[« Dans le carnet de… » est une série d’articles qui vise à explorer les carnets de créatifs, d’artistes, de designers, de bricoleurs, etc. Cette série est une façon de remonter le fil d’une pensée singulière, d’avoir un aperçu vraiment personnel d’une activité créative mais aussi de revenir aux sources de très beaux projets]

Dans le carnet de Pablo !

Pablo, connu aussi sous le nom de Thomas Pons est un illustrateur et animateur français, plein de talent, d’idées et d’humour également ! En lui proposant de participer à ce troisième épisode de « Dans le carnet de… », il m’a tout de suite dit oui et j’étais certains que ses carnets seraient plein de surprises. Pablo, je l’ai connu aux Arts Décos pendant mes études, mais j’ai aussi la chance de suivre ses projets comme celui d’un dessin par jour – un projet à couper le souffle.

Bref, aujourd’hui, il nous ouvre ses pages et ma première question est la suivante : Combien de temps passes-tu à dessiner par jour ? Et quand tu le ne fait pas pour le travail, est-ce que tu le fais à côté et pourquoi ?

« Coucou Geoffrey 🙂 . Un millier de mercis de m’offrir l’occasion de participer à cette belle série sur le carnet ! Pour ce qui est du temps passé à dessiner c’est toujours « beaucoup beaucoup » puisque j’anime en 2d image par image pour la quasi-totalité de mes boulots. En-dehors de ces travaux je passe encore pas mal de temps à griffonner dans les carnets (à la maison, dans le métro ou le bus, en vacances ). Je fais du dessin en pilote automatique depuis pas mal d’années maintenant…donc ça fait partie intégrante de mon quotidien et ça me permet de garder une trace du temps qui file (toujours trop vite). J’ai des dessins des personnes que j’aime, des lieux qui passent et qui finalement m’ont touché, et des quelques idées qui me viennent de temps à autre. Je ne prend pas beaucoup de photos….je suis très mauvais pour écrire…donc le dessin et les carnets de croquis en particulier, c’est ce que j’ai de mieux pour stocker les souvenirs. »

Dans tes carnets, tu sembles avoir énormément de styles graphiques différents. Parfois à la ligne claire, parfois aux crayons de couleur, parfois à l’aquarelle ou encore à l’encre de chine… Qu’est-ce qui motive ces changements et est-ce qu’il y a une technique que tu préfères ? 

« Pour la technique c’est un peu selon l’humeur du moment, ou la nécessité d’un projet. Des fois je fais certains dessins avec l’envie de me rapprocher d’un style ou d’un artiste en particulier, d’autres fois ça tient juste à une séance d’achat compulsif dans un magasin de fourniture d’art et l’envie de tester un crayon ou un feutre un peu différent. Si je dessine pour un projet précis, comme un clip vidéo, ce sera la musique de l’artiste qui va guider le choix de l’outil. Pour d’autres projets qui sont plus personnel c’est assez libre, puisque la thématique peut influer sur la technique et inversement, la technique peut faire naître des envies de projets. Après avoir dit ça j’avoue que la plupart du temps je me rabat sur un crayon noir en particulier, le faber-castel polychromos noir parce qu’il offre une panoplie d’expression très large avec l’avantage (non-négligeable) de tenir dans la proche arrière de mon pantalon »

Sur certaines pages, ton dessin est vraiment vivant, il bouge presque, parfois même il rentre dans des cases comme des images de film, on y voit souvent des débuts ou des bouts d’histoires. Est-ce que ton dessin est une façon singulière de raconter des histoires ? Est-ce uniquement lié à ton métier d’animateur ou te retrouves-tu parfois devant des situations inexplicables autrement que par le mouvement ?

« Je ne sais pas si j’ai toujours voulu faire de l’animation ou de la bande dessinée….par contre je crois que j’aurais beaucoup aimé être musicien. Du coup j’ai l’impression qu’à défaut de pouvoir jouer d’un instrument je peux mettre des éléments rythmiques sur papier. J’aime beaucoup les dessins de Paul Klee et Saul Steinberg qui sont très rythmés, mais j’ai aussi dans mes dossiers de références graphiques des partitions de Stockhausen ou de John Cage. Je me rappel aussi qu’aux arts déco on avait un cours de musique contemporaine avec des sessions d’écoute dans le noir total…et à ce moment là je sortait un carnet et un crayon pour jouer au sismographe amateur. Donc si je dois parler de mouvement ce n’est pas vraiment comme un animateur avec des gestes ou des anticipations de gestes….c’est plus comme un faux zicos un peu frustré ^^. Les meilleurs moments de dessin c’est quand j’ai le casque aux oreilles avec un son qui envoie 🙂 »

Tu as entrepris plusieurs dessins réalisés uniquement avec des points, tu joues donc énormément avec la lumière. Est-ce pour un projet précis ou une façon d’explorer encore une nouvelle technique ? 

« A l’origine de ces dessin il y a un clip pour un artiste électro que je co-réalise en ce moment avec d’autres amis réalisateurs (hyper talentueux et anciens de l’ensad !). C’est une animation qui joue sur les échelles, l’infiniment grand et l’infiniment petit avec la méthode du cadavre exquis pour colonne vertébrale. à partir de là j’avais envie de faire des dessins « boson de Higgs » fait avec de toutes petites unités qui deviennent petit à petit des espaces. Quand je commence un dessin de ce genre je ne sais pas du tout où je vais. Maintenant plus j’en fait, plus j’ai envie de faire un petit film qui utiliserait ces images…peut être qu’un personnage se baladera là dedans …peut être que ça restera une série de dessins pour le plaisir… c’est encore un peu flou. Techniquement c’est agréable d’improviser des lumières qui se construisent par le vide comme en aquarelle, et surtout d’avoir en opposition des noirs très vibrants…ça donne des images assez musicales là aussi ^^. C’est long et fastidieux, une image peut se finir en plusieurs jours ou plusieurs semaines suivant la taille…mais c’est plein d’avantages car on peut faire ces petits points en rythme sur une musique…ou simplement laisser l’esprit vagabonder pendant la séance…ça ressemble à une technique de méditation déguisée en fait.o »

Côté technique justement, ton carnet préféré qu’est-ce que c’est ? Toi qui dessine aussi énormément sur écran, est-ce que ta pratique est différente d’un support à l’autre (numérique / papier) ? Et les sensations ?

« Pour mon matériel préféré c’est très précis ^^, puisque c’est le carnet à dessin moleskine format A6 (j’ai l’impression de faire déjà ma liste au père noël quand je dis ça). J’ai toujours besoin d’avoir un carnet sur moi…donc s’il tient lui aussi dans la poche arrière de mon jean et que le papier est bon…c’est le paradis sur terre. Ma pratique n’est pas spécialement différente suivant les supports….j’aime autant dessiner sur ordinateur que sur un carnet ou un ipad…la seule contrainte c’est que je puisse emmener mes outils avec moi où que j’aille. Après il y a des moments où je préfère utiliser tel ou tel médium suivant les contextes…mais j’aime autant faire mes petits points dans le bus que m’installer à la maison derrière ma tablette. La plupart du temps mes projets mélangent le dessin numérique et des dessins traditionnels.o »

Pour conclure, si tu avais un conseil / un petit mot / une idée pour tous les gens qui dessinent de temps en temps dans un carnet ?

« Les carnets sont des sacrés tranches de mémoires…ça vaut le coup de les garder bien au chaud pour un jour les rouvrir et y retrouver des choses qui ne reviendront pas. »

En tous les cas, un immense merci pour ta générosité, ce partage et j’en profite pour informer les lecteurs que l’on peut te retrouver sur :




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *