Il y a bientôt un an, j’ai retrouvé dans ma famille ce carnet d’un autre temps, un des objets les plus précieux que j’ai eu entre les mains. Il s’agit du carnet de Alcide, mon grand-père maternel qui faisait ses classes au 94e régiment d’infanterie à Bar-le-Duc dans les années 1930. Ce carnet date précisément de 1929, Alcide avait 21 ans et ses écrits ont été faits lors de son quotidien dans la caserne. Pour les plus férus d’histoire, il faut savoir que c’est plus tard, en 1940, que son régiment fut alors rattaché alors à la 42e Division d’Infanterie. Plus tard, il est devenu Chasseur Alpin, s’est battu pendant la Seconde Guerre Mondiale et c’est en 1940 qu’il a été fait prisonnier pendant 5 ans dans un camp.

Ce carnet, je ne le connaissais pas et quelle découverte ce fut pour moi : l’objet en lui-même porte son âge, les feuilles son très fragiles et le papier est totalement jauni. L’écriture est à la plume, une très belle écriture par ailleurs avec ses pleins et ses déliés. Les chansons et poèmes sont ceux de l’époque et parlent de guerre, de soldats, de femmes, de la France, de la mer et des campagnes mais s’il y a bien un sujet qui revient vraiment souvent c’est celui de l’amour 😉 Ajoutons à cela que mon grand-père dessinait également dans son carnet, dessins que je vous partage ci-dessous. Je l’ignorais totalement et j’ai été réellement surpris de voir qu’il avait un beau coup de plume, de crayon de couleur et une grande imagination !

Il y a des années qu’il a disparu, j’étais hélas bien trop jeune pour pouvoir lui poser toutes les questions que j’aurais aimé lui poser aujourd’hui, je le regrette parfois mais c’est ainsi. Ces quelques images sont celles d’un jeune soldat des années 30 mais ce sont celles aussi d’une personne à laquelle je pense très souvent.

Dessin d’un soldat français en 1930

  

Un immense merci à ma maman pour m’avoir fait découvrir ce carnet et pour m’avoir raconté les histoires. J’en profite aussi pour vous dire de profiter de l’expérience humaine qu’ont vos grands-parents si vous les avez toujours. Prenez un peu sur vous pour oser échanger de la vie d’avant avec eux, je pense sincèrement que ce sera bénéfique pour chacun d’entre-vous.




5 commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *