jan

On continue notre journée avec un passionnant ouvrage sur Jan Tschichold !

« Les deux personnalités qui ont marqué la typographie du XXe siècle sont Stanley Morison, mort en 1967 et Jan Tschichold (mort en 1974). » C’est ainsi que commençait un article sur le grand graphiste allemand publié dans le numéro 25 de la présente revue. L’apport aux métiers de la chose imprimée de ce créateur est en effet capital. Et justifiait, pour le lecteur français, cette étude que je vous présente aujourd’hui.

Vous le savez peut-être, Jan Tschichold est le fils d’un peintre d’enseignes. Il a suivit une formation de calligraphe et graphiste à l’académie des arts graphiques et des métiers du livre de Leipzig et a commencé sa carrière comme lettreur et graphiste indépendant. Il découvrit le design moderne lors de l’exposition du Bauhaus de 1923 à Weimar et adhéra alors au mouvement.

Jan Tschichold rejetait les polices traditionnelles et la composition symétrique, leur préférant les caractères sans empattement, la construction géométrique et la composition asymétrique. Son travail, qui se veut représentatif du rationalisme moderne, est fonctionnel, esthétiquement satisfaisant et conçu pour être reproduit par les machines à composer et les nouvelles techniques d’imprimerie. Devenu promoteur de la nouvelle typographie, il publia en 1925 « Elementare typographie », un numéro spécial de la revue professionnelle Typographische Mitteilungen, et son premier livre Die neue Typographie, où il y expose les principes et l’emploi fonctionnel de la nouvelle typographie à destination des imprimeurs, compositeurs et graphistes.

 

Jan Tschichold parle de typographie

Bonne lecture !

Et pour finir, une petite vidéo typographique sur le travail de Jan Tschichold.

merci Léna | source




2 commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *