Bonjour et bon mardi !

Quand on fait du graphisme, on pioche parfois, par-ci par là des éléments visuels et pourtant, il ne faut jamais oublier les licence derrière les photos (ou icônes, ou typos, ou images en général) que vous utilisez ! C’est l’apprentissage que ce candidat à l’élection municipale de Gex, dans l’Ain, aura fait cette semaine 😀

En effet, la jolie boulette réalisée par le graphiste de son équipe a été d’utiliser une photo de famille de l’un de ses adversaires politique pour réaliser l’affiche de campagne. Ceci malgré lui. Pour résumer, l’image du candidat concurrent figure sur les tracts de son adversaire. Le fail.

Le reportage en vidéo

Ce qui me peine le plus dans l’histoire, c’est que ce sont 7000 tracts déjà imprimés qui vont partir à la poubelle mais c’est aussi le constat affligeant que la créativité graphique en matière de visuel politique est, comme bien souvent, proche de zéro.

source




11 commentaires

  1. Ce sont de tout petits candidats dans une toute petite ville… Ce qui est inquiétant, c’est que ce soit un « graphiste professionnel » et pas juste un bénévole plein d’enthousiasme qui ait fait cette erreur et qui ait méconnu (ou méprisé) le droit à l’image…

  2. C’est fabuleux : la liste qui crée ce tract promet donc la victoire de son adversaire ?
    Joli coup que le candidat adverse aurait pu exploiter plus subtilement dans son expression.
    Et ce qui est exaspérant ce sont les raccourcis qui sont fait dans le texte ou la vidéo et qui mentionnent seulement le droit à l’image. Je précise donc qu’il est ici question aussi et avant tout de droit d’auteur. On ne le répètera jamais assez : on n’a pas le droit d’utiliser un visuel dont on n’est pas l’auteur si on n’en a pas les droits.
    Si le graphiste avait interrogé son client sur le copyright à mentionner, il n’y aurait pas eu de problème de droit à l’image.
    Et manifestement le candidat figurant sur la photo n’est pas l’auteur du visuel, le suspense reste entier donc quant à la décision de l’auteur d’engager des poursuites ou non…

  3. Pour illustrer le manque absolu de créativité et de communication niveau zéro pour les municipales, certains candidats font preuve de goûts douteux pour leur campagne : http://municiplol2014.tumblr.com.
    Au début on rit, mais ça tourne vite au rire jaune quand on réalise que ces gens-là souhaitent accéder à la fonction de maire pour représenter leur commune, ça promet de « drôles » de développements politiques pour la suite… :/
    Je me demande où ces prétendants trouvent leurs spin doctors…

  4. Je suis pas d’accord avec la « créativité graphique », pour la simple raison suivante: vous êtes pas seul sur terre.

    En fait, ces politiciens veulent parler a leur electorat, donc font des affiches qui atterissent dans les rues. Le public, c’est tout le monde. Pas juste « vous », les graphistes, et utilisateurs férus du net, qui ne représentent meme pas 1% du public.

    Ce que je veux dire, c’est que tu ne peux pas faire preuve d’audace ou de créativité dans ce domaine, car tu prend le risque de perdre des electeurs potentiels. conclusion, tout le monde doit faire « de la soupe graphique », parce qu’au final, tout le monde mange la soupe.

  5. @Kaes: je comprends. La campagne Obama semble une réussite graphique et intellectuelle. La campagne visuelle de Hollande également. Pour ma part, j’ai également réalisé quelques petites choses politiques, je reste persuadé qu’il faut faire appel à l’intelligence des gens et les « élever » 🙂

  6. @Kaes: Assez d’accord. Et en effet, je pense également que ça ne sert à rien de chercher à faire quelque chose de super original pour les politiques. Ce n’est pas la cible adéquate pour ça, c’est sûr !
    Tu as un article/visuel/nom de ce dont tu parles pour le candidat de Rennes ? Je suis du coin mais j’en ai pas entendu parlé, ça m’interesse 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *