Hello 🙂

Parfois le fait de travailler avec un designer est tout nouveau pour une entreprise. Parfois le dialogue est délicat, la collaboration aussi, même au bout de plusieurs années. Et pourtant, ça n’est pas faute de faire des efforts de chaque côté. Designers et clients doivent travailler ensemble, avancer d’un même pas. Pour cela, j’ai commencé à lister dix conseils issus d’exemples que j’ai vécu, de points de curiosité que j’ai pu remarquer dans mon parcours. La liste est évidemment bien plus longue, mais estimons la comme un point de départ. Je compte sur vous pour la compléter dans les commentaires, of course ;-)

clients3

Clients de designers : 10 conseils pour vous

  • 1 – Ne jugez pas d’une image que l’on vous a envoyé par e-mail depuis votre smartphone. Les couleurs ne seront pas bonnes, tout sera trop petit, vous n’aurez pas une vision d’ensemble.
  • 2 – N’ouvrez pas les fichiers PDF bien calibrés, colorés directement dans votre navigateur. Là encore il peut arriver que les couleurs ou la typo ne soient pas bien interprétées.
  • 3 – Lorsqu’on vous envoie les sources d’un site internet, n’ouvrez pas le fichier index.html depuis le zip. Prenez le temps de dézipper d’abord l’intégralité du site dans un dossier. Sinon rien ne fonctionnera.

clients4

  • 4 – Lorsqu’on vous envoie des fichiers avec des traits de coupe et que vous l’imprimez chez vous, sur votre imprimante de maison, le rendu sera un peu plus petit, c’est normal.
  • 5 – Lorsque vous voulez une affiche ou une plaquette par exemple, ne la demandez pas dans un format PowerPoint ou dans Word pour la modifier ensuite. Ces logiciels de sont pas conçus pour ça.
  • 6 – Si votre designer vous demande d’acheter une typographie, cela n’est pas forcément une dépense inutile, bien au contraire. C’est un investissement et vous l’aurez toute votre vie 🙂

clients2

  • 7 – Si vous voulez « tester » plusieurs graphistes pour votre projet, rémunérez chacun d’entre eux en guise de première étape, quitte à prendre sur votre budget global.
  • 8 – Lorsque vous demandez l’avis de quelqu’un sur une de nos créations, assurez-vous que cette personne soit : 1/ une experte en design avec un regard critique  ou alors 2/ une personne représentative de celles pour qui est destiné la création. Les autres avis familiaux, collègues ou de goût ne sont en rien constructifs.
  • 9 – « Good design is good business » – L’inverse est vrai également. Il ne faut pas systématiquement chercher à tirer les prix vers le bas ou faire appel à des amateurs au risque de vous retrouver à refaire faire (et donc re-payer) deux, trois ou quatre fois le travail. Certaines boîtes peuvent aussi se mettre dans ce genre de position et risquer de couler à cause d’une mauvaise gestion du design.
  • 10 – Le dixième conseil… et bien c’est qu’il y a des dizaines et des dizaines d’exemples encore… je vous invite donc à laisser vos exemples / votre expérience dans les commentaires de cet article 🙂

Et vous, vos conseils aux clients qui travaillent avec des designers, c’est quoi ?




15 commentaires

  1. • Ne pas choisir la typographie du projet à la place du Designer. Faites lui confiance !

    • Pensez à fournir le maximum de ressources (txt, visuels,…), idées au designer avant qu’il ne commence le travail.

    • Pensez à retravailler l’identité visuelle de votre compagnie avant de faire son site internet.

  2. Comme je disais sur twitter, se concentrer sur (remonter) les problèmes plutôt que sur les désirs (de lui même ou ses clients). Venir avec un désir à réaliser c’est se passer de l’expertise du designer et le réduire à ses seules qualités techniques.

  3. Quand on vous demande le logo de votre entreprise, n’envoyez pas un jpeg compressé de 200px de large. C’est inexploitable pour les créations futures. C’est comme si je vous envoyais une capture écran d’un texte sous word pour votre contenu.

  4. Toujours donner le contenu qui sera utilisé : on fait dire ce qu’on veut à du lorem ipsum, et quand le texte arrive, sa longueur risque de ne pas être la même et de déconstruire la maquette.

  5. Quand un graphiste vous donne un conseil sur les problèmes que vous risquez de rencontrer lors de l’impression de votre visuel, écoutez-le, et ne répondez pas : « Les diamants brillent, point! Faites briller mon diamant Marc »! (De vécu..)

  6. Si quelqu’un a une méthode efficace pour sensibiliser les clients sur la relecture de ses contenus AVANT de nous les faire intégrer je suis preneur ! 🙂
    Le problème majeur que je rencontre est le nombre hallucinant de retours de correction DE CONTENU, alors que la CRÉATION est souvent validée en 2-3 versions seulement.
    En gros à la v.3 mon boulot devrait être fini, mais à la v.26 il ne l’est toujours pas… À s’arracher les cheveux un tel gâchis de temps. Apparemment le discours des chefs de projets ne doit pas passer… Ils ont beau expliquer au client que s’ils changent tous leurs contenus ça ne se fera pas par un simple copier-coller. :/

  7. @BigG

    Faites une métaphore à l’intention de votre client entre votre activité (design et développement) et l’architecture.

    Le design, c’est l’architecte qui travaille. Une fois que les plans ont été acceptés, ce sont les ouvriers du bâtiment qui montent la maison. Si les plans de la maison sont sur deux étages et qu’au final, une fois la maison construite, le client veut tout changer pour avoir une maison de plain pied, ce n’est pas possible.

    C’est une comparaison très parlante pour les gens : beaucoup n’ont aucune idée du monde du design et s’imaginent qu’on peut toujours changer les choses comme ils le veulent. Mais cette comparaison montre très bien le coût du changement de projet, parce que les gens ont davantage conscience de ce qu’est l’architecture et une maison.

    Ça marche aussi avec le contenu, que vous pouvez comparer à des briques, au ciment et à des tuiles : s’il n’y a pas de contenu, les ouvriers ne peuvent construire la maison, c’est un grand espace vide avec un ou deux pans de mur. Idem si le contenu n’est pas bon ou provisoire : on construit la maison avec des briques trouées ou friables, ou empilées les unes sur les autres sans ciment. S’il faut les retirer et les remplacer, imaginez le coût et la perte de temps. Une brique « provisoire », ça n’existe pas.

  8. Bonjour, chouette article, je le mets dans mes marque-pages pour le mettre discrètement en lien subliminal pour certains clients ;).
    Je suis intriguée par la photo d’illustration avec le pop-up avec le qr code,
    est-ce que tu pourrais m’en dire plus ? merci

  9. @ Araïs : ça a l’air d’être de la réalité augmentée (la vidéo sur laquelle renvoie le QR code est le feu de cheminée du livret pop-up imprimé qui se trouve derrière)

  10. J’ai aussi un client qui imprime mes maquettes pour les valider… sur son imprimante laser couleur… qui n’a plus de toner parce qu’elle ne sert qu’à la bureautique n&b. Et qui me dit que « c’est pas très lisible » 🙂

  11. Cultivez-vous ! Allez voir une expo de graphisme/typographie de temps en temps (allez-y avec votre prestataire préféré). Lisez des livres. Regardez des vidéos. Suivez le site de Geoffrey ;))
    Le design n’est pas réservé aux designers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *