressant un paysage qui, depuis la fin des années 1960, fait sans cesse osciller la sémantique concernant le mot design et l’activité du designer. Elle reviendra petit à petit d’hier jusqu’à aujourd’hui sur la question de l’apparition du design jusqu’à la recherche (contemporaine) en design et de la vague que prend celle-ci (pour le meilleur et pour le pire).

On y retrouve Morris et sa politique du design, l’engagement historique du design comme un acte féministe et abolitionniste avec Catharine Beecher ou encore Ruskin et la dimension morale, économique et politique du design. De quoi s’ouvrir à l’esprit du design et la grandeur que cette discipline embrasse.

]]>
0
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Comment pouvons-nous jouer avec le 49-3 ?]]> https://graphism.fr/?p=619677808 2016-07-13T08:20:35Z 2016-07-13T08:20:35Z 493

Réalisé par le studio de jeu vidéo Atomic Raccoon Studio, 49-3 est un jeu mobile d’anticipation qui nous plonge après les élections de 2017. Le scénario est le suivant : imaginons que ces élections aient plongé le pays dans un chaos totalitaire et que nous, citoyens, rejoignions un mouvement militant protestataire prêt à faire la révolution. Vous allez donc pouvoir décider des actions militantes, prendre des risques pour les réaliser, vous allez pouvoir influencer la popularité et la tension sécuritaire et tenter de mener le peuple à la victoire.

4933

Pour rappel, l’article 49 de la Constitution de 1958 traite des rapports entre le Gouvernement et le Parlement. Plus précisément, l’article 49 alinéa 3, dit d’« engagement de responsabilité », permet au gouvernement de faire passer le texte qu’il présente, sans vote, sous couvert du rejet de la motion de censure que l’opposition se doit de déposer pour la forme, avec peu d’espoir de réussite (source).

Présentation du jeu 49-3

« 49-3 est un jeu de décision et de gestion d’un mouvement de protestation. Placé dans un contexte politique fictionnel mais proche du climat français actuel, le joueur est amené à choisir des réponses militantes en réaction à des évènements politiques. L’objectif est d’atteindre la révolution en gagnant des militants. La popularité du mouvement et la tension sécuritaire sont influencées par les décisions du joueur et impactent la croissance de la masse révolutionnaire. La prise de risque est un élément central car s’il n’y a jamais de mauvais choix, les plus risqués rapportent plus. »

Le jeu 49-3 en images

4932

Comment jouer ?

Malgré tout, ce jeu traite bel et bien d’une caricature, souvent drôle et parfois ironique… mais peut-être y a-t-il de quoi y croire un peu ? De quoi imaginer ce qui serait possible réellement ? De quoi nous donner des idées sur la façon de transposer ce jeu dans la réalité ? À vos jeux citoyens, et n’oublions pas qu’il ne tient qu’à nous de transformer ces actions de jeu… en réalité ? 😉

]]>
0
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Pratiquez le design par la créativité écologique]]> https://graphism.fr/?p=619677799 2016-07-13T07:41:31Z 2016-07-13T07:41:31Z eco1

Souvent, il est difficile d’expliquer ce qu’est la créativité, entre ingéniosité, synthèse d’idées et d’action ou entre trait de génie, certains tendent aussi à penser que la créativité est une méthode, un processus. De belles questions qui ne trouvent réponse que « en contexte », sans perdre de vue qu’aujourd’hui (et depuis longtemps d’ailleurs) la notion de développement de projets ne peut être abordée sans prendre en considération leur impact écologique.

natureParler de la nature avec du plastique, tout à fait possible

Dans le document de recherche que je vous présente ci-dessous, Amna Essid de l’Institut ACTE aborde de façon éclairée  le corollaire entre la responsabilité partagée des différents acteurs de la conception (notamment les designers) et de la consommation et la façon dont il faut structurer les collaborations dès la phase de « pré-conception ». Le but de tout cela serait alors d’ouvrir des espaces communs pour une créativité partagée et surtout écologiquement responsable.

schemaContraintes internes, externes et déduites

Pratiquez le design par la créativité écologique

[ télécharger le PDF complet ]

Une approche réflexive que je ne peux que partager et qui vient évidemment compléter la réflexion que j’ai sur mon métier, autant dans la notion de collaboration (parce que oui, quand on est designer on ne travaille jamais seul dans son coin) que dans la notion d’écologie (parce que oui, quand on est designer, on a forcément des valeurs -enfin, je l’espère- valeurs qu’il faut défendre et soutenir au travers de ses actions).

Merci Jérôme!

]]>
0