Hey 🙂

On continue notre journée avec ce graffeur nommé KIDULT et que j’observe de très près depuis quelques temps. Souvenez-vous, je vous avais présenté ses impressionnants graffitis à l’extincteur, ou encore les vitrines qu’il avait détruite à grand coup de graffitis. Kidult se présente comme un artiste qui s’en prend aux hauts lieux de la mode parisienne comme les boutiques d’Agnès B ou encore de Vuitton. Kidult le dit lui-même, il déteste la récupération du graffiti pratiquée par l’univers de la mode qui détruit l’essence même du graffiti. Attention aux âmes sensibles, il ne respecte rien et c’est aussi pour ça qu’il se fait remarquer.

Dans ce clip radical il tient également un discours, sous-titré que je vous invite à lire.

On apprécie ou pas, délinquant ou réel artiste de rue, Kidult ne me laisse pas indifférent et malgré toute sa haine contre le luxe, la mode, etc. il se met réellement en scène dans ces vidéos aux plans travaillés, à la musique bien choisie (Philip Glass!) ou encore avec un discours qui semble préparé.




20 commentaires

  1. Si j’en crois ce qu’on m’a dit (je connait bien mieux le graff marseillais ;)), son discours ne serait qu’un « axe de vente » car il collaborerait avec ce qu’il dénonce justement. Alors suis-je mal informé ? possible.

    Ceci mis à part, on ne le connait que pour ça et je trouve ça un peu… paradoxal.
    Imposer sa vision d’une discipline que l’on ne pratique que pour en imposer sa vision… graffitInception ^^.

    Je peu me tromper mais ça sent plus le coup de com que la réelle revendication (même si pour une bonne partie de graffeurs, la récupération du graffiti déplait). En gros, un sentiment réel mais peut-être pas si viscéral que ça, simplement ça donne une thématique/justification/ »ligne éditoriale » (^^) sur laquelle on peut broder et surtout avec laquelle on peut se démarquer.
    Je pense que les gens sincères, que ça dérange réellement, continue simplement à faire du graff comme ils en ont toujours fait, sans justification, seulement l’envie d’en mettre le plus possible, partout, encore et toujours.

    Ceci est un avis plus que subjectif donc pas taper, on peut ne pas être d’accord 😉

  2. @Cahnory: intéressant car j’ai eu les mêmes échos que toi sur l’axe de vente et la collaboration avec des marques de luxe. Gros fake ou pas alors ? En tous les cas, il se crée un style et dénote avec les graffeurs qui s’imposent uniquement avec leur travail.

  3. Bah question style, si c’est juste le fait de peindre à l’extincteur… (je n’ai jamais vu ses œuvres, comme je disais je connait relativement bien le milieu marseillais mais celui de paris pas du tout) ça se fait depuis des années à Marseille (les OX avait inauguré ça si je dit pas de bêtise) et surement bien avant ailleurs. Mais faudrait que je matte ce qu’il a fait, je vais m’octroyer un peu de pause pendant ma pause midi (oui en ce moment les pauses midi sont très réduites, ce qui est bon signe ^^)

  4. Il prend pas mal de risques pour ce qu’il fait, et pas c’est pas certain que ça vaille la peine de faire des séries de 50 t-shirts de temps en temps pour ramasser un peu de thune, si c’est pour toucher des milles et des cents grâce à des partenariats commerciaux…

    Je pense que c’est un puriste un peu allumé qui aime bien prendre des rushs d’adrénaline.
    Mystère… On en saura plus le jour où il se fera coffrer.

  5. Mh, intéressant que cette piste de la comm’, mais à bien y réfléchir je n’y crois pas du tout. Dans sa précédente vidéo on le voit notamment évoquer les rapports entre Dior et le régime Nazi, interroger une caissière sur son avis sur le tag en vitrine fait la veille. Puis faire ça en pleine nuit, en aspergeant les rues sans sourciller. Sans parler des tags faits sur des échafaudages d’immeubles en travaux, etc. Bref, c’est un street artiste / vandale au choix mais vendu je ne pense pas.

    Après en ce moment, sur Marseille et Aix d’ailleurs, parait-il que certains graffeurs tournent dans les véhicules de Police, connaissant pas mal la rue, les gens et également les malfaiteurs, ce qui intéresse beaucoup les flics. J’imagine que certains ont dû se faire proposer soit de l’argent soit des réductions ou annulations de peine en échange de ces services. Donc tout est possible ^^

  6. J’ai arrêter de prendre ce mec au sérieux dès sa première vidéo, clip pour Prince 85, « Heaven »;
    Son discours « anti grandes marques qui utilisent le graffiti » est instantanément décrédibilisé dès lors où il utilise une bouteille de Dom Perignon comme cocktail molotov et où il porte une veste « NoirBasic » : marque parisienne de « streetwear de luxe » dont les réalisations sont produites « {…} dans des ateliers de luxe parisiens, les mêmes qui travaillent pour Chanel, Jean-Paul Gaultier, Celine, Hermes et de nouvelles marques comme Guilty, Hoon…  » et dont les prix sont assez exorbitant : « En terme de prix, on est entre 290€ pour un sweat à 1890€ pour la veste la plus chère. » (extraits de l’interview de Marc Leblond, cofondateur de NoirBasic, par LittleStyleBox => http://www.littlestylebox.com/447-Entretien-avec-Marc-Leblond-Creative-Director-de-Noir-Basic)
    Qui plus est, reprendre encore une fois (après Shepard Fairey) comme référence « They Live! » de Carpenter (« $ is your god », « money is your god », « MacDo Consume »,…), détourner des affiches d’une marque de skatewear « hype » qui fonctionne essentiellement sur l’exclusivité, vendre des T-shirts à son effigie et faire du misérabilisme avec un montage « d’images chocs »… C’en est trop pour moi… Attention je ne défends aucunement les grandes marques, ni d’utiliser le graffiti, ni leur mode de production; sur le fond, je suis d’accord avec le discours de Kidult, mais PAS DU TOUT sur la FORME !

  7. Pour clarifier les choses, je parlais d’une com personnelle, pas d’une com au profit des enseignes qu’il saccage.
    Quand je parle de collaboration, ce n’est pas « je tag agnes b. à sa demande » c’est je jette un pavé dans le milieu (friqué) de la mode en attendant que l’un d’eux veuille bien me récupérer. Car le monde de la mode ne cherche pas à être cohérent dans ses discours, juste à suivre (il parait qu’il la lance parfois aussi) la tendance.

  8. Concernant les graffers en voiture de police ça m’a plus l’air de relever du fantasme qu’autre chose… faut jamais dire jamais mais c’est le genre d’histoire qui serait typiquement un truc qui se dirait à ceux qui n’y connaissent pas grand chose.

  9. @Cahnory > Ah d’accord, je comprends mieux. Ce qui est sûr c’est que c’est une promo perso en (très ?) grande partie, et ça ne se résume pas qu’à un combat social c’est clair. En même temps c’est une bonne partie du graff le côté « comm » quelque part.

    Par contre sur la suite je sais pas, pas sûr du tout qu’il cherche à se faire récupérer par la suite. Faudrait déjà qu’il ai un style visuel à défendre autre que la révolte armée (avec un extincteur, de la peinture et de la colle ^^). Parce que là moi je vois pas grand chose.

  10. Bah écoute je trouve que les black eyed peas ou muse,… n’ont pas/plus de style mais qu’importe, ça fédèrent et c’est ce qui compte pour vendre.
    Après oui, le graffiti y a toujours eu un coté com perso mais à la base il ne se drape pas d’une pseudo revendication. Donc quand il le fait, il faut au moins que ça soit cohérent… enfin, pour qu’à titre perso je l’apprécie.

  11. Ah ben si quand même, quelque part le graff c’est se réapproprier son environnement immédiat et généralement urbain, c’est clâmer sa liberté à colorer des murs dans une société où tout ce qui nous entoure est sous le joug d’une « propriété », enfin la simple volonté d’exprimer cette envie c’est quelque part une revendication. Après je vois pas le rapport avec Black Eyed Peas ou quoi.

    Et je suis loin d’être une encyclopédie du graff, mais pour m’y être bien intéressé, pour avoir pratiqué un peu (surtout via pochoirs tout de même) et surtout fréquentant des gens de ce milieu je sais à qui je peux me fier. Et tu serais surpris du nombre de gens qui peuvent être amenés à balancer, surtout quand t’as un dictionnaire de graffs qui est recensés par la brigade anti tags ou la brigade des transports qu’on te colle au cul. Parce que ouais je suppose que les balances si y en a dans les stups, dans les vols et autres, doit bien y en avoir dans le graff : suffit juste de trouver la bonne personne au bon moment et de sortir le bon argument.

    Fin après de toute façon c’est effectivement un « on-dit » et personne n’est visé en particulier, mais la source est assez fiable pour que je classe ça plausible. Et de toute façon ça ne changera pas grand chose.

  12. Ah et je viens de comprendre le rapport désolé, parce que eux (Black Eyed Peas, Muse) ils se vendent aux galeries et autres grandes marques, d’accord. Sauf qu’en dehors d’aimer ce qu’ils font ou pas personnellement, des gens achètent, donc forcément que ça peut constituer une bonne opération comm’ pour ces marques. Par contre un graffeur vandale de chez vandale je vois pas trop honnêtement.

  13. J’aimais bien la première partie de son travail qui consistait à prendre les marques de luxe à leur prore jeu. Les réactions de Colette, Louboutin et surtout Marc Jacobs étaient bien la preuve que cette fausse connivence avec l’univers du street art n’était en fait qu’un axe marketing.

    Après comme il en est fait référence dans des commentaires ci-dessus, il y a eu effectivement pendant un temps des t-shirts Kidult (une photo toute bête des stores trashés) proposés à la vente sur son site. Et c’est là effectivement qu’il commence a y avoir incohérence a mon sens.

    Ensuite quand je vois les « $ is your god », « money is your god », « praise be to Prada » (des paroles de Kanye West !) etc, je me demande si on a pas un peu surestimé le bonhomme. C’est super 1er degré, faussement révolutionnaire et pas subtil pour un sous.

    Bref, une grosse deception en ce qui me concerne !

  14. ouai moi ce qui e dégoute c’est d’instrumentaliser l’image des petits nenfants morts de fin qui n’ont pas demandé à servir de support à aucun message. C’est indécent.

    Mais bon quand est jeune on est aussi idiot

  15. KIDULT = un enfant gâté qui rêve d’être un adulte ,mais ne peux exprimer sa frustration que par des gribouillage sur les devanture d’enseigne de luxe,pour que l’on s’intéresse a ces dessins merdique et lui donne de l’attention !pauvre enfant à bonne entendeur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *