EDIT : [J’ai corrigé l’article, la typographie n’étant pas exactement la même que celle mise en ligne sur Dafont ! ouf !]

Hello 🙂

Hier, j’apprenais la sortie du nouveau logo de BETC, une des plus grosses agences de publicité en France. Rattachée à Euro RSCG, BETC a décidé de communiquer différemment et de ne se présenter seule au travers de sa nouvelle identité visuelle. Cependant, pour une agence créative, le logo a été réalisé à l’extérieur, et plus précisemment par nos deux talentueux compères, Héléna Ichbiah et Piotr Karczewski de Ich&Kar. Un drôle de logo, vraiment rétro.

Pour aller un peu plus loin, la typo utilisée pour BETC est une typo nommée Prisma qui a été dessinée par Rudolf Koch en 1931 puis numérisée et mise en ligne par Dieter Steffmann! (drôle d’idée que de mettre des typos sur ce site… mais bon, pourquoi pas). Ce « typographe » allemand a pris soin de placer sa typo sur le site Dafont pour la partager au plus grand nombre.

Tout le monde a donc été très surpris de voir ce nouveau logo original de BETC et sa comparaison avec la typo trouvée sur Dafont.

Le communiqué de presse m’a pas mal fait rire au passage :’)

« Basée sur les valeurs qui l’ont construite, cette nouvelle identité ré-éclaire l’ambition de l’agence, son goût pour la qualité, sa curiosité, le croisement de ses nombreux talents, son culte pour le produit et les relations solides et durables avec les clients qu’elle travaille à bâtir tous les jours. »

Je serais très curieux de comprendre les motivations créatives d’un tel logo et le message qu’il y a derrière… en attendant, je retourne sur FontSquirrel ;-)

EDIT que mon ami Aurel d’Actulogo a pris soin de rajouter sur son blog : 

Il dit : Héléna Ichbiah, qui m’a fait part de mon erreur typographique aujourd’hui même au téléphone, précise :

« L’idée était de regarder vers les typographies historiques afin de trouver un caractère qui reflète l’élégance, un caractère modulable, vivant, fort et simple, adapté à l’animation, bref un caractère qui a du caractère. Son côté modulaire permet d’ajouter ou d’enlever des lignes à à vau-l’eau. D’ailleurs, en travaillant sur Prisma, je me suis rendu compte que d’autres travaillaient dessus en même temps, à savoir un collectif suisse, Blokes, initié par James Goggin en 2006 et composé -entre autres- de Rafael Koch (homonyme par hasard), Alex Rich et Mauro Paolozzi, et qui a dessiné PrismaSet, une version bas de casse de cette police, mais également les ponctuations et des variations de ces caractères, avec, comme nous, plusieurs nuances de lignes. Ces nuances justement, permettent pas mal de déclinaisons, notamment pour les versions départements/filiales.

L’autre idée était d’avoir une mascotte, en l’occurrence une abeille, dont les rayures sont rappelées par celles de la typographie. Cette abeille, on l’a définie sur plusieurs positions que les utilisateurs du logo pourront choisir. Elle joue vraiment avec le logo, elle s’y promène, un peu espiègle, elle vient titiller le logo, comme un parasite, il pourra y en avoir une ou plusieurs, selon l’inspiration du moment. »

Voilà, c’est dit, c’est corrigé et c’est tweeté ! 🙂




27 commentaires

  1. Concernant les droits d’utilisation d’une police Dafont dit :

    La licence mentionnée au dessus du bouton Télécharger est juste une indication. Merci de lire les fichiers texte des zips ou rendez-vous sur le site de l’auteur indiqué pour les détails, et contactez-le en cas de doute. Si aucun auteur/licence n’est indiqué c’est que nous n’avons pas ces informations, ça ne veut pas dire que c’est gratuit.

    J’ai donc téléchargé la police mais je n’ai pas trouvé de fichier texte.

    Et sur le site du typographe je n’ai pas réussi à mettre la main sur ce genre d’info.

    Alors gratuit ou pas gratuit…

    C’est tout de même un peu obscur Dafont.

  2. Je cherche aussi quel est le cheminement qui à pu amener à un tel logo…

    Je trouve que le nouveau fait encore plus vieillot que l’ancien, alors que ce n’est pas le but..

  3. J’ai discuté avec Héléna Ichbiah à l’instant, en fait la typo en question n’est pas celle de Dafont, qui en est une version redessinée… Enfin bref, je suis en train de modifier mon article… (à suivre)

  4. Paye ton logo créé avec une typo Dafont 😀
    Je ne veux pas dire que Dafont c’est pas le déshonneur mais c’est que leur logo soit SEULEMENT composé de ça… Ich&Kar ont fait un effort : ils ont retouché l’approche des lettres 😆

    Pour l’aspect vieillot : #1 #2 #3
    BETC : gamer geek qui se déplacent vite ! 😀

  5. En fait, pour être tout à fait exact, le Prisma est un caractère typographique dessiné par Rudolf Koch en 1931 et publié par la fonderie Klingspor.
    La fonte publiée sur DaFont est une numérisation de Dieter Steffmann.
    Mais ce n’est qu’une version digitale parmi d’autres, notamment celle de Ralph M. Unger qui rend, à mon avis, davantage justice à l’original : http://new.myfonts.com/fonts/rmu/prisma-pro/.
    Il est important de bien distinguer le caractère typographique de la fonte qui n’en est qu’une manifestation numérique.
    Concernant les droits, les dessins de R. Koch (soi-disant en passant un des maîtres d’Hermann Zapf) sont dans le domaine public (Koch est mort en 1936, donc il y a plus de 70 ans). Ceci étant sa paternité demeure, quelles que soient les revivals numériques réalisés ultérieurement. Pour l’utilisation de la fonte elle-même, il faut se référer à la licence de la fonte elle-même (ici : http://new.myfonts.com/viewlicense.php?lid=895 pour le Prisma Pro de RMU). Pour la version digitale de RMU, une utilisation pour un logo semble possible, si tant est que le client final acquiert une licence de la fonte. L’écart entre le prix de la licence de base (45 $) et le prix que l’on est en droit d’imaginer de la prestation d’Ich&Kar laisse songeur…

  6. C’est un peu décevant cette tentative de rattrapage « Non non rassurez-vous, ça n’est pas une typo dafont mais celle de 1931 » … dans tous les cas ça reste juste un logo créé avec 4 lettres d’une font sans autre travail que l’approche. On imagine l’argumentaire choc et bidon pour vendre le truc blablablaa.

    Mais c’est vrai que quand on s’appel Ich&Kar ça passe mieux …

  7. C’est bien ce que je me disais : l’abeille c’est n’importe quoi…
    Ok pour la typo historique mais c’est bien pour l’identité, là c’est un logo il faut le retravailler un minimum… Elle parle de variations avec les lignes, pourquoi ne pas créer un dynamisme dans le logo avec ce jeux de ligne ?

    Le client de BETC qui regarde le logo il s’en tape de savoir que c’est tel gars qui l’a faite.

    (volontairement rentre-dedans 😉 )

  8. Bref, le résultat n’est pas terrible ! Sauf si on lit l’argumentaire qui va bien et qui rend intelligent, évidemment…

    Il n’empêche, on a l’impression d’avoir toujours connu ce logo qui n’en est pas un, pour une agence de com’ qui se doit de montrer de la créativité, on reste sur sa faim !

    😀

  9. @vincent: c’est parce que l’ensemble de l’identité visuelle n’a pas encore été dévoilé… Et il ne s’agit pas du communiqué de presse, mais d’un entretien téléphonique avec la conceptrice de l’ID.

  10. Ok la typo de base BETC ressemble à celle de Dafont mais il faut bien justifier les honoraires.
    Ce sont les déclinaisons qui sont différentes avec 2 et 3 filets pour d’autres parties de la charte.

  11. Le nouveau logo BETC en l’état n’est pas très engageant. A voir comment ça va vivre mis en situation. C’est la période des refontes d’identités, exemple d’une autre identité qui a subit un curieux lifting : http://www.nexity.fr/ . A noter au passage la construction assez étrange de la page d’accueil, sur laquelle, au bout de deux coup de scroll, tu es complètement perdu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *