Hello 🙂

Vous avez sûrement dû entendre parler de cette mode « hipster », souvent moquée, parfois mal cernée, personnellement, j’essaye encore de savoir où elle commence où elle se termine. Alors bon, déjà, pour rappel, un hipster, voici la définition :

« Hipster est un terme des années 1940 qui désignait à l’origine les amateurs de jazz et en particulier du bebop qui devint populaire dans ces années-là. Le hipster adoptait le mode de vie du musicien de jazz, notamment la manière de se vêtir, l’argot, l’usage de drogues, l’attitude détendue (« cool »), l’humour sarcastique, la pauvreté de rigueur et des codes de conduite sexuelle libre. Les premiers hipsters étaient généralement de jeunes blancs qui adoptaient le style des noirs urbains de l’époque. Ceux qui vinrent ensuite ne connaissaient pas forcément l’origine culturelle de ce mode de vie. Le terme hipster a été réactualisé dans les années 90 et 2000 pour décrire une classe de jeunes hommes et jeunes femmes d’une vingtaine d’années, de classe moyenne (supérieure), instruits, installés dans une ville, bien qu’ils proviennent parfois de toutes les parties du pays. » [wikipedia]

Et bien qui dit graphisme & hipster, dit cette série de logos revus et corrigés à la sauce « hipster », avec les symboles graphiques qui vont bien :

Et en résumé, si on analyse un peut tous ces symboles, le « hipster design » s’apparenterait à :

  • des traits fins
  • des typos sans serif en capitales,
  • des symboles à la ligne claire
  • des moustaches
  • des lunettes de « nerd » (ou lunettes la sécurité sociale dans les années 80)
  • des lignes parallèles,
  • des symboles western,
  • des textes dans des cercles,
  • des mises en page centrées,

Hipster ou pas, je trouve ça néanmoins assez élégant dans le style et la forme, même si tous ces signes sont vidés de leur sens, ce qui est hélas bien dommage.

source | merci Tania




12 commentaires

  1. Ce qui est amusant c’est d’analyser la tendance de fond qui vient avec ce style graphique. On voit de plus en plus de graphistes qui l’utilisent que ça soit pour des logos, des compositions de typos (que l’on retrouve beaucoup dans les pubs et affichages en ce moment) ou simplement dans le design des derniers sites internet en vogues (il suffit de trainer 5 minutes sur awwward et fwa pour en trouver une flopée).

    Je suis assez d’accord pour dire que c’est élégant, en revanche je trouve ça un peu trivial (autant dans l’exe que la conception). La question étant de savoir quelle seront les limites de cette tendance, et qu’y aura t-il après ?

    Au fait, je dit ça mais je fait beaucoup de « hipster design » de mon coté aussi.

  2. C’est élégant en effet, car sobre et monochrome. Mais je trouve que cela manque de force, de personnalité, de profondeur. Ce sont des logos à l’impact faible.

    A l’image de la personnalité des hipsters ?

  3. Perte ou manque de personnalité, je suis pas tout à fait d’accord. Regardez ces logos là et regardez ensuite les logos actuels des différentes marques (Adidas, Heinz, Nivea, Adobe). Il y a quand même, hormis le noir et blanc, un côté hipster ou une identité héritière de cette mode là.

  4. Certains sont réussis, d’autres moins. Après, est-ce que c’est vraiment le style hipster… J’ai du mal à cerner. Aujourd’hui, toutes les personnes un peu décalées, stylées (ou ridicule, c’est selon) ou portant une chemise à carreaux et des lunettes sont cataloguées hipster. Alors que si on regarde la définition, c’est un peu plus que ça. En tout cas, j’aime bien le Nivea et le Heinz.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *