danse

Hey 🙂

« The me bird » est un court métrage dessiné et animé par le studio 18bis. Vous allez le voir, il s’agit en réalité d’une interprétation magnifiquement animés du poème de Pablo Neruda, directement inspiré par la technique du pochoir afin de conceptualiser et de voir réellement les strates du dessin. Ainsi, la répétition des couches symbolise le fait le passé de nos mouvements et de nos actes.

La technique sert avec simplicité la belle histoire de cette ballerine sur son voyage vers la liberté.

Dansons maintenant !

Le making of

Une expérimentation artistique très riche qui croise de nombreuses techniques, de nombreux arts… comme j’aimerais en voir plus souvent.

 




7 commentaires

  1. Ouaaah… Un passage chez Geoffrey, c’est toujours l’occasion d’un tas de chouettes découvertes (et de cultiver l’art d’être devant son ordi sans travailler…).
    Merci à vous 3.

  2. Les vidéos sont sublimes ! La danse est réellement bien mise en scène dans ce court métrage ! Cela me rappelle les pas de danses que je pratique depuis plusieurs années dans mon école de danse. Je vous invite tous et toutes d’ailleurs en pratiquer la danse. Moi j’ai trouvé des cours de danse classique à Pau sur http://www.votre-danse.com/danseclassique-pau-64.html mais vous aussi je suis sur qu’il y a un prof ou une école de danse pas loin de chez vous. Laissez vous tenter !

  3. Vraiment très intéressant… C’est une vision très macabre que nous offre l’auteur sur la perspective de grandir. Selon son oeuvre, on voit clairement que pour lui, les adultes « planent » et ne sont que des ballons remplis d’air (on dirait par ailleurs du gaz à pot d’échappement, accentuant la connotation « nocive » du fait d’être adulte). Ils se détachent de la vie réelle, ne voient plus ce qu’il y a réellement à voir, pour ne devenir que des enveloppes vides. Ainsi, le petit garçon emmène son ballon loin de la ville, au bord de la mer: l’air impur se dissipe.
    Mais le jeune garçon, redoutant l’instant fatidique, est cerné de près par cet air impur qui le corrompra bientôt: la fin de l’enfance.

    PS: c’est un point de vue tout à fait personnel, il se peut que je sois complètement à côté du message passé par l’auteur!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *