Je voulais vous parler d’un travail très intéressnt que j’ai découvert via objetgraphik, il s’agit du projet de diplôme d’Audrey Dodo qui a développé un langage entre le graphisme et le braille, un concept simple mais que j’apprécierai retrouver dans mon quotidien !

“Nous sommes dans une société de l’image prenant pour norme l’individu bien voyant. Le marketing n’y échappe pas et l’identification d’un produit alimentaire représente pour les personnes déficientes visuelles une difficulté quotidienne. Alternative au braille, très peu pratiqué, “Fermer les yeux pour voir” propose un nouveau langage graphique et tactile qui prend en compte les besoins de l’ensemble de la population : non-voyants, malvoyants et voyants. Fruit d’un partenariat avec le Comité Louis Braille, ce projet s’inscrit dans les attentes réelles du public déficient visuel, un public hétérogène dont les besoins sont mal appréciés dans l’approche marketing actuelle.
Lorsque certaines enseignes se penchent sur le problème de l’identification des produits alimentaires, c’est par l’emploi du braille qu’elles y répondent. Cette initiative bien que louable puisqu’elle a le mérite d’exister, montre bien qu’aucune étude n’a été menée pour définir clairement les besoins afin d’y répondre de manière juste. La mise en place du braille sur les packagings correspond plus à la volonté d’améliorer son image de proximité qu’à celle de vouloir apporter une aide concrète. En effet, la maîtrise du braille est pratiquement réservée aux aveugles de naissance qui représentent une infime proportion de la population déficiente visuelle.
Par ailleurs, la majeure partie des personnes déficientes visuelles est malvoyante. Pour ces consommateurs, l’existant ne répond que très épisodiquement à leurs besoins. On constate un manque récurrent de contraste et de hiérarchisation de l’information mais aussi une hétérogénéité typographique ; tout ceci contribuant à une communication visuelle confuse.
La communication des produits alimentaires s’adresse uniquement aux voyants. Pour apporter concrètement des solutions et répondre aux besoins de tous, c’est la communication globale des produits qui est à repenser.”

> Si vous voulez en savoir plus sur ce travail graphique, je vous invite à le découvrir sur objetgraphik (un très bon site au passage!)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *