Hop !

On continue notre matinée avec le travail de mémoire de Thomas Guilmin intitulé : « épure, fonction et sensibilité ». Vous l’aurez peut-être compris, son mémoire questionne la simplicité dans son contexte de modernité, dans le contexte du capitalisme. Il traite également de langage graphique (la signalétique notamment) et du regard sur la simplicité et la suggestion. Enfin, il observe, décrit et identifie le paradoxe de l’esthétique du minimalisme.

Introduction

« L’arrivée de la modernité a eu de grandes répercussions sur la pratique et la vision de l’art et du design graphique. L’évolution du mode de vie vers la mondialisation nécessite une plus grande accessibilité, une plus grande clarté quant au traitement de l’information, et tend vers une simplification des visuels. Le processus d’épure prend alors toute son importance. J’entends par processus d’épure le fait de réduire un visuel à ce qu’il a de plus simple, à se défaire de tout élément superflu pour conserver l’essentiel, la structure, ce qu’il y a de plus important. Quand l’industrie fait appel au côté le plus fonctionnel de ce procédé, se pose la question de la sensibilité.

bauhau

Le Bauhaus réussit à adopter une recherche artistique et sensible pour la création d’objets sériels, adaptés aux exigences de l’industrie. Je m’intéresse tout particulièrement à cet aspect sensible, et aborde la façon dont certains graphistes se sont appropriés les codes amenés par le développement de la société moderne, pour aller au delà de leur simple fonction informative. Ils font alors appel à l’épure pour transmettre une émotion, un sentiment, en proposant un nouveau regard qui se réfère au vécu du lecteur, à ses connaissances et à sa sensibilité. Les génériques de Saul Bass me semblent être un bon exemple de cette façon de communiquer un sentiment de manière moins frontale, plus implicite et plus sensible. 

affiches

Enfin, j’évoque le processus d’épure en tant que tel et l’approche du graphiste vis à vis de ce procédé, en soulevant l’importance de l’analyse et de la notion de choix auxquels il fait appel. Je souligne le rôle des règles et de la technique dans le processus d’épure, des connaissances et du travail que cela implique pour atteindre l’évidence, mettre en avant l’essence du sujet traité. »

Lire le mémoire

merci (et bravo) Thomas Guilmin !




Un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *