Je vous présentais il y a quelques jours,typographie-lusage-dinternet »> mon Manuel de typographie à l’usage du web et de l’écran, je profite de cette après-midi pour vous présenter un texte très intéressant sur le design editorial web. Rédigé par Olivier Marcellin, ce texte nous plonge dans les principes de la lisibilité du contenu web.

“Plus de dix huit ans après l’invention de l’objet Web (adresses Web, HTTP, HTML, navigateur Web et éditeur Web) par Tim Berners-Lee au début des années 1990 en Suisse, la toile ne cesse de s’étendre, réduisant les frontières de notre monde à la seule rapidité d’accès du flux Internet, quasi instantané. Le secteur économique du Web est désormais bien établi, même s’il a longtemps été le seul apanage des informaticiens et du langage HTML, avant l’apparition de métiers créatifs qui lui sont désormais associés.

Le contenu du Web se doit d’être le plus lisible possible, et bien sûr, la rédaction de l’information émise, cela va de soi. Pourtant, on peut s’étonner du peu d’intérêt marqué pour le respect de la composition typographique sur les sites Internet.

Cela reste très surprenant dans un média aussi créatif, pour lequel il ne se passe pas trois mois sans l’apparition d’une nouveauté technique.

Il est fort à parier que la domination du « tout technologique », en dépit du design, à ralenti l’apparition d’outils performants sur ce point précis.

D’ailleurs, si l’on se retourne sur les avancées dans ce domaine, on s’aperçoit qu’il faut attendre 2002 pour voir apparaître la création d’une série de caractères dessinés spécifiquement pour le Web – La Microsoft ClearType Font Collection – comportant six polices de caractères, à l’initiative d’une collaboration entre des designers réputés mondialement et Microsoft.

Ils sont désormais inclus dans le système d’exploitation Vista, dont le Corbel, qui est utilisé pour l’affichage de l’interface ; de même, ils sont présents dans la suite Office 2007. Bien sûr, des caractères dédiés au Web tels que le Verdana et le Georgia (Matthew Carter, Microsoft, 1996), ou encore le Lucida (Bigelow & Holmes Inc., 1985) qui est utilisé pour l’affichage du système d’exploitation Apple Mac OS X, avaient déjà été créés auparavant mais c’est le tout premier « pack » du genre. De même il faudra attendre 2009, date de sortie de la prochaine version du logiciel Adobe Flash CS4 qui comportera des avancées en terme de composition du texte (multi-colonnage, gestion des ligatures, etc.), alors que tous les logiciels de PAO possèdent déjà depuis une vingtaine d’années ces outils de composition…

De nombreuses réflexions existent sur les notions d’ergonomie et d’architecture de l’information, mais tout reste donc encore à faire du point de vue de la composition typographique et de la lisibilité pour des supports écrans qui tendent à se diversifier avec le Web mobile, l’Ebook et d’autres encore, parions le.”

Pour lire la longue longue suite c’est par ici !

Et vous, pensez-vous que votre blog est assez lisible ? Avez-vous déjà essayé de le lire “de loin” ou de faire “comme si vous y veniez pour la première fois” ? Avez-vous pris en compte les chapeaux, les titres, les accroches, les lettrines (ou pas), les césures… ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *