Hello 🙂

J’ai reçu un gentil e-mail de Élodie Tourbier étudiante en DSAA design graphique au LAAB Rennes-Bréquigny, m’informant de cette exposition qu’elle réalise avec ses camarades sur le thème de la typographie au musée de l’imprimerie de Nantes. Intitulée Typostales ou la typographie géo-localisée, cette exposition présente 10 projets qui prennent la forme d’un spécimen « typographicotouristique » qui sert à présenter à la fois le caractère (au verso) et la ville (au recto) qui y est liée. Trois supports ont été déclinés : une carte postale, une affiche et un autre au choix. Le but a également été de choisir les bons mots, le papier et la couleur afin de donner à chacun l’envie de visiter les villes en question.

demo0

Présentation

« La typographie a toujours été le reflet de cultures nationales ou régionales. Ainsi, par exemples, le caractère Garamond peut-il être associé à la France, le Baskerville ou le Caslon à la Grande-Bretagne, l’Helvetica à la Suisse… Ces associations ne sont pas figées, tout comme les identités, elles évoluent, s’enrichissent. Ainsi, aussi différentes soit-elles, les réalisations typographiques de Roger Excoffon sont intimement liées à la culture française comme l’est le caractère inventé jadis par Claude Garamont. D’autre part, sous l’effet de la mondialisation et de l’intégration européenne, les territoires, les régions, les villes devenant aujourd’hui des métropoles doivent désormais rivaliser de stratégies pour attirer les investisseurs, économiques, financiers ou touristiques. Ainsi, la notion de « marketing territorial » est-elle en plein essor et après le développement récent de La Marque Bretagne, c’est l’Alsace qui ‘s’apprête à proposer d’adapter « ( …)l’offre territoriale à la demande. Le marketing territorial ne vend pas un découpage administratif mais plutôt une destination à des clients ciblés : investisseurs, dirigeants, cadres, familles. Les territoires sont mis sur le marché avec une stratégie, un plan d’action, des outils de pilotage et d’aide à la décision comme pour une nouvelle marque de lessive ou le lancement d’un nouveau smart-phone. » Dans ce contexte, la typographie peut-être convoquée pour signifier l’identité d’une ville ou d’un territoire. Ainsi, le caractère Spotka (2003) a été entièrement redessiné par Xavier Dupré et s’est dotée de fontes condensées. Cette nouvelle famille, Région Bretagne, est en usage exclusif pour ce territoire. La ville de Toulouse aussi possède désormais sa propre police de caractères : le « Garonne est le fruit d’une collaboration entre la mairie et l’école des Beaux-Arts de Toulouse… » Enfin, dans l’un des billets de son blog, Geoffrey Dorne évoque les réalisations du graphiste-photographe turc Gokhun Guneyhan associant des clichés retouchés de ville à des typographies spécifiquement choisies pour refléter leurs identités propres.5 Au delà de l’exercice graphique relativement séduisant, on peut noter que les choix des codes typographiques et le sens qu’on leur attribue peuvent être largement partagés. »

Typostales ou la typographie géo-localisée

demo1 demo2 demo3 demo4 demo5

Le dossier de presse

Bref, si vous habitez Nantes ou si vous passez par là, n’hésitez pas à aller voir cette exposition au Musée de l’Imprimerie 24 quai de la Fosse. L’expo se tient du 2 décembre 2015 au 10 janvier 2016 !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *