Pour cette fin d’après-midi et de semaine (assez chargée pour moi, je ne vous le cache pas!), je vous présente une vidéo destinée aux enfants japonais et expliquant le drame qui se passe actuellement au Japon. Dans l’esprit très visuel et graphique des dessins animés japonais que nous connaissons bien, cette vidéo est très narrative, je vous laisse la découvrir :

source




11 commentaires

  1. C’en est poilant tellement c’est malsain ! Même si je comprends rien au japonais, je trouve le ton puéril totalement inapproprié face au danger écologique qui leur pend au nez ! Certes c’est à destination des enfants, mais un peu de dignité tout de même !

    En tout cas si la centrale pète pour de bon, je serai curieux de voir comment ils tourneront le drame en dessin animé tiens.
    Je vois bien les illustrations kawai :
    « oh la la ! Les méchantes radiations vont te toucher, tu commenceras à avoir mal à la tête, puis tu vas vomir toutes tes tripes, tu vas te couvrir d’infections et après tu mourras dans d’atroces souffrances dans tes miasmes et ton vomi, hihihi.
    Si jamais tu survis à ça, tu te feras quand-même bouffer la gueule par des ratons-laveurs mutants très moches. »

    Tout ça pour dire : Y’a des choses qu’il ne vaut mieux pas expliquer aux enfants.

  2. Moi je trouve ça sympa pour les enfants nippons ! Okay, au début le style est très décalé mais depuis une semaine, même les plus jeunes d’entre eux doivent bien ressentir le stress des parents, les coupures d’électricité, et surtout voir les infos à la télé. Faire un clip trop anxiogène n’aurait rien apporté de plus, à part stresser les gamins pour de vrai.
    Je pense que c’est une bonne initiative d’avoir fait ce petit film en précisant bien « si tu entends parler de ça aux infos, cela veut dire que… » et surtout que les japonais ont été très réactifs !

  3. Ben ça alors ! 🙂 Du coup je n’arrive pas à comprendre si c’est une bonne idée ou pas, je trouve que les enfants devraient être protégés contre tout ça et je ne sais pas si de les mettre face au problème c’est une bonne manière de les protéger. Cela pourrait déraper vite et ils se retrouveraient face à un beau dessin à colorier représentant la catastrophe qui les entoure…ça fait un peu peur !

  4. @Babybel: Le nucléaire est une formidable opportunité d’en finir sans larmoiement à condition que toute la sauce soit envoyée tous azimuts. Quant aux enfants, il ne fallait pas en faire pour ne pas s’en faire. C’est la seconde guerre mondiale qui a entraîné cette course folle de la création des premières bombes H, avec sans doute un petit coup de main sympathique du diable. Il faut bien qu’ca saute. Et puis la mort, quel imbécile croit lui échapper. On nait pour mourir, autant crever en beauté. Une apocalypse nucléaire, ca a de la gueule, non ! Je préfère cette fin à celle de nos ancêtres dans les mouroirs, la gueule ouverte à gober les mouches, se pissant dessus, faisant son caca dans des couches pour bébé…Un retour au stade « passionnant » du nourisson, no thank you !

  5. @Carl M.: Je crois qu’il est un peu tard pour serrer les fesses. Quand le vin est tiré, il faut le boire ; le bouillon nucléaire a été mis au point il y a un demi siècle, la catastrophe de Fukushima (une boîte de Pandore ouverte pour le monde pas seulement pour nos amis nippons) ne m’étonne pas. En revanche, je m’étonne qu’il y ait si peu de rapports sur les effets de la radioactivité accumulée dans l’atmosphère, l’eau et la terre par tous les essais nucléaires depuis 50 ans. Je crois que les enfants sont hélas les dernières personnes consultées sur le principe de précaution qui ne fut jamais appliqué en matière de recherche nucléaire. Cela dit, les enfants ont le droit de savoir à quels dangers des adultes aveuglés par le profit les exposent, ils ont le droit absolu de le savoir en des termes non édulcorés, qui possèdent la force de la vérité. Après tout, ce sont les japonais, des enfants et des adultes, qui subirent dans leurs chairs et leurs âmes la dévastation des deux premières bombes atomiques américaines (alors que la guerre était gagnée. Les scientifiques voulaient étudier in vivo les ravages inhumains, la barbarie d’une explosion atomique sur des populations et les politiques impressionner les soviétiques. Pour Théodore Monod, l’avènement du nucléaire sonnait le glas de l’humanité, à moins que Dieu en décide autrement. Pauvre logique. Celui qui donna la formule en interdirait l’usage. Il l’a fait et le fait encore aux dires de nos généraux qui parlent mezza voce de plusieurs « incidents » nucléaires militaires chaque année dont les peuples, c’est à dire les premiers concernés ne sont pas informés. Monod s’amusait à désigner nos seuls successeurs crédibles dans l’ère d’après la catastrophe : les gastéropodes ! Formidable humour du savant amoureux de la nature et des océans.

  6. @Pascal Moriset: Oui. Il n’est pas interdit de se contredire. Puisqu’apparemment ce débat ne semble pas attirer les foules, je ferai un voeu : quelle que soit la catastrophe à laquelle nous serons mangés, puissions-nous partir dans la liesse et le rire à l’instar des musiciens du Titanic qui sombrèrent en jouant un morceau de musique joyeuse. Une vie, même longue, est brève. Le soir tombe déjà, j’avais vingt ans hier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *