Hello 🙂

Aujourd’hui, je voulais vous présenter le street artiste français qui sévit dans tout Paris sur de nombreux poteaux. Vous avez peut-être déjà croisé son travail en forme de gros oeil ;-) Son petit nom ? Le Cyklop. Cet artiste a commencé à peindre sans autorisation, puis ses CyKlops ont été exposées dans des galeries et des expositions. Il a également participé à des festivals, puis des installations permanentes. Il a aussi travaillé avec des écoles et les enfants ont ainsi fait une centaine de monstres dans les rues.

Bref, j’ai croisé son travail l’autre jour, ça m’a fait sourire, je vous le partage donc 🙂

Pour la petite histoire, il faut savoir que les habitants des quartiers de Paris où CyKlop avait peint ses personnages ont fait une pétition à la Ville de Paris afin de conserver son travail mais les services municipaux ont vite fait leur travail de nettoyage. Heureusement, depuis peu, la Ville de Paris a reconnu son travail et le laisse dans la ville. Je serais curieux au passage, de savoir comment les directives de la Ville de Paris sont données aux services municipaux pour laisser les oeuvres de certains street-artistes et de retirer celles des autres.

source




4 commentaires

  1. je l’ai croisé un matin quand il posait les deux cyclopes devant la galerie anatome,
    c’est cool et bien trouvé. en plus il est très sympa, prend le temps de discuter avec les gens.
    Par contre, vu que la galerie se fait dégager je ne sais pas si l’agence va les garder :/

  2. Je trouve l’idée vraiment sympa. Les municipalités devraient autoriser ce genre de customisation, et l’étendre sur tout le mobilier urbain (lampadaires, barrières etc).
    Le maire de Tirana (Albanie) a permis aux graffeurs de s’amuser sur les immeubles d’un quartier : ça a donné un coup de jeune à un quartier complétement délabré.
    « Je serais curieux au passage, de savoir comment les directives de la Ville de Paris sont données aux services municipaux pour laisser les oeuvres de certains street-artistes et de retirer celles des autres. » Dans la mesure où ça coute cher d’effacer des graffitis, et que ça plaît aux habitants, autant le laisser faire 🙂

  3. Génial ! J’avais justement trouvé quelques unes de ses productions en me promenant dans Paris et je me demandais qui avait bien pu faire ça. Merci pour l’info !
    J’en avais également dis 2/3 mots accompagnés d’une photo sur mon blog :

    http://meelenlifestyle.wordpress.com/2012/03/08/poteaux-originaux-paris/

    Je trouvais que ça donnait du peps à la rue, mais je pense qu’il faut que cela reste exceptionnel, après le street-art perdrait de son intérêt et attirerait moins l’oeil du passant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *