Hey,

Aujourd’hui, avec vous, je souhaitais aborder un sujet qui questionne l’ergonomie, le design, l’éthique et l’économie. Dans sa conférence à la « UX Brighton Conference », Harry Brignull a brillamment parlé des Dark Patterns… en quelque sorte, la perversion économique du webdesign. Mais qu’est-ce que cette drôle de bête ?

Le « Dark Pattern »

Un « Dark Pattern » est un type d’interface utilisateur qui a été soigneusement conçue pour inciter les utilisateurs à acheter des choses non désirées au départ (comme l’achat d’une assurance annulation lors d’un achat de billet d’avion ou de train par exemple). Habituellement, lorsque je vous parle de « mauvaise conception », il s’agit souvent de négligences du designer, du manquement technique des développeurs, d’une mauvaise ergonomie ou d’une mauvaise gestion de projet… Ce type de mauvaise conception sera donc reconnue comme inutilisable ou incompréhensible et perdra l’utilisateur. Et bien les « Dark Patterns » sont différents, ce ne sont pas des erreurs, loin de là. Ils sont conçus avec soin avec une solide compréhension de la psychologie humaine et ils n’ont pas les intérêts de l’utilisateur à l’esprit… au contraire, ils cherchent à tromper l’utilisateur pour acheter plus, pour s’abonner à des choses non désirées

Bref, ce genre de pratique est abjecte et tire profit des moins expérimentés pour gagner de l’argent à leur dépend. Je vous invite à découvrir quelques exemples ci dessous ainsi que la conférence de Harry Brignull, en anglais.

Quelques exemples en images

darkpattern

La conférence

Que faire ?

En tant que designers, ergonomes et experts UX et UI il faut systématiquement refuser ce genre de travail et d’action. En tant qu’utilisateur, il faut dénoncer ce genre de chose et faire terriblement attention sur les sites web où l’on donne des informations, qu’elles soient en carte bleue ou e-mail. Enfin, n’hésitez pas à lire tous les cas de figure sur darkpatterns.org 🙂

Merci Alexandre




3 commentaires

  1. Très intéressant ton article, merci 🙂
    Comment trahir et détruire des années et des années de concepts ergonomiques pour la sacro-sainte rentabilisation à l’extrême…

  2. Ah bah justement je me suis fait avoir hier par Trombi.com ! J’ai cliqué sur la publication d’un ami, je me retrouve sur l’appli Trombi sur Facebook, qui me dit que j’ai 48 photos de classe qui peuvent me correspondre.
    Je donne les autorisations, et je me retrouve sans m’en rendre compte sur le vrai site Trombi.com, mon compte Facebook ayant fusionné avec mon compte Trombi. Et là, évidemment, impossible de retrouver les fameuses 48 photos de classe !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *