Vous avez sûrement déjà franchi la porte d’un McDonald’s, plus encore, vous vous êtes déjà retrouvé à la table du Mc Do à lire les petites lignes du papier posé sur votre plateau ou de la boîte de votre Big Mac. Ces petites lignes ont évolué avec les années et les informations nutritionnelles prennent maintenant la forme d’un tableau assez précis avec des couleurs, des pictogrammes et des pourcentages pour vous informer sur ce que vous mangez.

Même si cela fait plus d’une dizaine d’années que je n’ai pas mangé dans un McDonald’s, je suis toujours curieux d’y rentrer pour aller tester le design de leurs bornes interactives mais aussi de suivre l’évolution de leur design graphique. Aujourd’hui, je vous propose donc de découvrir un rapport réalisé par Enlaso et qui synthétise sur 13 pages la façon dont le langage nutritif de McDonald’s a été créé, et ce, pour 109 pays.

Vous vous en doutez, créer des pictogrammes qui symbolisent des notions déjà complexes pour le grand public n’est vraiment pas chose facile. En effet, que ce soit, la valeur énergétique, les protéines, les lipides, les glucides ou encore le sel, la représentation se joue de différentes façons : par le symbole (parfois remplacé par du texte), par la couleur, par la position et la répétition du symbole ou encore par la forme remplie ou évidée. Le développement de ces images ont – en théorie – pour but de communiquer des concepts de façon universelle chez les clients du McDo. Cette étude reprend donc les bases de cette conception graphique et synthétise la pensée et le travail qui a été mené pour réaliser ces pictogrammes.

Les icônes de McDonald’s pour parler de la santé

[ télécharger le fichier en PDF ]

Les équipes de McDonalds, des linguistes et l’Enlaso ont développé un processus en 8 étapes afin de passer au crible la validité de chaque icône.

  1. Y a-t-il une signification existante pour ce visuel ?
  2. Est-ce qu’il y a prévalence du signe en question ?
  3. Est-ce qu’il y a une connotation négative, si oui, quelle est son intensité ?
  4. Est-ce qu’il y a une connotation positive, si oui quelle est son intensité ?
  5. Existe-t-il des symboles similaires actuellement utilisés ?
  6. Existe-t-il des problèmes d’interprétation liés aux variations de couleur ?
  7. Existe-t-il des risques d’une mauvaise interprétation du visuel ?
  8. Quelle est l’acceptabilité générale de ce visuel selon un expert en iconographie ?

Des questions intéressantes dans un rapport plutôt intéressant, notamment lorsque l’on souhaite concevoir des visuels qui doivent être compris par du grand public, dans un contexte international et sur des sujets parfois complexes. Un grand challenge qu’il ne faut pas négliger.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *