Every[Ware]
un livre d’Adam Greenfield aux éditions Fyp.

Résumé : L’ubimédia peut se définir comme ce qui reste de l’informatique quand les ordinateurs ont disparu – ou plutôt, ont fusionné avec tout ce qui nous entoure. Un monde de puces communicantes, de capteurs en tous genres, de surfaces interactives et d’interfaces innovantes, qui redéfinissent notre conception des objets, des lieux et des relations sociales. Un univers informationnel dense, omniprésent et toujours connecté, dont les téléphones mobiles et les réseaux sans fil actuels ne sont que les prémisses. Adam Greenfield, en des termes simples et accessibles aux néophytes, nous précipite dans cette vision à la fois futuriste et réaliste, nous incitant à comprendre les enjeux et les conséquences d’une évolution majeure qui nous concerne tous. Car, pour le meilleur ou pour le pire, l’ubimédia est la nouvelle réalité de l’informatique du XXIe siècle.

crédit photo

Raisonnements importants du livre :

  • l’ubimédia ne répond pas a une définition précise mais est une tendance à l’intelligence numérique au sein d’une technologie « tranquille, invisible, discrète ».
  • l’ubimédia sera présent à l’avenir et nous le partagerons, pour le meilleur et pour le pire.
  • l’expérience utilisateur est donc au coeur de la problématique de l’ubimédia.
  • plus la technologie et l’informatique se répend partout autour de nous et dans le monde, moins nous avons besoin de l’embarquer avec nous.
  • pour parvenir à l’ubimédia il faut entreprendre une mise en réseau globale.
  • le besoin de sécurité est primordial dans l’expension de l’ubimédia.
  • l’ubimédia est minuscule, dissimulé et sans fil et son éthique doit être pensée.
  • « Que nous soyons concepteurs, utilisateurs ou legislateurs, nous ne devrions jamais commettre l’erreur de croire que nous comprenons parfaitement ce que les discussions abstraites relatives à l’ubimédia induisent en réalité ».
  • les acteurs de la « forme réelle » de l’ubimédia sont entre les mains des concepteurs, des régulateurs et du marché.

Mark Weiser propose des principes à respecter :

1) « Construisez ces technologies de la façon la plus sécurisée possible et incorporez-y tous les garde-fous imaginables pour protéger les valeurs individuelles »

2) « Dites au monde que ce que vous faites est dangereux »

3) « Les systèmes ubiquistes doivent laisser la possibilité aux utilisateurs de s’en désengager, à tout moment et n’importe où. »

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *