Si vous savez ce que signifie « ASV », alors vous êtes peut-être de ma génération ou alors curieux des usages numériques passés. En effet, la première fois que j’ai rencontré ces trois initiales, c’était lorsque j’étais ado, sur l’IRC, sorte de réseau gigantesque de conversation sur lequel j’ai passé des jours et des jours pendant plusieurs années. ASV signifie donc « âge, sexe, ville », autrement dit « présente-toi« . Très vite ringardisée, cette expression avait de fort qu’elle résumait un peu brutalement les rencontres en ligne (pas forcément amoureuse d’ailleurs).

C’est donc avec curiosité que j’ai cliqué sur ce documentaire intitulé « ASV STP » et qui parle de la rencontre amoureuse sur Internet. Entre témoignages libres et illustrations parfois décalées, ASV STP confronte six jeunes à l’amour (mais est-ce vraiment de l’amour?) les entraînant progressivement de la rencontre au couple.

Pour la petite histoire, ce projet est réalisé par Ariane Picoche et Florian Delhomme, animé par Gaëtan Ribémont, étalonné par Marin Esteban et Virgil Froissart, mis en musique par Cortella Sébastien et en son par Pauline Ribémont. Le tout élégamment mixé par Tom Warshall !

 

ASV STP : la génération Internet face au couple

Pour aller plus loin, la question de la génération est intéressante car le raccourci « jeunes = rencontre en ligne » n’est pas, je pense, une évidence. Je me souviens de ce brillant documentaire « l’amour en cité » qui abordait la question des rencontres amoureuses lorsque l’on habite dans un quartier, dans une cité et qui n’aborde pas vraiment la question du numérique. J’ai aussi été curieux de cette opposition entre une vision « fantasmée » de la réalité virtuelle, de l’amour virtuel… face à la vision très pragmatique et délaissée d’un « PQR« . Et je retiendrai aussi cette belle citation : « c’est beaucoup plus simple d’être infidèle sur Internet… (après deux secondes de réflexion) quoique, on peut aussi plus facilement se faire griller » !

Merci à Déborah Larue pour la découverte sur le génial Spanky Few !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *