Ce matin, je posais quelques questions sur Twitter au sujet du Fairphone, ce téléphone connu pour être fabriqué équitablement, avec des matériaux qui ne détruisent pas la planète et dans des conditions respectables pour les ouvriers. Je voulais en savoir plus, s’il était vraiment « équitable », s’il respectait ses engagements, s’il existait d’autres types de ce téléphones mais aussi, à l’usage, s’il était un bon smartphone. Certains m’ont dit qu’ils l’avaient définitivement adopté, d’autres m’ont dit qu’il était vraiment mauvais, qu’il crashait et que parfois il était défaillant.

fair

En parallèle à cette question, je discute beaucoup avec mon ami designer Jérémie au sujet de la vie privée et notamment la vie privée de l’usage de nos outils numériques. Il est vrai qu’aujourd’hui nous sommes suivis avec nos smartphones, notre navigation en ligne, nos habitudes, nos achats, etc. Autant de procédés qui ne cherchent qu’une chose : faire du profit. Cela n’est pas de la paranoïa, cela est bien réel et on le constate quotidiennement avec la publicité ciblée mais on ne le remarque presque pas avec les usages du neuro-marketing ou le vol des adresses MAC de nos machines par exemple. Je rêve d’un autre smartphone.

Ma vie en smartphones

evolution

Tout cela me questionne sur mes usages, ce que j’utilise au quotidien et notamment mon smartphone. J’ai tout essayé en matière de smartphone, des premiers Nokia, en passant ensuite par des téléphones sur Android (notamment sur Samsung mais pas que) un iPhone, puis ensuite j’ai passé quelques temps avec un Nokia Lumia et son interface de Microsoft pour revenir plus tard sur Android puis finalement sur iPhone. Bref, autant de smartphones qui m’ont souvent déçu de part leurs problèmes de batterie, leur interface totalement bancale, leurs plantages, leur fragilité, leur absence de compatibilité, leur fermeture, leur trop grande ouverture aux gouvernements et aux sociétés publicitaires, etc. mais aussi de part leur manque de respect de l’environnement et le manque de respect de l’être humain.

Ai-je besoin d’un smartphone ?

scroolpix

La question que je me pose donc logiquement est la suivante : ai-je besoin d’un smartphone ? Si la réponse est non, cela simplifie énormément mon problème car cela annule tous ces aspects négatifs décrits plus haut. Si la réponse est oui, cela ouvre la porte de « oui mais à quel prix ?« . Bon nombre d’écologistes, d’humanitaires ou d’engagés que j’ai rencontré ont des smartphones de tout bord (iPhone ou Android). Comment ont-il résolu cette question éthique ? Je ne sais pas. Peut-être ne l’ont-ils pas résolue, peut-être que cela les contrarie comme moi, peut-être qu’ils se disent que c’est le prix à payer pour faire leur mission.

De quel smartphone je rêve ?

cart

La réflexion que j’ai à la suite de cette question est la suivante : quel serait le smartphone dont je rêve ? Voici quelques points de réponse.

1. Tout d’abord, je souhaite un smartphone qui puisse embrasser la modernité avec ses capteurs, son appareil photo, un écran tactile, une batterie qui tient la charge au moins une journée et un processeur assez puissant. Bref, quelque chose de « normal ». Pas hyper boosté avec 3 caméras et un écran gigantesque et une batterie de 3 semaines.

2. Ensuite, ce smartphone devrait bien évidemment être conçu avec des matériaux renouvelables ou recyclés, qu’il puisse utiliser des méthodes de conception alternatives, pas toujours polluantes, parfois plus lentes aussi, plus simples. Je peux totalement me passer de vibreur sur mon smartphone par exemple (qui utilise du tungstène) ou encore n’avoir qu’une seule caméra. Le smartphone dont je rêve pourrait aussi être conçu localement, en France, en Europe même si je sais que certains minerais n’existent pas en France, qu’il faut aller les miner ailleurs, il y a peut-être des solutions équitables et sociales pour les gens qui travaillent à cela ? (il y a quelques mines d’or fairtrade dans le monde) J’aimerais aussi que ce smartphone puisse être bidouillé, que je puisse changer certains composants s’ils sont cassés par exemple.

3. De même, ce smartphone idéal devrait respecter ma vie privée, ne pas délivrer mes informations à tout va, permettre également de protéger au mieux ce qui sort de chaque application, être chiffré, offrir un mode « déconnecté » qui soit vraiment offline, sans wifi / bluetooth / tracking, etc. Je ne voudrais pas de lecteur d’empreintes digitales, pas de reconnaissance faciale sur ce smartphone, pas de compteur de pas, pas de tracking publicitaire, pas de backdoor gouvernementale, rien de tout ça.

4. Enfin, ce smartphone aurait une interface simple, efficace mais aussi belle et poétique, légère et vivante, animée. Cela n’est pas parce qu’on utilise un smartphone sur Android ou éthique que l’on doit se retrouver avec une brique moche et inintéressante, bien au contraire, cela serait un beau pied de nez aux interfaces « séduisantes » mais qui volent nos données et à tous ces projets aux interfaces « austères » qui ne sont destinés qu’aux experts.

Faire un choix

hands

Pour conclure, après quelques échanges sur Twitter, on m’a conseillé de prendre un Fairphone et d’installer la version d’Android qui s’appelle CyanogenMod (qui est déconnectée de Google je crois). Il y a certainement d’autres systèmes d’exploitations dans ce genre mais sont-ils simples ? Faciles à l’usage ? Stables ? Beaucoup ont beaucoup critiqué le Fairphone car très décevant selon eux. Je rêve qu’il puisse exister d’autres solutions plus simples, mieux conçues aussi que les open OS ou que les Fairphones pour que plus tard, si les smartphones existent toujours et que j’ai autour de moi des enfants qui grandissent, je puisse les éveiller à cette conscience de nos usages, de l’impact de ces usages et l’éthique à instruire derrière chaque décisions qu’ils réaliseront. En attendant, je teste tout cela sur moi.

Et vous, il serait comment votre smartphone idéal ?

Merci Caroline, Dez, Elliot, Evelyne, Jacky & François pour les échanges enrichissants!




8 commentaires

  1. Pas d’quoi 😉
    J’aime beaucoup le slogan de Fairphone qui résume très bien la situation il me semble : « Buy a phone, join a mouvement ». Autrement dit : le smartphone parfait est encore loin d’exister, mais, en achetant celui-ci, conçu plus honnêtement que les autres, vous participez à un projet collectif et progressiste. L’objet ne suffit pas à notre bonheur, il faut les valeurs qui vont avec !

  2. Étant passé par les même constatations, et ayant fait la recherche, j’ai fini par passer la dessus : https://jolla.com

    Leur OS et smartphone(s) associé(s) répondent mieux à ces besoins exprimés que les autres grands du marché, à mon avis.

    C’est encore jeune, et donc parsemé pas mal de défauts inhérents, mais ça vaut le coup de s’y intéresser.

  3. Je connaissais le système développé par Jolla, Sailfish OS, mais pas le téléphone. Peut-être moins poussé au niveau qualité des approvisionnements et des conditions de production ?
    Pour info, Fairphone est aussi partenaire de Jolla (https://twitter.com/Fairphone/status/711855375159595009?ref_src=twsrc%5Etfw) de telle sorte qu’un support de Sailfish OS sur Fairphone devrait être bientôt mis en place (même s’il n’y a pas de date posée…). Ils en parlaient vite fait à l’occasion de la sortie de la version ouverte d’Android pour Fairphone (https://www.fairphone.com/fr/2016/04/28/releasing-the-fairphone-2-open-operating-system-2/)

    1. Leur tout premier téléphone n’est plus produit, ils n’ont pas réussi à avoir les épaules pour supporter la production et distribution de hardware. Une tentative de tablette maison à bien failli couler toute la boîte… Depuis qu’ils se concentrent sur l’OS uniquement, ça va mieux 🙂

      Par contre, il est toujours possible d’en trouver d’occasion (peu de puissance, mais une fluidité sans pareille), ou bien de tenter d’attraper un Intex Aqua Fish, le smartphone de leur partenaire indien qui reprend le principe du premier – eBay marche bien pour ça !

      l’Europe n’est clairement pas leur marché prioritaire, ils se tournent pour le moment vers l’Inde et la Russie.

  4. Chouette réflexion.
    Concernant le FairPhone 2, il a des défauts, il a des bugs et est loin d’être parfait. Mais la démarche me plaît, par son ouverture (dans tous les sens : logiciels libres, écologie, transparence, …). Du coup j’ai rejoint le mouvement pour ces valeurs.
    Notamment l’engagement social avec les ouvriers des chaînes en Chine (syndicat de travailleurs, 5$ par téléphone dans une caisse commune, …).

    Mais je n’espère qu’une chose, c’est que d’autres feront mieux !
    Et du coup j’adore la façon d’agrandir mes réseaux sociaux qu’a ce téléphone : c’est IRL, quand les gens voient cette coque transparente et que je peux parler de l’initiative et des valeurs derrière. Résultat, souvent les gens sont étonnés que les alternatives existent. Faut continuer à échanger autour de ces alternatives qu’on veut chacun.

    1. Oui, c’est à ce moment là que l’idée des coques transparentes (pourtant pas vraiment nouvelle en terme de design…) prend tout son sens : ça fait réagir, et c’est un point d’entrée cohérent pour parler du reste.
      D’ailleurs, c’est dommage, ils viennent d’abandonner la coque noire translucide (mais ça veut dire que j’ai désormais une version collector 🙂 ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *