Depuis 3, 5, 10 ou 25 ans que vous travaillez, vous avez produit énormément de contenus, de fichiers,  de logos non retenus, de recherches graphiques, de typos qui ne sont jamais sorties, des bouts de code, des morceaux de sites web, des maquettes, des gifs animés…

Mais le client n’a pas choisi votre proposition, vous n’avez jamais mis vos créations sur Dribbble, vous vous êtes arrêtés au milieu d’un projet, vos fichiers n’ont jamais été exploités… Bref, vous avez des dossiers plein de contenus non exploité.

💡C’est mon cas je me pose la question suivante :

Que devons-nous faire de toutes ces créations et ces fichiers produits ?

Pour y répondre voici quelques suggestions en vrac :

  • Vous nettoyez et rangez vos meilleurs fichiers et les vendez 3, 15 ou 40€ sur des marketplaces aux côtés de millions d’autres fichiers en espérant que les votres se vendent.
  • Vous supprimez au fur et à mesure vos fichiers pour ne pas alourdir vos disques durs et vos créations disparaissent à tout jamais.
  • Si vous enseignez, vous offrez vos fichiers à vos étudiants pour qu’ils n’en servent.
  • Vous créez un gros fichier ZIP et mettez ça en libre téléchargement gratuitement sur votre site.
  • Vous créez un gros fichier ZIP et vendez ça aux enchères, comme un coffre aux trésors dans lequel on ne sait pas sur quoi on va tomber.
  • Vous créez une exposition dans laquelle chacun repart avec un fichier de façon aléatoire. L’exposition s’arrête quand tous les fichiers ont été pris.
  • Vous léguez tout votre travail de créatif à vos enfants ou petits enfants pour la postérité.

Ce ne sont que quelques pistes, certaines mercantiles et d’autres non, certaines un peu utopiques et d’autres très terre à terre. Pour ma part, je n’ai pas le temps de nettoyer les fichiers pour essayer de les vendre alors je sens qu’un jour viendra où je ferai un gros fichier ZIP dans lequel je balancerai tout 🙂 Et pour toi, lecteur, est-ce une question que tu t’es déjà posée ? As-tu envisagé une solution ? Curieux d’avoir ton regard 👀




7 commentaires

  1. Hello Geoffrey.
    Question cruciale, intéressante, épidermique.
    Depuis 19 ans (!), j’entasse, je stocke, je range pas toujours très bien.
    Pendant plusieurs années consciencieusement sur CD, puis DVD. Et depuis que les DD sont assez costauds en GO… je ne stocke plus. Depuis 13 ans à peu près.
    Parfois je vaque sur les documents non retenus depuis des années.
    Quasiment sans exception les projets refusés sont les meilleurs.
    Qu’en faire, je t’avoue que je n’y ai jamais pensé.
    Déjà refaire vivre des projets retenus serait un boulot de titan… un peu amer.
    Je ne sais pas tu vois ce que je veux dire.
    Si d’autres ont des idées.
    Toi, tu as trouvé une excellente solution avec ce site, avec tes sites.
    Moi, j’ai beaucoup de mal à parler de mon job.

    1. Hello 🙂 Tu arrives très bien à parler de ton job au travers de ce commentaire pourtant ! Merci pour ton message et en effet, le boulot de titan que cela représente est un frein énorme. D’où mon idée d’un gros fichier ZIP à donner aux gens de l’Internet … 😉

  2. Hello les Designers,

    « Designer » est un anglicisme ne renvoyant que très peu aux activités de conception de logiciels. Cet anglicisme, comme tant d’autres, piquent toujours mes oreilles

    Avant d’être toute belle et graphique, une conception est d’abord « conceptuelle », de processus et de modèles conceptuels (regardez linux …). Avant d’être toute belle et graphique, une conception est d’abord fonctionnelle (regardez git et les chaînes de block en général -arbres de Merkel …).

    En tant que concepteur de logiciels, je ne produis pas tant que ça d’objets graphiques. Et, malheureusement pour moi, il n’y a pas encore de marketplace pour les modèles conceptuels et les processus non validés par mes clients 🙂 Pourtant, j’ai des caisses entière de modèles non mis en production.

    Excepté mon troll, je trouve ce site riche en réflexions de fond. Merci à son auteur de nous faire prendre de la hauteur 🙂

    Bonne journée à tous 🙂
    Olivier

      1. Anglicisme? Il me semble pourtant …
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Design#Une_origine_anglaise
        https://www.linguee.fr/francais-anglais/search?source=anglais&query=desgin

        « To Design » voulant dire dans notre cas « concevoir à dessein »?

        Mais on ne pourra jamais ignorer l’image que provoquent les mots « design » et « designer » dans l’inconscient collectif …

        Je vais peut-être un peu vite. Je suis froissé par ces personnes qui disent « c’est design » comme si conception était un adjectif qualificatif alors que « to design » est un verbe décrivant une activité. Et puis « designer » invoque une ontologie particulière, celle des gens cool qui savent dessiner -oui, je suis frustré, je ne sais pas dessiner:) et qui ont le goût des belles choses; c’est proche du concept d’art bien loin d’une conception fonctionnelle, pratique. Dans la conception de logiciels, on trouve des appli, des sites web très jolis mais dont le processus d’utilisation est lourd, opaque, pas pratique et dont la conception technique peut-être complètement inadaptée (par exemple un frontend fixe fait en wordpress …).

        Un exemple pour illustrer mes propos -la conception est souvent sous le capo:
        https://blog.keras.io/

        Quand l’auteur titre « User experience design for API », il dit selon moi « conception d’expérience utilisateur pour librairie ». Dans le cas précis de Keras, il y a une réelle conception du processus d’utilisation de l’outil. Ce n’est pas une conception graphique, cette conception ne se voit pas, elle se pratique, se ressent.

  3. Bon, déjà, supprimer les doublons, les premières, deuxièmes, et toutes les versions non-définitives des projets pour lesquels on est allés jusqu’au bout. Garder uniquement les fichiers utilisés dans le final ou des pistes intéressantes même si non retenues. Ce n’est pas forcément la peine de s’encombrer de fichiers sur lesquels on ne reviendra pas, mais peut-être de les garder pour son portfolio.

    Et ensuite, quand on aura le temps, quand on sera en retraite ou au chômage, prendre le temps de repartir de chacun des fichiers abandonnés (ceux qu’on a éliminés au cours de la recherche, ceux qu’on n’a pas menés à terme…) et les travailler jusqu’à en faire quelque chose de bien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *