Bonjour à toutes & tous !

Ce matin, je souhaite aborder avec vous un sujet assez intéressant, il s’agit de l’enseignement du design et des technologies au lycée. Les textes curriculaires de l’enseignement du design tiennent peu compte de l’état de la recherche sur la place des instruments numériques dans l’apprentissage. Ils traitent juste de la nécessité de les exploiter comme des outils liés à une préparation aux compétences professionnelles ou comme des outils professionnels tout simplement.

Ces outils font partie intégrante de l’assistance à la compétence de conception attendue chez le designer. Jusqu’où sont-ils de simples outils dans le curriculum et à quel moment deviennent-ils des instruments de la conception elle-même ? Tendraient-ils à accompagner la conception en se substituant aux outils traditionnels ? Peut-on légitimement en tirer les prémices d’une didactique du design ?

Ce mémoire rédigé par Eric Tortochot ouvre et déploie ces pistes afin de trouver des réponses potentielles.

Bonne lecture

Les points clefs

  • Le designer interagit avec sa compétence de conception pour la consolider
  • Le concepteur interagit avec des sources de connaissances externes variées
  • Le concepteur interagit aussi avec les autres sujets : vers une méta-conception
  • Le sujet concepteur interagit avec les moyens de représentation et de communication
  • L’« autonomie » de l’élève pour se construire
  • Le numérique au service des « démarches créatives » comme tâches de conception
  • Le regard de l’enseignant sur les états de représentation
  • Les « compétences » requises et celles qui sont visées
  • Les « contenus pédagogiques » comme sources de connaissances
  • Les « encouragements » des enseignants comme seules relations avec d’autres sujets
  • L’image de design est « numérique »

source




Un commentaire

  1. Pour avoir eu mon bac STD2A l’année dernière je peux dire qu’on est très très loin d’utiliser les « instruments numériques » dans cette filière. En trois on a dû passer 5 séances à utiliser Photoshop et InDesign, et c’est tout.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *