Bonjour tout le monde et bon lundi !

Ce matin on démarre la semaine avec une pratique artistique qui place son atelier sur les toits afin de concevoir des peintures à grande échelle pour Google Earth ! Ce projet réalisé par Molly Dilworth utilise des matériaux en fin de vie (des fins de peintures utilisées pour repeindre les immeubles) et tente de marquer une présence « physique » dans l’espace numérique de Google Earth.

Comme ce projet prolifère, il prendra deux formes, un modèle communautaire, avec l’aide de bénévoles locaux et l’autre forme sera de mettre en place un vrai système de récupération de peinture. Si vous aimez l’art de rue, je vous invite à aller jeter un oeil sur cette rubrique et sur cet article ;-)

Et vous… il y a quoi sur le toit de votre immeuble, de votre maison ? ;-)




7 commentaires

  1. Je sais pas si mes employeurs sont « artistes google-earth » 😆 mais en tout cas, ça fait 2ans que le logo de notre boite en 20mx30m est peint sur le toit d’un des atelier du site… Du google-earth-advertising?
    Je viens de vérifier mais la résolution du secteur est trop mauvaise pour que ça rende quelque chose. Faut le savoir en fait et connaitre le logo pour le reconnaitre ➡ FAIL.
    Finalement l’idée était assez bonne mais la technique pas assez aboutie…
    Du coup pour que ça rende quelque chose,
    1) Il vaut mieux prévoir assez grand suivant les lieux non?
    2) Tout les combien de temps les datas de google earth sont-elles mises à jour? Attendre 6mois ou 1an pour voir son œuvre, assez galère non?
    3) A part en diffusant les coordonnées ou la faire très près d’un site présentant un gros attrait (monument,aéroport…etc), la visibilité de l’œuvre risque d’être assez réduite par rapport aux moyens engagés non?

  2. En même temps, quand je vois que la résidence dans laquelle je vis aujourd’hui depuis mi-2009 dont bâtiment est sorti de terre mi-2008, et que sur GoogleEarth, l’image de mon adresse est encore le ‘trou’ de fondation du bâtiment. Pourtant, il y a bien le copyright 2011 Tele Atlas.

    Cela pose la question de la visibilité et la pérennité de ce genre d’oeuvre…si il faut attendre 3 à 5 ans pour voir la peinture (voir plus) que Google actualise ses clichés, cela représente t’il un intérêt pour l’artiste ? ;)-


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *