Hello 🙂

Ce midi, je vous présente une virgule que vous ne connaissiez peut-être pas, il s’agit de la virgule d’Oxford ! La virgule d’Oxford est la virgule que l’on trouve placée entre l’avant-dernier terme et le « et » qui précède le dernier. Cette virgule est appelée « virgule d’Oxford » en raison de son utilisation systématisée dans les ouvrages publiés par l’Oxford University Press.

Bien que cette virgule n’ait pas lieu d’être en français, elle permet de lever l’ambiguïté dans le sens de certaines phrases en anglais. Par exemple, la phrase :

  • « Le menu propose des cheesecakes, du bacon et des œufs, et du muesli. »
  • « The Menu offers cheesecake, bacon and eggs, and muesli »

Signifie que le menu propose des cheesecakes, du bacon AVEC des œufs, et du muesli .

Alors que :

  • « Le menu propose des cheesecakes, du bacon et des œufs et du muesli. »
  • « The menu offers cheesecakes, bacon and eggs and muesli. »

Signifie que le menu propose des cheesecakes, du bacon AVEC des œufs et AVEC du Muesli . Ce qui serait, entre nous, un peu bizarre pour démarrer la journée.

Exemple

comma

Personnellement, je ne connaissais pas l’existence  de cette virgule mais cela me passionne en tant qu’amoureux des lettres et des mots 🙂 Pour y voir plus clair, Zedem médias présente une petite vidéo TED sur le sujet 🙂

Les explications en vidéo

Je me demande s’il serait pas possible de dessiner un caractère typographique spécifique pour représenter et identifier cette virgule et ainsi, régler une fois pour toute la question de la virgule oxfordienne ? ;-)

Merci Tania | source | source




3 commentaires

  1. Tiens, je ne connaissais pas le nom de cette virgule, en effet! N’empêche qu’une soirée avec des Rhinocéros, Lincoln et Washington, c’est un programme intéressant #PointIonesco

  2. Cool,

    Ça rappelle les chapitres dédiés aux guillemets et à la ponctuation dans l’Allemagne du troisième Reich dans le livre de Klemperer (LTI): « La LTI utilise à satiété ce que j’appellerai les guillemets ironiques » (Guillemets que l’on pouvait traduire par « soi-disant »), y’a aussi un passage sur le point virgule qui est sur-utilisé par les chercheurs… Alors que soit dit en passant les … sont énormément utilisés dans les commentaires sur le blog et les réseaux sociaux, traduit tantôt « enfin on se comprend ». Tandis que je m’insurge de l’absence du point d’ironie ؟

    Enfin il y a matière…

  3. Cela dépend d’une part du contexte de la phrase, et d’autre part, de sa structure.

    Dans le cas du rhinocéros, c’est flagrant. On sait très bien que les deux personnes citées à la suite ne sont pas les animaux en question ! Dans ce cas-là, si le lecteur est plus intelligent qu’une biscotte, il évitera la confusion et éliminera à coup sûr ce contexte improbable.

    Ceci dit, si on donne la phrase suivante :  » J’ai invité mes voisins, Pierre et Paul.  »
    Est-ce que j’ai seulement invité mes voisins qui se nomment Pierre et Paul, ou est-ce que j’ai invité mes voisins, PLUS Pierre et Paul ?

    On va vérifier ça en insérant la fameuse virgule :
     » J’ai invité mes voisins, Pierre, et Paul « .
    Ici, on peut affirmer qu’il y a au moins 2 personnes parmi les invités : Pierre et Paul. Et les voisins alors, où sont-ils passés ?
    Cette fois encore, et même avec la virgule d’Oxford en place, on pourrait se demander si les voisins sont P&P, ou des invités supplémentaires…

    Pour écarter toute confusion, il faudrait écrire :  » J’ai invité mes voisins, ainsi que Pierre et Paul.  » Cette fois, plus de doute possible. Comme quoi cette virgule ne peut pas tout faire !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *