Hello 🙂

Ce midi je vous partage le nouveau programme du secteur Design graphique Multimédia de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (Ensad Paris) . En effet, l’Ensad renouvelle son programme de 4e et 5e année (Master). Il permet d’associer les enseignements de quatre designers, André Baldinger, Ruedi Baur, Rémy Bourganel et Philippe Millot.

André Baldinger.
Programme de design typographique Création de concepts visuels personnels et innovants en typographie

Ruedi Baur.
Programme de design systémique Systèmes d’identification, d’orientation, d’information, et processus de mise en scène

Rémy Bourganel.
Programme de design service et design d’interaction Services innovants développant des interactions entre les personnes et/ou avec les objets et l’environnement

Philippe Millot.
Programme de design éditorial Recherche et développement de scénarios inventifs pour l’édition

Les quatre programmes couvrent les questions de méthodologie, de recherche et de conduite de projet. Ils permettront aux étudiants d’élaborer progressivement le thème de recherche qu’ils souhaitent développer à la fois pour le Mémoire et le Grand Projet, matières de leur Diplôme en 5e année.

Les quatre programmes s’appuient également sur un ensemble de cours partagés qui aborderont les disciplines des Sciences Humaines et Sociales (sciences cognitives, psychologie, anthropologie, histoire, philosophie, littérature, sociologie, sémiotique), la narration, les technologies (état de l’art des technologies de l’information, prototypage) ou encore les questions liées à l’innovation.

Pour information :

Le programme est ouvert aux étudiants designers issus de la troisième année de l’Ensad et aux candidats extérieurs titulaires d’une licence.

Les candidats doivent montrer:

  • des connaissances assurées acquises au cours du cycle initial d’étude (3 ans)
  • une réelle motivation et un sens certain de l’autonomie doublée d’une capacité à travailler en groupe
  • un goût pour l’empathie
  • une inclination à imaginer des scénarios novateurs, fruits de logiques différentes
  • une bonne pratique de l’anglais (parlé et écrit)

En savoir plus (attention les yeux si vous n’aimez pas trop le jaune) | le concours (jusqu’au 4 mars)




13 commentaires

  1. Sérieusement ? Ya encore des graphistes qui bavent devant l’approche totalement systématique et 1er degré de Ruedi Baur ? Je dis pas qu’il n’a pas beaucoup fait à une époque mais pour un programme qui se veut novateur dans une école qui devrait encourager une nouvelle génération de designers ce choix me parait vraiment plus que discutable.

    Normalement Ruedi Baur ça fait rêver uniquement les étudiants en 1e année qui ne connaissent que lui et deux ou trois autres « super stars » du graphisme en France non ?

  2. Non je ne l’ai pas eu comme professeur, je ne remet pas en doute ses qualités d’enseignant mais sa place dans un Master comme celui proposé. Comme je disais à nouveau master, nouveau enseignants. Je trouve souvent dommage en France qu’on ne fasse appel qu’aux personnalités les plus reconnues dans leur domaine encore et encore. Je pensais que ce problème touchait le milieu du travail (des commanditaires qui ne font appel qu’aux « grands » par manque de fougue) mais ça m’attriste un peu de voir que c’est aussi le cas dans une école est censé représenter une forme de vivier créatif. La nouvelle identité de l’école me laissait un peu perplexe, j’avais (et j’ai toujours) envie de croire qu’il y avait quelque chose au dela de son classisisme mais là je commence sérieusement à douter.

    Enfin bon, c’est pas très grave non plus, les écoles d’art ça c’est comme le reste ça tourne. Il y a eu la période ENSAD puis la période ECAL, ça continue de bouger vers l’Allemagne et la Hollande, bientôt ce sera en Tunisie et en Egypte et c’est tant mieux.

    Je parcours également le programme de ce nouveau cursus, ça a l’air plutôt intéressant même si j’ai l’impression qu’il manque d’une direction vraiment claire, d’un tout petit peu plus de spécialisation. Enfin je me trompe peut être, je n’ai pas pris la peine de lire l’ensemble de la formation proposée.

  3. @Paul: Merci pour ton commentaire, c’est très intéressant. En effet, tous les enseignants cités ci-dessus ne sont pas « nouveaux » à l’Ensad mais sont déjà des enseignants de l’Ensad actuellement en poste. Comme tu dis, la lumière sur les grandes écoles d’art change, Ensad, Ensci, Ecal… De mon côté, je vois beaucoup de grandes écoles & universités en asie, notamment en Corée du Sud ou au japon voire en Chine également.

    Au plaisir de te lire 🙂

  4. Au pire je ne vois pas le mal d’admirer le travail de Ruedi Baur, et d’estimer que l’avoir comme prof doit beaucoup apporter. Même si sont travail est systématique et qu’il ne se renouvèle plus tellement vu qu’il sait que ça marche.
    Ce n’est pas pour ça que je ne jure que par des grands nom, au contraire j’estime que les graphistes les plus intéressants et les plus doués travaillent dans l’ombre et quelque part c’est tant mieux.
    Et sinon oui je suis étudiante en première année de BTS Com visuelle option print, sortant d’un bac art appliqué.
    Je n’ai surement pas votre culture , et surement que oui je connais principalement les grands noms du graphisme mais pour en revenir au programme proposé par l’ENSAD , quand on est étudiant de ce niveau je pense qu’on peut faire la part entre le programme d’enseignement, et l’enseignant lui même.

  5. C’est clair que j’ai tendance également à penser qu’au fond les grands du graphisme sont : soit de la génération Ruedi Baur et compagnie — graphistes qui ont pu facilement trouver une place dans le paysage français dans les années 70/80 (à ce moment le graphisme était plus considéré, tout le monde ne pouvait pas faire du graphisme grâce au PC, et il y avait une vraie politique d’essor culturel) ; soit des récents qui jouent autant des principes de communications que les boites de pub… Mais au fond, je bifferai à mort avoir ces 4 bonhommes comme prof. Au passage un petit article sur Philippe Millot, pour voir un peu d’humilité :http://www.salutpublic.be/2ou3choses/a-decouvrir/l’erudit-et-le-dessinateur/

    (dsl pour la concurrence Geoffroy 😉 )

    Bye et au plaisir !!!

  6. Hello hello,
    Jme permet de réagir à la réaction de Paul. Je suis parfaitement d’accord avec toi, la « line-up » du master n’est pas particulierement fraiche et petillante de créatifs débridés.
    Mais l’émulation d’une école ne vient pas necessairement de la fougue de ses profs (qui peuvent apporter plutot une sacrée experience, et concernant ces types, c’est bien le mot qui les definit le mieux), je pense que les 4 bonhommes sont des sacrés brutes dans leur domaine et que ces compétences allié à ce nouveau programme, ben je suis plutot optimiste.
    (Nan, en fait jsuis pris dans le master en question, du coup ce message perd beaucoup en objectivité, merde)

    bon sinon les hachures jaune c’est nul ouip, et moi je dit que le design en europe ça va se passer en holande, et je trouve le boulot de baur aussi chiant qu’un tableau de delacroix (au hasard hein)

  7. Je suis un etudiant libanais, je cherche pour continuer mon mastere en design graphique dans votres entreprise. SVP J’ai besoin des informations sur la formation et les tarifs.
    merci
    simon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *