Hey !

Vous le saviez peut-être, la deuxième édition des Rendez-vous du design, un cycle de rencontres lancé par Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a rassemblé, le mardi 15 octobre 2013 au Palais de Tokyo, à Paris, quelques acteurs du milieu. L’objectif était de proposer de nouvelles pistes dans les politiques en faveur du design.

Un « mémoire » a été rendu et de beaux discours ont été énoncés. Le petit résumé ci-dessous en vidéo :

En vidéo

Vous l’aurez compris, en juin dernier Arnaud Montebourg & Aurélie Filippetti avaient confié une mission à Alain Cadix sur la place et la diffusion du design dans l’économie et la société. A l’occasion de cette deuxième édition des Rendez-vous du design, Alain Cadix qu’on ne présente plus, a remis son mémoire intitulé « Pour une politique nationale du design » aux ministres.

Le mémoire

J’ai donc récupéré et mis en ligne ce document, en espérant que la lecture vous soit agréable.

(je me permets une toute petite remarque sur la mise en page et la piètre qualité graphique de ce mémoire qui traite… de design ! Bref.)

J’apprécie réellement que la question du design soit soulevée en France, je soutiens également le discours de Ruedi Baur sur la place du design et sa non exclusivité au milieu du luxe. À mon sens, dans le design, l’élitisme est l’essence de la vulgarité et je tâche chaque fois que je peux, de démocratiser le sens des projets sur lesquels je travaille.

Enfin, j’espère que la lecture de ce mémoire vous intéressera et surtout que nos deux ministres Arnaud Montebourg & Aurélie Filippetti pourront le lire à tête reposée et en tirer des perspectives pour le France.




3 commentaires

  1. Bon puisque personne ne semble vouloir se lancer, je m’y mets : je ricane avec vous, j’ai parcouru le mémoire, c’est très instructif.
    Si je devais donner un exemple de travail administratif voué à l’inaction et aux mesurettes, je prendrais celui ci. Je n’ai pas eu en lire beaucoup (et je ne compte pas le faire), mais la méthode est claire : brasser le plus de mots valises et de concept à la mode pour remplir les pages en espérant que décréter la mobilisation des foules va posséder les individus et les faire agir.
    A mon avis, ça va finir avec des affichettes sur le design dans les CCI.
    Sinon, très bonne formulation de votre part : « À mon sens, dans le design, l’élitisme est l’essence de la vulgarité ».
    Je me la garde sous le coude avec la mention de l’auteur, bien sûr !

  2. Je ne pense pas que ça soit fait pour être lu ce truc — on a manifestement fourni beaucoup d’efforts pour rendre la chose difficile et pénible… mention spéciale pour le choix des couleurs, il ne manque plus que du Comic sans !

    Donc oui, du design sous Word, c’est possible !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *