Comme à chaque nouvel épisode, j’écoute avec un grand plaisir Thinkerview, un des meilleurs podcasts de la galaxie. On y retrouve des penseurs, des politiques, des physiciens, des activistes et tout un panel de curieux personnages pendant une heure, sans montage, sans coupure, sans censure. Cette fois-ci c’était au tour de Jérémie Zimmermann (ancien de la Quadrature du Net qui s’est reconverti dans les massages et le chiffrement avec Hacking With Care (c’est très sérieux)) et il nous parle un peu des Internet, de la vie privée, de ses activités post-Quadrature. Bref, Jérémie est quelqu’un que j’apprécie profondément puisqu’il offre librement ce regard critique dont nous avons tous besoin.

Dans son interview, il y a un passage qui m’a évoqué directement notre « société du confort » et aussi une certaine mythologie du design qui nous laisse croire que tout devrait être toujours plus facile. Plus précisément, il parle du design de l’application de messagerie chiffrée Signal, et notamment de la « user-friendly-sation » de l’application, qui repousse de plus en plus les fonctionnalités de sécurité, de chiffrement, d’authentification au profit du côté « cool / pratique / user friendly » de l’application.

Jérémie parle là d’un piège intellectuel. En effet, nous vendre du toujours plus simple, plus facile, plus smooth reviendrait selon-lui, à essayer de nous arnaquer. Jérémie dit également « penser que des outils aussi complexes et puissants que des ordinateurs soient à la portée de tout le monde est une erreur intellectuelle ». Et il cite Apple, Google, Amazon, etc. Je vous laisse regarder le passage de son intervention ci-dessous à 01:02:48

« Le user-friendly est un piège intellectuel »

En tant que designer, évidemment, on nous demande souvent de faire du user friendly, du rapide, simple et parfois pas cher. Et pour reprendre les mots de Jérémie, il faut donc remplacer le paradigme « user-friendly » versus « trop-compliqué, j’ai pas le temps » par un autre paradigme, celui « de l’émancipation et de l’autonomie individuelle et collective » versus « le contrôle, la surveillance ». J’abonde en son sens et j’essaye de toutes mes forces de travailler de cette façon : rendre autonome, indépendant, permettre l’émancipation.

Si, dans le design, on cherche à rendre les gens autonomes, adultes et indépendants, on quitte la recherche de la simplification ultime, de l’abrutissement aussi parfois, et on ouvre de nouvelles façons de concevoir des interfaces. Il y a là, tout un terrain à explorer.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.