Qui a dit que l’art de rue devait être un art sympathique, gentil, serviable avec les gens et poli ? Qui a dit qu’il fallait se faire aimer des passants lorsque l’heure est à l’intrvention urbaine ? Et bien Florian Rivière Qui a dit que l’art de rue et de décoration toujours aimé être? L’artiste Florian Rivière a ainsi installé des pièges dans la ville, réalisé des affiches pour expliquer quelques principes du vol à l’étalage ou encore préparé des trous pour faire tomber les gens ! Bref, c’est une véritable guérilla urbaine que voilà, et loin du terme employé par « les gens du marketing », la guérilla urbaine risque de faire mal !

Avec une bonne dose d’humour noir, ces interventions dans l’espace public signent un genre assez nouveau et questionnent également le rôle de l’artiste et le rôle de l’observateur. En effet, à force de le titiller l’observateur commence à se poser des questions et, mieux, avoir un regard critique ! Parfait pour qu’il entre à son tour en guérilla urbaine ! Bon, avec tout ça, il va falloir rédiger un manuel des techniques de la survie en milieu urbain ;-)

 

source source | merci Jérôme




8 commentaires

  1. Il manque un mot, je crois :

    « réalisé des affiches pour expliquer quelques principes du à l’étalage ou encore installé »

    Tu voulais dire principes du vol à l’étalage peut-être ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *