Le sujet des « bonnes relations » entre un annonceur et une agence de design est toujours quelque chose de délicat, qui se tisse avec le temps, au fil des années, qui est aussi parfois facilité par de bonnes relations humaines et surtout par de bonnes pratiques. Ces pratiques justement sont souvent d’ordre commerciales mais aussi dans les processus de décisions, de validation, d’implication mutuelle, etc.

Quand j’ai commencé mon métier de designer il y a plus de dix ans maintenant, je n’avais pas la chance d’avoir un guide mais j’avais cependant les recommandations de mes enseignants, de mes mentors ou de mes pairs. Ces recommandations se sont vues être augmentées au fil du temps par l’expérience, l’apprentissage, le contact avec les dizaines d’entreprises différentes avec lesquelles j’ai pu travailler et je pour lesquelles je travaille parfois encore.

C’est pour vous faciliter un peu tout ce travail que je suis ravi de vous partager aujourd’hui ce « guide de la bonne relation entre annonceur et agence en design ». Réalisé par l’association design conseil et l’union des annonceurs, ce guide est avant tout destiné aux professionnels des agences de design (produit, com, service, etc.) mais aussi, je pense, à tous les designers qui sont comme moi, indépendants et qui glanent les bonnes pratiques et les conseils au fil des expériences, des lectures et échanges.

gooob

Le sommaire de ce guide

time

Au sommaire on retrouve cinq chapitres très détaillés, ça parle métier, ça parle recommandations & mise en compétition, le guide aborde également la neutralité, la confidentialité ou encore la questions des frais, des achats, des contrats, etc.

Le guide de la bonne relation entre annonceur et agence en design

[ téléchargement en PDF ]

Merci à Hugo pour le partage !




3 commentaires

  1. Avec ce nouveau document, mais aussi avec la « Charte des marchés publics de design » de l’Alliance française des designers (2011), la « Charte de consultation » de l’UCC Ouest (2012), le guide « La commande de design graphique » du CNAP (2014), le « Guide des bonnes pratiques » de l’association Nota Bene (2016), les différentes circulaires du ministère de la Culture, les fiches techniques de la Direction des affaires juridiques du ministère de l’Économie et j’en passe, les commanditaires publics et privés ne peuvent plus ignorer que mettre en place de bonnes pratiques lors de leurs consultations est urgent et relève d’un intérêt commun.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *