On continue notre journée avec la bonne nouvelle typographique du jour !

Dans sa quête pour l’uniformité et la simplicité, Intel et Dalton Maag ont travaillé sur la question de la lisibilité sur papier et sur écran afin de produire une police d’écriture unique et nouvelle. Intel Clear c’est son nom est donc une nouvelle police d’écriture qui comporte non seulement tous les types de caractères (latin, grec, cyrillique ou encore chinois) mais également toutes les déclinaisons pour écrans (smartphones et tablettes) ou pour l’impression.

Cette police est assez simple, ouverte et accessible, en partie grâce à la douceur relative du lettrage. Par exemple, si vous regardez la façon dont le « a » minuscule se termine, il a particularité intéressante car son dessin tente de rappeler le dessin de la calligraphie, du « fait à la main ». Intel voulait avant tout un caractère avec une sensibilité humaine.

Intel présente sa nouvelle typographie !

clear

C’est la première fois en 45 ans qu’Intel rénove sa police d’écriture et abandonne ainsi les caractères géométriques du XXe siècle en faveur d’une influence plus calligraphique et plus contemporaine.

source




5 commentaires

  1. « En gros » était en echo à  » …les caractères géométriques du XXe siècle en faveur d’une influence plus calligraphique et plus contemporaine. » 🙂

  2. Je trouve formidable qu’une entreprise comme Intel fasse appelle à des spécialistes de la création typographique pour la commande d’un caractère exclusif.

    Visiblement les designers qui ont travaillé sur ce projet avaient connaissance du Johnston Sans de 1916 dont les capitales pourraient être basées sur le Caslon Old Face gravé en 1816, alors que son bas-de-casse, lui, semble être le résultat d’une compréhension de la forme typographique sans serif ainsi que d’une grande maitrîse calligraphique qui est une source d’inspiration pour les dessinateurs depuis l’apparition des caractères mobiles.

    Je retrouve aussi dans Intel Clear, une influence du Gill Sans dessiné en 1928 par Eric Gill qui insuffla dans les proportions et les formes de son caractère toute son expérience de graveur sur pierre de caractères à empattements.

    Ceci entraînant cela, il n’est pas surprenant qu’Intel Clear rappelle également l’Akzidenz Grotesk publié en 1898 par la fonderie Allemande Berthold, peut-être le Futura de Paul Renner (1927), ou l’Helvetica (1957) ou encore l’Univers (1954)…

    Je suis rassurée de voir que même dans les multinationales l’Histoire est comprise et garde une place importante dans la création d’un produit destiné à la consommation de masse. Dans ce contexte professionnel où le cahier des charges est souvent exigeant et contraignant, les designers ont su concevoir un dessin original qui puisent ses influences dans l’Histoire des caractères sans serif et dans l’expérience qu’ils ont de l’écriture calligraphique et du design typographique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *