Hello !

Si vous suivez mon blog depuis quelques temps, vous avez sûrement dû voir mes articles sur les « Hobo signs » modernes comme celui-ci où les Hobo signs ont des thématiques modernes ou encore celui-là. Aujourd’hui, ce sont encore une nouvelle forme de signes Hobo qui vient de naître grâce à l’intelligence de la technologie et du graffiti. Je vous présente donc ça avec un grand plaisir 😀

Qu’est-ce qu’un Hobo ?

« Un Hobo, mot anglais lié à la réalité historique des États-Unis est un sans domicile fixe se déplaçant de ville en ville le plus souvent en se cachant dans des trains de marchandises, vivant de travaux manuels saisonniers et d’expédients. » [source]

Qu’est-ce que sont les Hobo signs ?

« Quand ils ne se parlent pas de vive voix, les hobos laissent des symboles dessinés à la craie ou au charbon. Ce système de symboles a pour but d’informer ou d’avertir les autres (endroits pour attraper un train pour dormir, présence fréquente de la police, repas chauds, chiens dangereux, etc.). » [source]

Qu’est ce qu’un code QR ?

« Le code QR (en anglais, QR code pour Quick Response) est un code-barres en deux dimensions constitué de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc. Il peut être lu par un téléphone mobile et peut afficher des pages internet, des numéros de téléphone, du texte. »

Ainsi, pour réactualiser un peut toute cette histoire, le F.A.T. (Free Art & Technologies) a réalisé une série de codes QR à utiliser sous forme de pochoir afin d’indiquer toutes sortes d’informations pratiques, utiles et quelque part, « codées » aux yeux de tous.

Voilà le résultat :

Ce qui est notamment intéressant c’est que le F.A.T. met à disposition un outil qui fonctionne avec processing : QR_STENCILER. Cet outil va vous permettre d’utiliser les codes déjà préparés et d’en générer d’autres. Enfin, si vous ne savez pas vous servir de Processing vous pouvez toujours générer vos codes en ligne avec Kaywa par exemple. Une fois transformé ce code sous forme de pochoir, vous n’avez plus qu’à le peindre à l’endroit approprié.

Le F.A.T. propose déjà une liste plutôt longue de « Hobo signs » numériques :

  • 25 minutes d’attente
  • connards
  • mauvais café
  • la mauvaise nourriture
  • mauvaise propriétaire
  • être à l’affût
  • être calme
  • être prêt à vous défendre
  • méfiez-vous des pickpockets
  • voleurs de vélo
  • ennuyeux
  • table à langer
  • boissons à bas prix
  • endroit civilisé
  • contraception disponible
  • flics actifs
  • flics inactifs
  • danger
  • homophobes dangereux
  • quartier dangereux
  • chien
  • nourriture contre travail
  • wifi gratuit (le plus important :p)
  • sortir rapidement
  • aller tout droit
  • bonne nourriture bon marché
  • bon café
  • bonne nourriture veggan
  • eau potable
  • grande benne à ordures
  • habla espanol
  • dispose de douches
  • Aide en cas de maladie
  • caméras cachées
  • taisez-vous
  • insécurité wifi
  • regarder vers le bas
  • belle salle de bains
  • pas de salles de bains
  • pas d’animaux
  • aucune intimité
  • ouverts tard
  • hors de prix
  • sur-évalué
  • propriétaire a un pistolet
  • pervers
  • urinoir
  • dormir dans la grange
  • fort signal de téléphone
  • camp de clochards
  • tourner à gauche
  • Tournez à droite
  • zone dangereuse
  • utiliser des gants
  • végétaliens méfiez-vous
  • bien gardé
  • travail disponible

À vous de jouer maintenant si vous souhaitez rendre lisible et informative la rue, la ville. À savoir aussi qu’il ne faut pas obligatoirement un smartphone (iPhone ou Android, etc.) pour lire les codes QR, ça fonctionne aussi avec nos vieux Nokia et autres téléphones plus standards ;-)

source & tutoriel du F.A.T.




24 commentaires

  1. Passer de longues heures à découper des dizaines de pochoirs pour communiquer avec les qqs inconnus qui ont un smartphone alors qu’ un simple marqueur fait la même chose pour tous le monde?
    non. 🙂

  2. @geoffrey d’un point de vue pratique je sens mieux la carte GPS avec indications comme ce que tu avais suggéré en action citoyenne lors de l’article sur la sécu routière (russe de mémoire).
    En terme de message codé c’est effectivement intéressant 🙂

  3. @Geoffrey — thank you so much for translating the Hobo Codes! In gratitude, I will shortly produce a set of QR stencils which encode the French texts.

    @cajon — Il n’est pas nécessaire de «passer de longues heures découper les pochoirs»; ceux-ci peuvent être coupés, à peu de frais, en quelques secondes sur une découpe au laser. Les personnes sans accès à une telle machine peut obtenir des pièces découpées au laser à partir des services tels que Pokono.com, qui expédient partout dans le monde.

  4. Je ne suis pas certain que le « sans domicile fixe vivant d’expédients » aie toujours le mobile, qui plus est, chargé, lui permettant de passer commande de la découpe laser (je ne parle pas de la carte banquaire pour passer commande et de l’adresse ou se la faire livrer) de son QR et lui permettant de lire ceux déjà en place. Mais j’ai peut-être mal compris le principe de fonctionnement du truc…
    Bon, effectivement, j’avais vu un doc la dessus, d’une ville États-Unienne mettant à la disposition des sans abris un téléphone mobile. Mais je pense que c’est loin d’être généralisé.

  5. @jeanjean Tu serais surpris 🙂 J’ai vu récemment sur le site 9gag une photo d’un homeless prenant en photo avec son blackberry la femme du président Us lors d’une distribution de nourriture aux sans abris. Il ya même en France des Sdf qui ont un emploi.

  6. Je suis plutôt d’accord avec jeanjan, ceux qui ont le plus besoin de ces infos n’ont pas forcément de mobiles, qui plus est un mobile capable de reconnaître un QR. Ces codes doivent effectivement être destinés aux touristes en quête de dépaysement et « d’aventure ».

  7. La parole il faut la prendre en hurlant pas en gribouillant en secret dans son coin et être lisible par la machine faisant justement de vous une autre machine.
    – Ah tous les homeless devraient avoir un iphone,c’est tellement pratique.

    Lamentable…

  8. Salut Geoffrey,

    Intéressant, je ne connaissais pas les hobos sign.

    Je ne trouve pas la forme QR code pertinente pour cette signalétique. Pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple ? Les anciens signes me semble très bien. Je ne suis pas convaincu.

    Par contre, faire des médiathéques numérique sur l’affichage publique grâce au QR code me parait bien plus amusant. Chacun pourrait afficher sa production artistique sur un mur de la ville et proposer son téléchargement via le QR code. Des pages internet dans la ville en somme. (à la place des panneaux pubs ! Oh oui oh oui oh oui.)

    Au fait, j’ai lus ton article présentant tes trouvailles de hacking citoyen, il faut vraiment que je te félicite, ça donne des idées aux collectifs de réappropriation de l’espace public ! 🙂

  9. Secret public
    Voilà un sujet passionnant, avez-vous lu « Dans la dèche à paris et ailleurs »? de Georges Orwell? et 1984 certainement.

    Les très bonnes pistes de recherche de la jeune génération des designers, graphistes, artistes (5 ans d’écoles très performantes, entre soi et sans enseignement critique sur le fond) amènent à d’étranges applications, très contradictoires avec leurs points de départ.

    Tout est donc connu et tout doit-être exploité, c’est à dire transformé pour créer un nouveau besoin.
    Car c’est ce qui se dessine là.

    J’ai fais partie de la génération qui vous a enseigné et a ouvert cette boite de pandore, j’ai tout quitté. Je n’ai pas raison ou tord, ce qui compte c’est votre réflexion :
    Vous êtes obligé de produire !

  10. Salut, je connaissait bien L’histoire des hobos, je trouve ce truc excellent surtout le fait de s’inspirer d’une idée de base super intelligente qu’ont eu des laissés pour compte…Bien sur les gens bien pensant sont génés que des homeless puissent être les inducteurs de quelque chose de fort…Donc beaucoup cherchent à discréditer sur une argumenation  » logique » La classe moyenne et ses soucis….les Hobos sont dans d’autres logique…OUI tous les homeless ont un portable…C’est un objet beaucoup plus indispensable et pratique pour eux que pour nous….En tout cas bravo, pour une fois que les « nolifes » pensent utile (humour !)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *