Hello 🙂

En ce début d’après midi je vous propose la lecture d’un texte déniché chez Linéaris, concernant l’existence et le concept de ebook.

Pour tenter de résumer quelque peu son propos, voici des points clefs :

  • Un livre n’est pas la photographie d’un livre.

“L’Ipad avec son mimétisme des pages en papier, sa réplique du format de la page, sa présentation d’étagère, se comporte comme un archiviste numérisant des contenus pour les préserver du temps.”

  • Un livre n’est pas un rectangle

[…] “En mimant la « finitude » du format rectangulaire des pages d’un livre, les readers actuels font une opération naïve et contre productive : c’est comme si Gutenberg avait cherché à reproduire la sensation de lecture de rouleaux de parchemin. Les rouleaux et les pages web peuvent accueillir des livres, ils peuvent décider de la fin de la page selon d’autres critères ou contraintes.

Notons que les premiers livres imprimés (les incunables) gardaient eux aussi des caractéristiques des manuscrits et étaient des objets richement décorés. Nous sommes encore à ces hésitations sur le concept”. […]

  • conclusions

“J’affirme donc : il n’y a pas de ebook, il y a des livres, qui sont fait pour le format dans lequel ou lesquels on les publie.

J’emprunte cette insolente affirmation au sceptique Sextus Empiricus, lequel explique dans son « Contre les professeurs » pourquoi les professeurs, les enseignants, sont une illusion, et donc n’existent pas ! C’était plus une insulte qu’une véritable exposition sceptique, en tous cas quel humour ! (au passage, oui, je lis ce genre de livres, on a tous nos tares).

Le ebook n’est pas une invention. C’est l’utilisation de plusieurs autres invention (l’ordinateur, l’encodage des caractères, …) dont les applications sont vieilles de plusieurs décennies. Les e-reader sont un dispositif inutiles pour qui est déjà équipé. Un téléphone suffit amplement à lire un livre, comme au japon ou 85% des étudiants lisent des romans sur leur mobile.”

> Et pour lire l’intégralité du billet de Linéaris c’est par ici

Alors, ebook, pas ebook ? Il faudrait le renommer alors “objet de lecture sur écran qui a un format s’apparentant à celui d’un livre”.. Mais ça fait un peu long non ? ;-)




Un commentaire

  1. OUI, objet de lecture, certes, mais objet de lecture n’ayant pas ce côté intempestif de s’éteindre au bout de 24 à 48 heures, faute de « jus ».
    Le fond est important (un alignement de caractères), mais lire dans de bonnes conditions est autre chose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *