Comme vous le savez, je me lance tout doucement mais sûrement dans mon métier de graphiste créateur. L’an prochain je serai diplômé de l’ENSAD et je devrai voler de mes propres ailes en essayant d’avoir des contrats pour gagner ma vie. Mon quotidien sera de réaliser des créations graphiques, des oeuvres d’arts numériques (ou pas), des sites web mais aussi des logos, des chartes graphiques, des ouvrages imprimés, des affiches. Oui, je suis à cheval entre le web et le ‘print’ comme on dit et j’essaye de maitriser les deux de la meilleure manière qui soit.

Voici alors 5 choses à ne pas faire lorsque l’on démarre une activité de graphiste indépendant (conseillées par David Marchesson) :

  • Vouloir travailler partout : Paris, Bordeaux, Toulouse, Lille. A un moment il est préférable de se poser dans un endroit plutôt que de passer des heures dans des déplacements. Surtout que nombreux déplacements s’avèrent complètement inutiles (projets pas définis, interlocuteurs ingrats parce que vous leurs annoncez que vous débutez dans votre activité).
  • Perdre beaucoup de temps avec des gens qui ne savent pas du tout ce qu’ils veulent. De plus ils changent parfois d’avis comme de chaussettes et au final on n’abouti à rien. Un peu comme le premier point, maintenant je clarifie les besoins, la stratégie : en gros je définie le “Pourquoi?, Comment?, Qui?” de façon explicite avant de commencer chaque projet.
  • Ne pas mieux conseiller les clients quand je vois qu’ils font fausse route. Je pensais avant, que les dires des clients était sacrés (”le client est roi“). Maintenant je m’attache à prévenir plutôt que guérir en matière de développement et de stratégie.
  • Ne pas mieux penser ses tarifs. Tout en voulant être flexible, il faut tenir un journal (tableur excel) qui contient exactement le temps passé sur chaque projet.
  • Courir après le temps. Les journées ne font que 24h et les semaines 7 jours. On se retrouve souvent obligé de retirer de ses heures de repas et de sommeil pour pouvoir boucler le travail à temps. Il faut se laisser une marge d’une journée voire 2 journées sur les projets.

Alors, prêts à me donner tous vos contrats ? 🙂




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *