Addict à Internet ? Accro à Facebook, aux jeux en ligne ou à Twitter ? Mais en quoi est-ce « mal » de passer plus de 12 heures par jour devant un écran d’ordinateur ou de smartphone ? C’est une question que je me pose. Les limites du corps nous rappellent parfois au tangible, aux images qui sont en dehors des écrans et pourtant, on y replonge sans cesse.

En Chine, ils essayent de trouver des solutions bien trop radicales pour « désintoxiquer » les « cyber junky » de « ces mondes virtuels ». Evidemment, les extrêmes sont toujours effrayants, ils ne me plaisent pas non plus mais il faut les connaître. Je vous propose donc ce petit plongeon avec ce court documentaire vidéo dans lequel on découvre les rouages ​​d’un centre de réhabilitation où les adolescents chinois sont « déprogrammés ». Ce centre de traitement de la « dépendance à Internet » se situe à Daxing dans la banlieue de Pékin et a été créé en 2004. Il était l’un des premiers du genre et des centaines se sont ouvertes à travers la Chine et la Corée du Sud. Une fois à l’intérieur, les enfants sont gardés derrière les barreaux et gardés par des soldats . Le traitement, qui dure souvent trois à quatre mois, comprend des médicaments et la thérapie, et inclut parfois les parents. Les patients subissent un entraînement physique militaire et leur sommeil et leur alimentation sont soigneusement réglementées

Le court documentaire

Après quatre mois de tournage dans ce centre certaines questions essentielles ressortent au travers de ce documentaire : est-ce que les enfants sont évalués avec précision? Est-ce que le traitement efficace ? Mais plus réellement, la question de fond pour moi est : est-ce qu’il y a cette addiction à Internet ? Parlait-on jadis de l’addiction à l’électricité ? Aux livres ?

source




3 commentaires

  1. Je pense qu’il existe une réelle addiction à Internet, tout comme il en existe une pour les jeux vidéos, et le risque est sensiblement le même : coupure sociale et familiale, endettement, risques de santé (oculaire, pondérale, neurologique et osseuse), et une déconnexion complète de la réalité et des perceptions.

  2. Addiction d’Internet ? Tout dépend l’usage. Réseau sociaux ? Jeux ? Documentation et apprentissage de choses ? Expression ? (ce dernier peut s’apparenter à l’art). Empêcher les deux derniers sont clairement une violation aux droits de l’homme (Article 18, Article 19, Article 24, Article 26, Article 27 de la DUDH).
    Tout dépend l’usage.

  3. Ce genre d’addiction résulte souvent d’un manque ou d’une perte d’intérêt dans la vie réelle. Le monde virtuel offre de grands espaces de divertissement, un large choix de manière de communiquer et de s’exprimer mais aussi d’apprendre et de découvrir. Lorsque l’on compare cela à la vie réelle qui peut paraître moins attrayante, le choix est vite fait. Peut-être que la vie est encore plus dure/ennuyante dans les campagnes chinoises et coréennes (c’est là-bas que l’on trouve les plus gros joueurs).

    Je pense que un avant tout problème de société, intéresser la jeunesse à toujours été difficile (conflit de génération). Une des solutions serait d’impliquer d’avantage les « jeunes », de mieux les considérer, de leur proposer des événements dans les domaines qu’ils aiment. Internet est souvent diabolisé, pourtant on peut y trouver et y faire des choses merveilleuses. Ces événements leur permettraient de bouger un peu, de sociabiliser d’une manière plus concrète, plus réelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *