Bonjour et bonne matinée !

Il y a quelques semaines j’étais convié au HubDay, une passionnante journée consacrée aux cadres dans le milieu de la communication, de entrepreneuriat et du numérique afin d’approfondir la question des outils numériques à disposition pour optimiser la stratégie des entreprises. La thématique sur laquelle j’étais invité à intervenir était le « DIY » et toute la vague émergente de l’intelligence collective au service du produit. En tant que designer, j’ai tâché de mettre en avant les usages, la question des outils et des processus de création.

scene2

Présentation

« À l’occasion du HUB DAY Future of Products, Gael Clouzard co-fondateur d’Influencia modérait un panel autour de l’impression 3D et des usages qui en découle. Une discussion animée par nos 4 experts que sont Florent Cailly (CEO de Shapelize), Geoffrey Dorne (Fondateur de Design & Human), Bertier Luyt (Fondateur du Fabshop) et Eric Seulliet (CEO de Discovery Innovation Lab).  La création de contenu par les internautes sur internet fut un pas vers ce que l’on appelle désormais le « Do It Together », qui s’est accéléré ces dernières années avec l’arrivée du personal making.

À ne pas en douter, l’accélération et la démocratisation de cette tendance est provoquée par l’apparition des nouvelles technologies et notamment de l’impression 3D. Cette technologie numérique rencontre toutefois certains freins liés à l’expertise requise pour une utilisation optimale. Pour palier cela, une pédagogie individuelle et collective est de plus en plus mise en place au sein d’espaces dédiés appelés fablabs. Ceux-ci offrent à tous la possibilité de créer librement tel un bricoleur du dimanche. Nés au MIT, ces laboratoires de fabrication se sont donc répliqués à travers le monde, notamment en France, où l’on dénombre autant de fablabs qu’aux États-unis selon Eric Seulliet, présent lors du panel. »

Faites-le vous-même ! L’intelligence collective au service du produit

À retenir

  • On parle de démocratisation des outils de fabrication mais nous en somme encore loin
  • Qui sait modéliser un objet en 3D pour une imprimante 3D ?
  • Si l’on peut « tout créer » la véritable question est « pour qui et pourquoi créer » ?
  • L’apprentissage de la pensée « maker » doit passer par pédagogie individuelle et collective
  • Il faut « faire » pour comprendre
  • “Nous allons créer des objets comme nous avons créé du contenu sur internet”
  • Le Fablab est une sorte de lieu hors du domicile où l’on se connecte autour de la technologie (comme les cyber cafés à l’époque)
  • L’imprimante 3D a la maison serait un mythe véhiculé par les journalistes

source | encore merci Vincent




3 commentaires

  1. salut Geoffrey,
    l’impression 3D n’en est effectivement qu’ à ces prémices, beaucoup s’y intéresse mais personne ne franchit réellement le pas (perso je vais faire un blog assez exhaustif la dessus pour d’une part me former mais aussi délivrer de l’info car je suis assez fan)
    Je pense que la fin de l’année va être assez mouvementé du coté des particuliers car de ce coté on risque de voir des tas d’offres à raz des pâquerettes pour les fêtes de Noël.
    Démocratiser la 3D ? 🙁 ce sera soit une mode soit un carton en fait et pour rejoindre tes questions, est-ce bien utile ? imprimer quoi ? a quel coût ? et comment ? tant que tout cela sera pas très clair dans la tête du consommateur cela ne prendra pas .
    Perso ce qui m’interpelle, la législation … peut-on tout copier, reproduire ? la limite est ou finalement ?
    Amicalement


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *