Je viens de lire une bonne partie de ce cahier d’exploration signé par le travail commun de la Fing et le Cigref avec le Club Green IT et publié en mai. L’idée de ce cahier est d’une part, d’explorer la question des enjeux écologiques dans le numérique et notamment les services informatiques (« ecology by design ») et d’autre part, d’essayer de comprendre et de proposer des solutions pour les projets et les entreprises qui souhaitent prendre en compte la question de leur impact écologique.

transi1

Aujourd’hui, la question de l’écologie n’en est plus une, c’est une évidence. À mes yeux, c’est une bêtise que d’ignorer le sujet et même si il peut sembler difficile de changer radicalement ses processus de travail, sa façon de consommer ou encore ses outils méthodologiques, cela devient incontournable de progresser en ce sens. Cet ouvrage présente également des liens entre écologie, activité sociale et enjeux sociétaux comme le présente le schéma ci-dessous.

ecoé

“Ecology by design” : l’informatique au cœur de la transformation écologique des organisations

[lire le PDF]

Sur le site de Transition2, sont résumés les différents points clefs du document, avec notamment :

  • Un état des lieux à jour de la « fonction SI » dans les organisations : son rôle, son périmètre, ses nouvelles prérogatives, mais mais aussi, ses difficultés et embarras
  • 4 leviers pour la transition écologique des organisations : Dématérialisation radicale / Partage et mutualisation / Changement des comportements et des aspirations / Réduction des déchets.
  • 2 scénarios, racontés sous forme de récits, d’une transformation réussie : »l’internet des colis » et « des produits de 10e main »
  • 4 pistes pour orienter l’IT vers une perspective « ecology by design » :  Changer la mesure pour changer l’activité de l’entreprise / L’internet des objets au service de la performance écologique / L’aura numérique des objets / Vers une méthodologie ecology by Design
  • 3 propositions méthodologiques pour “faire sa transformation écologique et économique soi-même” : une méthodologie pour se projeter, une plus radicale, et une dernière qui pense la transition plus profonde de l’organisation

eco3

En ce qui me concerne, la présence des enjeux écologiques est assez forte dans mon quotidien (par des petits gestes comme le tri, l’alimentation, la consommation, etc.) mais j’essaye aussi d’agir en ce sens au travers de mon travail même si la route est encore très longue. Et vous, vous avez de bonnes idées, de bons conseils, des actions à mener ?

source




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *