Graphisme & interactivité Blog sur le graphisme, le design et la créativité numérique, par Geoffrey Dorne 2018-02-21T15:32:16Z https://graphism.fr/feed/atom/ https://graphism.fr/wp-content/uploads/2016/03/favicon-220x220.png Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[[Jeu] « La Pluie à Midi »… quand la pluie rend heureux !]]> https://graphism.fr/?p=619682646 2018-02-21T15:32:16Z 2018-02-21T15:32:16Z

Il y a quelques jours est sortie une histoire fabuleuse, celle de Joe, un petit poisson qui rêve de devenir un requin. Un jour, Joe trouve un aileron dans l’océan, aileron qu’il arbore fièrement. Mais une tempête éclate et l’emporte au loin…

Cette histoire, c’est Julie Stephen Chheng qui l’a imaginée et qui a ainsi réalisé avec toute une belle équipe d’animateurs, de motions designers, de designers d’interfaces, de développeurs, etc. pour donner vie ce projet intitulé : « La Pluie à Midi ».

Les deux facettes d’une même histoire se découvrent donc et explorent de façon poétique les atouts du papier et du numérique puisque l’application numérique se trouve complétée par un jeu. C’est magnifique et depuis que j’ai installé le jeu sur mon téléphone, je m’amuse même à faire la découverte de l’intégralité des différents poissons qui existent.

Quelques images de la Pluie à Midi

 

Pour la petite histoire, j’ai eu la chance de travailler sur le design d’interface de La Pluie à Midi aux côtés de Julie et des éditions Volumique et comme d’habitude avec eux, la recherche de qualité, de narration et d’intelligence est au rendez-vous !

En savoir plus

Et pour les plus curieux, j’ai UN code Android et UN code iOS pour télécharger l’appli gratuitement ! Premiers arrivés premiers servis 🙂

]]>
4
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Puisque Google Image a retiré le bouton « voir l’image »…]]> https://graphism.fr/?p=619682637 2018-02-19T09:33:58Z 2018-02-19T09:33:58Z

Cela fait quelques jours que Google a retiré le bouton bien pratique intitulé « voir image » et qui vous permettait, lors d’une recherche d’images, de montrer uniquement une image depuis sa source et non pas tout le site qui allait avec. Cela fait suite à une plainte de Getty Image qui datait de 2016, plainte déposée devant la Commission européenne et dont l’objet était l’abus de position dominante (de la part de Google ? Mais non voyons ! ;-). Getty Image estimait alors que Google facilitait un peu trop la copie d’images et donc les infractions au Copyright.

Bref, comme cela fait perdre du temps, est souvent bloquant, j’ai trouvé une petite parade, il s’agit du plugin Shift Click.

Ce plugin est un extracteur d’image qui vous permet, lorsque vous appuyez sur majuscule et que vous cliquez sur l’image, d’afficher l’image dans une nouvelle fenêtre.  On retrouve donc sur cette petite page :

  • l’url de l’image,
  • son code couleur,
  • son poids,
  • ses dimensions,
  • son type de fichier,
  • on peut aussi la partager et évidemment la télécharger facilement.

Cela m’a fait gagner beaucoup de temps et le plugin Shift Click dispo sur Chrome.

J’apprends aussi qu’il existe un autre plugin pour Firefox et Chrome et qui permet de retrouver ce petit bouton directement sur l’interface de Google Image.

]]>
2
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Sea Shepherd – La Marine de Neptune]]> https://graphism.fr/?p=619682627 2018-02-15T14:00:17Z 2018-02-15T14:00:17Z

Pour aujourd’hui, je vous partage la réalisation du film historique de Sea Sheperd, une organisation que je suis depuis des années maintenant et que j’estime vraiment utile. Ce film présente quelques une des principales actions menées par leurs navires les plus connus. Une histoire démarrée il y a 40 ans et qui se poursuit avec une flotte de plus en plus imposante, grâce à tous ceux qui les soutiennent ! J’en profite aussi pour vous inviter à regarder cette interview hyper intéressante de Paul Watson par Thinkerview.

Annonceur : Sea Shepherd / Production et Animation : L’Affreux Bonhomme / Script : L’Affreux Bonhomme et Lamya Essemlali / Voix : Jacques Perrin / Mix & Musique : La Crème Anglaise 

]]>
1
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Les 50 derniers exemplaires de Hacker Citizen sont à 10€]]> https://graphism.fr/?p=619682598 2018-02-18T16:56:33Z 2018-02-14T15:13:25Z

!! Le livre est en rupture ! Merci pour toutes vos commandes !!

L’an dernier je sortais Hacker Citizen, un livre qui rassemble 50 idées, projets, prototypes à faire soi-même dans le but de réinvestir la ville, de s’amuser des systèmes de surveillance, de se réapproprier et repenser l’espace urbain, de végétaliser la rue ou encore de partager la culture au travers nos villes. C’est simple, modeste, à petite échelle mais avec un impact direct, local et souvent créatif. Ce livre a donné lieu à des conférences, des interventions publiques et privées mais aussi des workshop et beaucoup de photos, de mails, de projets réalisés.

Le livre a été distribué en France et à l’étranger en 2016 et 2017 et aujourd’hui, ce sont les 50 derniers exemplaires que j’ai reçu. On ne fera pas d’autre tirage et comme le livre est maintenant hors des circuits des librairies, il a la possibilité d’être vendu moins cher. Je vous propose donc de commander votre exemplaire à 10€ (+ les frais de port).

Les 50 derniers exemplaires de Hacker Citizen à 10€

!! Le livre est en rupture ! Merci pour toutes vos commandes !!

]]>
5
Geoffrey Dorne https://graphism.fr <![CDATA[Le règne des emojis, vers un appauvrissement du langage ?]]> https://graphism.fr/?p=619682577 2018-02-13T15:37:23Z 2018-02-13T11:00:51Z

Après avoir été informé par mon camarade Pierre Corre sur les 150 nouveaux emojis officiels qui rejoindront nos smartphones en 2018, je me suis dit qu’il serait intéressant d’en parler avec vous. Publiés par Emojipedia, l’encyclopédie officielle des emojis, ces 150 emojis viendront rejoindre les 2666 existants pour compléter notre langage numérique imagé. Dans ces nouveautés, il y a de nouvelles couleurs de peau, de cheveux, de type de cheveux, d’animaux mais aussi d’aliments, des superhéros (masqués forcément), etc.

Mais combien de couleurs de peau existe-t-il réellement ? Une infinité. À quoi ressemble un super héro ailleurs en Inde ? Au Congo ? En Bolivie ? Existe-t-il simplement les cheveux lisses et les cheveux bouclés ? Doit-on s’exprimer – et donc se définir – par des éléments binaires ou limités ? Où se situe la subtilité dans tout cela ? Je la cherche encore.

Vous le savez autant que moi, ces emojis offrent une vision totalement étriquée du monde : une vision occidentalo-centrée, certains diront américano-centrée, d’autres encore « siliconvalley-centrée », toujours est-il que c’est avec ce langage que nous autres, utilisateurs, que nos enfants et petits frères / petites sœurs apprennent à communiquer et communiquent au quotidien. Moi même j’utilise souvent des d’emojis (et des smileys à l’ancienne) mais, je vous l’avoue, ce sont souvent les mêmes.

Parfois, dans les conversations d’étudiants, j’entends employer des expressions, (à l’oral je précise) comme – « Smiley triste » ou encore – « Smiley cœur » qui est, semble-t-il une façon détournée d’indiquer une émotion ressentie en évoquant la culture du smiley.

Il y a quelques temps j’avais écrit un article au sujet de Facebook qui permettait à ses utilisateurs d’exprimer 6 autres émotions supplémentaires. Comme si on ne pouvait pas être heureux et triste à la fois, enthousiaste et angoissé, serein et débordant d’énergie. Récemment, j’écrivais aussi au sujet de nos émotions numériques réelles et fictives, et comment les dédifférencier.

Bref, cela me questionne et m’ennuie d’avoir à ma disposition un langage graphique de mauvaise qualité (on en parle plus bas) et qui m’impose une culture qui n’est pas la mienne (cela est un problème plus vaste des outils et services numériques développés souvent aux US dans la Silicon Valley, à ce propos je vous invite à lire Evgeny Morozov).

Les 150 nouveaux Emojis de 2018

Quand le graphisme parle de lui-même

Puisque l’on parle du design de nos mots-images, parlons graphisme. Je serais curieux de connaître la personne qui dessine ces emojis, parce que, quand même, avez-vous vu la tête de cet ours en peluche ? Et pourquoi sur ce ticket de caisse est écrit « Mega Save » mais que la facture s’élève quand même à plus de 170$ ?

On pourrait également aborder les articulations de ces animaux. C’est assez fou de laisser passer ce genre de choses.

Côté chaussure, on peut remarquer l’absence de perspective et d’effet de profondeur. En effet c’est « Flat ».

Et quelques autres détails comme les yeux géants des personnages, comme l’épilation des sourcils chez les femmes et les lèvres maquillées, comme les nez ronds que toutes ces images possèdent… sans oublier…

…cet incroyable (et horrible!) emoji qui nous rappelle sans doutes les vieux cliparts dont Microsoft avait le secret.

Ajoutons à cela que la semaine dernière Apple a déclaré que les emojis des applications tierces allaient être interdits. Intégrer des émojis dans une conversation sur Whatsapp restera possible mais les développeurs ne pourront pas remplacer le bouton avec le mot « like » par un simple émoji « coeur » par exemple. Un système qui se verrouille petit à petit et qui verrouille nos pensées.

À cela, je me dis que l’on retire une énorme part de subtilité, de complexité et donc d’intelligence humaine. Cette intelligence qui pourtant est bâtie sur les mots et les images, aussi nombreuses soient-elles et aussi complexes, belles et ambiguës soient-elles.

Vers un langage image centré sur les gens ?

Bref, si demain vous aviez le choix d’avoir vos propres mots-images, vos propres emojis, lesquels seraient-ils ? Lesquels garderiez-vous ? Auriez-vous des emojis qui correspondent plus à votre culture ? À votre histoire ? À une histoire commune ? À votre façon de vous exprimer ? En voudriez-vous encore plus ou au contraire toujours moins ?

Cela serait un beau projet de création collaborative que de créer les mots-images dont nous avons réellement besoin, envie, qui nous font autant sourire que rêver. En attendant, certains répondent aux SMS par écrit, et d’autres nous font frissonner rien qu’avec du papier découpé et un peu de lumière.

]]>
8