Aujourd’hui, je souhaite vous partager le travail de recherche très intéressant de Philippe Gauthier et de Sébastien Proulx. Récemment publiés dans l’ouvrage Des-/Orientierung, Dis-/Orientation, Dés-/Orientation co-écrit avec Ruedi Baur, Stefanie-Vera Kockot, Clemens Bellut et Andrea Gleiniger, les deux auteurs se sont intéressé au couple orientation/désorientation qui guide de nombreuses interventions graphiques, architecturales et spatiales. Ce couple témoigne d’une certaine conception du bien commun qui engage les personnes.

Henry-Van-de-Velde

Henry Van de Velde, peintre, architecte, décorateur d’intérieur et enseignant belge, disparu en 1957

Présentation

« Au moyen des concepts de la sociologie pragmatique française, ce texte examine le postulat de ce design qui tend à assujettir la réalité à un ordre fonctionnel. Depuis la parution de l’ouvrage séminal de Luc Boltanski et Laurent Thévenot en 1991, ces concepts ont permis d’expliciter la pluralité des biens communs et de préciser les différentes grammaires sociales qui fondent l’engagement envers chacun de ces biens. Notre lecture politique du design amène à s’interroger sur la façon dont les concepteurs, designers et programmateurs d’espaces imposent un ordre de chose que l’on peut qualifier de fonctionnel. N’existe-t-il pas d’autres ordres de chose dans lesquels l’action ne viserait pas seulement un objectif d’efficacité maximale ? »

find

Alain Findeli

Lecture politique du design : le cas de l’orientation

[lire le PDF]

Cette lecture, même si un peu difficile au premier abord, nous apporte des éléments structurants comme par exemple la difficulté individuelle des situations dans lesquelles chacun doit s’exprimer publiquement (ce qui soulève la façon de comment le concevoir). On pourra également réfléchir à la question du mode d’emploi (numérique ou papier) développé par les designers et qui vient limiter la liberté des usagers en imposant un ordre de chose particulier sur les situations d’usage. Enfin, la question qui me taraude le plus à la lecture de ce texte est celle des différentes formes d’ordre qui mettent en lumière le processus d’aliénation auquel le design participe. Reste à savoir sur quelles formes d’ordre chaque designer travaille et s’il est possible de ne plus aliéner ceux pour qui l’on conçoit…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *