Rédigé par le peintre argentin Tomás Maldonado (qui est surtout considéré comme l’un des principaux penseurs de la théorie de la conception de la légendaire philosophie d’Ulm), voici un plongeon dans le temps avec : « La formation du designer en 1958 ». Présenté lors d’une conférence à l’Exposition universelle à Bruxelles en 1958, cette conférence dont le texte est reporté sur le document que je vous présente, retrace le chemin de l’apprentissage du design dont le fondement repose sur l’idéologie du Bauhaus.

villemot

(une bien jolie affiche signée Villemot, affichiste français notamment connu pour ses affiches engagées comme pour La Croix Rouge et ses affiches publicitaire pour Orangina)

Sauf qu’en 1958, cela semblait difficile de traduire cet esprit dans les préoccupations de l’époque. Mais Maldonado n’en démord pas puisque le Bauhaus étant une période particulièrement féconde de l’histoire de la formation du designer (sa plus brillante période ?), il faut alors inventer une nouvelle philosophie éducative. Maldonado parle d’opérationalisme scientifique comme fondement de cette formation, il parle de connaissances opérables, manipulables, réelles. Et c’est là tout à son honneur puisqu’encore aujourd’hui, en 2016,le designer est notamment destiné à s’intégrer dans la réalité du monde, sa complexité et ses nuances. Comme le dit Maldonado à propos du designer :

« Il devra opérer aux points névralgiques de notre civilisation industrielle. Là précisément où se prennent les décisions les plus importantes pour notre vie quotidienne. Où se rencontrent, par conséquent, les intérêts les plus opposés et souvent les plus difficilement conciliables. Dans de telles conditions, de quoi dépendra le succès de sa tâche ? De ses aptitudes inventives, certes, mais aussi de la finesse et de la précision de ses méthodes de pensée et de travail, de l’étendue de ses connaissances scientifiques et techniques ainsi que de sa capacité d’interpréter les processus les plus secrets et les plus subtils de notre culture. Une seule école, pour le moment, s’est vouée à la formation de ce nouveau type de designer, la ‘Hochschule für Gestaltung à Ulm. Elle apporte le premier exemple de la nouvelle philosophie éducative. Tôt ou tard, j’en suis certain, d’autres écoles pourront profiter de ses expériences et s’engager dans la même voie. »

magneto

Magnétophone Nagra SN, 1971

La formation du designer en 1958

[télécharger le PDF]

Je suis curieux de réfléchir aux modèles d’écoles existants et à venir car aujourd’hui, pour avoir déjà mis les pieds dans beaucoup d’écoles d’art et de design (enseignement, conférence, workshop ou simple visite), j’ai parfois trouvé le souffle de la formation en design comme Maldonado l’imaginait il y a de cela 60 ans. Souffle qui, je l’espère, ne cessera de grandir (Ensci, Strate, Ensad…)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *