Alors alors, ce midi je m’adresse aux passionnés de logos et d’identités visuelles avec un site qui s’adresse aux puristes de la forme. L’idée est de voir comment les marques s’affichent et fonctionnent lorsque les effets et les couleurs flashy sont retirées de leur logo. En effet, quand logo est en une couleur (noir et blanc), vous obtenez son véritable visage, sa véritable forme et vous découvrez comment il est réellement.

À l’heure du logo SNCF, LaPoste, ou LCL, voici ce que donne quelques logos en « HighContrast » :

Pour information, sur le site les logos sont notés de la façon suivante :

  • Une fois la couleur et les effets photoshop retirés, restent-ils reconnaissables ?
  • S’ils « fonctionnent » bien visuellement en taille réduite
  • Si l’utilisation du positif / négatif est élégant et si l’espace créé entre les éléments est suffisant
  • Si la forme est unique et crée une émotion
  • L’intelligence et l’habileté que le designer a mis dans la création du logo
  • Et enfin, la « fonctionnalité », si le logo est facile à appliquer dans une variété de médias (presse écrite, numérique, produits, etc.)

source




12 commentaires

  1. Wow ! Les analyses sont super pertinentes !

    N’étant pas personnellement designer de formation, mais étant obligé de me poser ces questions régulièrement, je crois que je vais beaucoup apprendre de cette lecture !

    Merci !

  2. Ton article est assez pertinent certes mais j’ajouterais juste une chose : La realisation de logo en differentes tailles suivant le support. Jem’explique :

    Sur un 4X3 un logo apparait en grand dc une lisibilité plus forte, on va donc pouvoir traiter le logo avec des graisses plus epaisses, des jeux de lumieres plus contrastés.
    En revanche si celui ci apparait sur une carte de visite, il sera bon de le retravailler de maniere plus fine : Trait et contour plus fin pour une leilleure lisibilité, attenuation des effets pour plus de clareté.
    De meme le support peut avoir son influence : on imprime pas de la meme qualité sur un papier photo et du carton ondulé par ex… La aussi un ecriture simplifie du logo sera plus judicieuse si on ne veut pas se retrouver avec un paté sur le carton (qui va boire l’encre comme je descends les denmis !)!

    Tout cela joue donc l’interlettrage, la graisses des lettres, les differentes versions couleurs et autres attributs graphico-typo-design.

    Sur les chartre graphique il ya souvent differentes tailles et declinaisons couleurs du logos suivant l’utilisation, le support et la taille de celui-ci.

    Maintenant celui qui arrive a reunir ttes ces contraites fait preuve de grandes qualites !

  3. @charlito: je n’ai pas pris le temps de développer ceci mais tu le fais très bien, et c’est très juste, une charte graphique, en théorie, comprend l’ensemble des tailles du logo en fonction des supports (on en arrive même souvent au favicon) ! Merci beaucoup Charlito !

  4. @Geoffrey
    Pas de soucis ! Bonne continuation !

    @fqboy
    Le mieux c’est d’en telecharger plusieurs (facilement trouvable ds google) de preference de marques que tu connais et visualises bien. Ainsi tu auras des bases pour developper la tienne (en gros forme, typos, couleurs, declinaisons, utilisations)

    Mais n’oublie pas que une charte c’est comme une loi c’est fait pour etre transgresser ! (voire meme trans-graisser !)

    @+

  5. Bien vu Geoffroy.

    Pour ma part j’ai l’habitude de travailler ainsi sur mes logos, au départ je ne le créé qu’en noir et blanc pour voir si le signe est assez fort…
    On (les designers) devrait tous faire comme ça d’ailleurs.

    Maintenant je me place de l’autre coté et je me dis qu’il est bien aussi de sortir de cette sorte de conformisme en le dépassant via l’utilisation de volume dégradé et tout et tout. Seulement si on va dans ce sens il faut essentiellement envisager le logo comme élément dans un système graphique et décliner une charte en béton armée pour qu’il reste lisible quand il faut et qu’il sache se faire discret aussi quand nécessaire…

    En tout cas ça fait toujours du bien de revoir des bonnes bases, saines à l’heure ou c’est tellement tentant d’user des plugins de photoshop pour faire un logo.

    D’ailleurs, pitié, dites moi que tous utilisent illustrator ou équivalent au moins ?

  6. Magnifiques ces logos juste en noir et blanc!
    Et quelle force pour certains! Pendant mes études mes profs nous incitaient évidemment à ne voir les logos qu’avec des formes et interdisaient ces effets de dégradés à la mode. On s’est tous un peu rebellés contre ça, j’en ai fait quelques uns avec un ou deux effets pour tester… et pour mieux en revenir!

  7. Wow alors je ne sais pas quels étapes ont étaient utilisés pour transformer les logos en noir et blanc mais là je dis vive l’objectivité ,je m’explique : si on prend le logo de « google » (je ne me rappelle plus du nom de l’appli ^^ ) on vois bien qu’il ya 4 couleurs dont une qui est de couleur plus clair ,on pourrais penser que celle ci (la couleur claire),aprés la transformation devienne blanche ,et pourtant non ,du coup on ne reconnais pas le logo (logique) ; alors que pour le logo d’ubisoft et le logo (M?) , (si on suit la logique) devraient être méconnaissable ,le graphiste s’est quand même arrangé sa sauce ,pour le logo M ,il a pris le « filaire » :mrgreen: et pour ubisoft …humhum…..
    amicalement

  8. Une très bonne analyse sur les logos et les identités visuelles, effectivement il est intéressant de voir si un logo de grandes marques conserve tous ses avantages lorsqu’on le voit en noir et blanc et on se rend vite compte de ceux que l’on reconnaît et les autres !
    Merci pour cet article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *