Hello 🙂

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance d’avoir un petit article sur Spanky Few, un blog que je ne connaissais pas vraiment et sur lequel j’ai pris le temps de m’arrêter, de lire et donc… j’en profite pour vous le présenter au travers des mots de sa rédactrice, Déborah Larue.

En quelques lignes, Spanky Few, quel est le concept ?

Déborah : « À la base, Spanky Few est une micro-agence de communication spécialisée dans le conseil, la rédaction, le community management et le webdesign, que j’ai créée le 1er mail 2011 (véridique, je voulais une date symbolique) pour pouvoir donner un cadre à mes activités. Après 4 ans dans la musique, j’avais envie de retourner vers la communication pure et de m’investir dans des projets différents. J’ai fait une formation pour apprendre à créer un site web dans l’optique d’être embauchée dans un service com et finalement, je me suis lancée dans la grande aventure du freelance ! En parallèle, j’ai décidé de consacrer toute une partie du site de Spanky Few aux découvertes que je pouvais faire en matière d’art, de design de technologies, de style… Le fait d’écrire des articles, c’est revenir à mes premiers amours que sont l’écriture et la culture en général. J’avais prévu d’en écrire deux ou trois par semaine et finalement je me suis prise au jeu et j’en écris plutôt deux ou trois par jour ! Finalement, on peut dire que Spanky Few, c’est un hybride entre une micro-agence de com et un webzine culturel 🙂

Une journée dans la vie de Spanky Few, c’est quoi ? ;-) 

Déborah : « Une journée dans la vie de Spanky Few, c’est beaucoup de veille afin de trouver des idées d’articles. Puis encore des articles et de la veille mais cette fois pas pour Spanky Few plutôt pour mes clients et pas mal de temps sur WordPress et Smultron quand je dois créer un site. Je prends des cours de dessin donc j’essaie aussi de manier le crayon le plus possible. En dehors de ça, des livres, des livres et encore des livres entre deux concerts puisque j’essaie tout de même de suivre les projets de mes amis ou des gens avec qui j’ai travaillé dans le passé. » [note : Déborah travaillait originellement dans le milieu de la musique]

Les évolutions à venir ?

« J’aimerais réaliser des dossiers, voire de petits reportages pour Spanky Few et continuer à interviewer et rencontrer des gens comme j’ai fait avec toi. J’ai envie de travailler avec d’autres blogueurs, d’autres rédacteurs pour tenter de faire de Spanky Few une référence en matière de tendances culturelles. J’aimerais continuer à offrir le meilleur contenu possible pour que les gens soient contents de passer sur le site et encore plus contents d’y revenir. Bien sur, j’aimerais aussi continuer à développer l’agence pour qu’elle passe de « micro » à « petite » et ainsi de suite ! Bref, se développer le plus loin possible en continuant à s’amuser et à avoir de belles surprises. »

Un projet qui démarre plutôt bien donc… et pour les curieuses, curieux, ça se passe sur spanky-few.com




5 commentaires

  1. Chouette découverte.
    Et pour ne pas rester sur ce retour positif et jouer les grincheux j’ajouterai que le mot « amour » est féminin au pluriel. Donc, si je ne fais pas erreur il faudrait corriger :
    « Le fait d’écrire des articles, c’est revenir à mes premiers amours » par « premières amours »
    Mais c’est juste pour être pénible. 😳

  2. @dba: D’accord avec DBA. Au pluriel, un amour devient féminin et donc « premières amours ».

    Ce qui n’enlève rien à la qualité de l’article, du sujet, de l’auteur, du blog… de la vie quoi !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *