Dans les recherches fréquentes sur Google, il y en a une qui revient souvent : « Comment dessiner…? ». Cette question, beaucoup semblent se la poser, puisqu’il faut des années de pratique pour commencer à savoir, un tout petit peut, dessiner. Mais comme souvent, Google est là pour nous surprendre et vient de sortir un nouvel outil intitulé Autodraw.

Vous allez le voir, ce système est simple, vous dessinez maladroitement une forme et l’algorithme de reconnaissance de formes vous propose un ensemble de pictogrammes (et non pas un dessin d’art) qui pourraient s’apparenter à votre gribouillis. Ensuite il ne vous reste plus qu’à choisir le bon pictogramme pour qu’il remplace votre dessin.

Google vous transforme en dessinateur avec AutoDraw

Un petit essai

Mais ne soyons pas naïf et faisons honneur au travail d’Antonio Casilli, il s’agit bel et bien d’une nouvelle façon de nous mettre au digital labor : comprenez que quand vous dessinez, un algorithme de Google enregistre le tracé de votre dessin, chaque étape de celui-ci, sa forme globale, les couleurs, les aplats, et enregistre ensuite avec quelle icône vous souhaitez faire correspondre votre dessin.

Ainsi, si des millions de personnes utilisent cet outil, ce sont des millions de formes dessinées que Google pourra ensuite reconnaître. Car il ne faut pas oublier que derrière les icônes que Google vous propose, il y a des mots. Cela existe déjà depuis des années avec les captcha de Google qui vous demandent de reconnaître un numéro de rue, une devanture de magasin, etc. On pourrait ainsi imaginer que votre dessin ne se transforme pas en icônes mais en mots et qu’une suite de dessins réalisés à main levée sur une interface comme celle-ci se transforme en un article de presse, en une histoire, en tweet, que sais-je encore.

Enfin, comme toujours, les gens s’amusent très vite et cherchent les limites de ces nouveaux outils qui nous mettent en avant de l’intelligence artificielle afin de voir si cela tient la route. Et comme toujours, les résultats sont assez drôles 😉

Bref si ça vous tente d’essayer de travailler pour Google ou de tester les limites de ce drôle d’outil de dessin, c’est sur autodraw.com !




Un commentaire

  1. Et oui, contrairement à l’idée fort répandue, gratuit ne veut pas dire que l’on est le produit chez Google, mais le travailleur. Il y avait également le service de messagerie vocale aux US qui a pas mal servi à optimiser les algos de reconnaissances vocales. Après ça reste un modèle relativement gagnant-gagnant et finalement moins gourmand en ressources qu’une analyse d’image par IA classique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *