Hello ! Je viens de lire ce matin un billet passionant de chez ouinon.net qui nous parle des tarifs appliqués par les créatifs. Je vous résume ça en quelques mots mais vous conseil en premier lieu graphique-et-tarifs-ou-qu-est-ce-que-le-design-graphique#co » target= »_blank »>de lire son billet !

“Vu sur le blog Artbook, une publication des tarifs sensés être pratiqués dans les milieux du design graphique, de la photo et de l’illustration. Cette grille de tarifs a été originalement publiée dans le magazine Créanum et dans le Guide du graphiste indépendant. La voici :”

Cependant, Christophe nous affine un peu la chose :

• “de manière générale, le design est peu reconnu en France. Beaucoup de décideurs ne comprennent pas son intérêt pour une entreprise et ne parlons pas du grand public. “(je suis entièrement d’accord!)

• “Tout le monde décide, sauf les designers. « Le président aimerait bien un dauphin comme logo » ; « je voudrais quelque chose de jeune et dynamique » ; « le directeur marketing régional préfèrerait que le logo soit 3 fois plus grand » ; « 3000 € pour un logo dessiné sur un A4 en un quart d’heure, n’est-ce pas un peu cher ? »[…] (oui, j’en ai aussi des comme ça chez moi!)”

• “les métiers du design, graphique en particulier, ont subit une grave crise dans la première moitié des années 2000. Avant l’éclatement de la bulle internet, beaucoup de jeunes se sont engouffrés dans la filière du webdesign sur simple maitrise des logiciels.

Voici quelques commentaires concernant la grille ci-dessus, Christophe nous détaille point par point.

Les brochures :

“On apprend dans cette grille tarifaire qu’une brochure institutionnelle coûte 7000 €, qu’une brochure de 16 pages coute entre 700 et 2500 €… et qu’un catalogue pour un « artiste / festival » coute de 3000 à 9000 €. […] Le nombre de pages est à prendre en compte mais cela dépend également de tout un tas de problèmes : mise en page basée sur une charte existante ou à créer totalement ? combien de propositions graphiques pour valider la créa ? Le contenu texte et image est-il clean ou encore susceptible d’être modifié ? textes en Français ou en Russe ? la complexité de la fabrication ? les conditions de travail ? rapport au tarif journalier ? les droits d’auteur ?
Indiquer un tarif de 7000 € pour une brochure institutionnelle, ça ne veut rien dire. Si tout est pré maché et qu’il ne reste plus qu’a poser du texte validé en suivant une charte, ça peut prendre 2 jours. Si tout est à concevoir et que le texte demande 1 mois de correction avec de multiples validations après mise en page, ça peut prendre un mois.”

Les CD audio :

“De 300 à 1500 € pour un petit label et de 3000 à 4000 € pour une major, alors que le travail est le même. J’aime ce côté humanitaire des designers, c’est beau 🙂 Le prix du disque est-il moins cher les pour petits graphistes que pour les vedettes de la profession ?” Mais qui fait encore du cd cover ?

Flyer :

“0 à 1600 €. Où l’on apprend que ceux qui paient 1600 € (ou plus) se font entuber. Faites vous rembourser au plus vite, vous pouvez l’avoir gratos 🙂 Ou passez par le carton d’invitation (chiffré à 350 €), ça vous fera moins cher (le prix de la traduction entre le mot « flyer » et « carton d’invitation » sans doute ;-)” (ne jamais faire un travail non payé…)

Livre :

“De 4,5 à 7,5 euros la page. Un livre de 200 pages, c’est à dire déjà un bon pavé couterait 1 500 €, c’est à dire 3 fois moins qu’une « plaquette entreprise » (annoncée à 4 500 €). Je pense que tout le monde sait ce qu’est un livre : ce peut être un roman avec du texte au kilomètre (qu’il faut savoir régler) mais ce peut aussi être un gros bouquin techniques avec des schémas, des photos, du texte, une fab complexe, etc. Je pense que je n’ai pas besoin d’argumenter plus que ça.” Oui, ça demande beaucoup plus de temps que le temps de gagner 1500 €

Les logos :

“Tout d’abord, un logo ne se livre jamais seul. On parle plus volontiers d’un système d’identité visuelle (qui inclue un logo parmi d’autres éléments qui la constituent). L’identité visuelle doit pouvoir se décliner sur tous les supports de communication d’une entreprise. On ne livre jamais un logo seul, sur un CD. Il faut concevoir la manière dont se décline l’identité sur chaque support à travers un document qui accompagne le logo et que l’on appelle une charte graphique.[…]
Ensuite, ce n’est pas une question de petite, moyenne ou grosse entreprise mais tout simplement de la quantité et de complexité des supports sur lesquels cette entreprise à besoin qu’on lui décline son identité visuelle.
[…] S’ajoute à cela les droits d’auteurs qui eux, sont calculés selon la diffusion de la marque. Tout cela est assez complexe mais dans tous les cas, il faut résonner en nombre de supports et non en importance de l’entreprise. On ne fait pas de tarif à la tête du client.”

Rapport annuel :

“Encore une fois, selon la quantité, la complexité du contenu et le process, un rapport annuel peut prendre entre 10 jours et plusieurs semaines de travail. Indiquer une fourchette qui va de 3000 à 4000 € me parait très limité. Je dirais plutôt entre 4 000 et 50 000 €.” On imagine pas le temps de conception ET le nombre de retours de la part du client

Honoraires / jour des freelances :

“Pas grand chose à dire, si ce n’est qu’ils ne sont pas seulement dépendant de ses compétences mais également du volume de travail de chacun. Si vous êtes « DA indépendant » à 1 500 €/j et qu’à ce tarif là, vos clients ne vous font bosser que 3 jours par an, ça n’a pas grand intérêt. À l’inverse, si vous êtes à 300 € et que vous avez du boulot par dessus la tête, vous pouvez vous permettre d’augmenter vos prestations. La loi de l’offre et de la demande, quoi. […] « Graphic design », c’est d’ailleurs comme cela que les anglophones appellent le graphisme. J’aime bien ce terme universel qu’est le design, dommage qu’en France, il est trop souvent assimilé au design de produits uniquement.”

Conclusion, un bien beau panorama sur le monde du graphisme, un monde qui, contrairement à bien d’autres professions, ne cache pas tant que ça ses tarifs et joue vraiment le jeu de la concurrence ^__^




3 commentaires

  1. excellent article qui m’a permis de me conforter dans mes positions.
    Un client m’a récemment contacté pour un site de petite entreprise avec identité visuelle.
    Je lui ai donc envoyé mon devis (à un prix bien moins cher que ce qu’il aurait dû être), et ai reçu comme unique réponse : « vos prix sont exorbitants ! »
    Piqué au vif je n’ai pu m’empêcher de renvoyer un email lui expliquant le processus de création d’une identité visuelle ainsi que le site internet et les allers/retours client et de lui joindre cette fameuse grille tarifaire afin d’appuyer mes dires. Et de lui expliquer que mon devis est déjà au minimum, comme il peut le constater.
    Mais il avait démarché d’autres « boites » qui lui ont proposé des prix défiants toute concurrence censée.
    Ce qui m’a ramené à une constatation une fois de plus amère : fixer des tarifs suivant le temps de travail et les bonnes pratiques c’est bien, mais si derrière il y a des ptits malins qui pètent les prix et proposent des identités visuelles avec site pour 500€, alors que moi j’ai déjà minimisé tous les coûts en proposant 2jours de taff pour une identité visuelle avec doc pdf et 5j pour un site internet avec webdesign, le tout à 200€ la journée, forcement je ne peux m’aligner. Et c’est exaspérant.
    Tout comme ces plateformes qui proposent de faire travailler 400 cerveaux de graphistes et de n’en rémunérer qu’un seul à un prix dérisoire, avec des clients comme la sncf…
    J’ai donc l’âpre impression qu’il n’y a plus que les clients « de marque » qui ont conscience du coût d’une identité visuelle, le reste (particuliers, pme etc) iront inévitablement vers les casseurs de prix, quitte à se manger un logo en forme de boule shiny glossy web2.0. (qui d’ailleurs continuent de plaire aux clients, il suffit de le vérifier sur ces fameuses plateformes les votes du client en faveur de ce type de logos, mais c’est une autre histoire 🙂 )
    Et c’est là que le bât blesse, on ne peut concurrencer ces casseurs de prix, même en démontrant que nos travaux sont d’une certaine qualité avec une démarche réfléchie et un argumentaire à tout épreuve. Et on ne peut prétendre à attirer de suite de grosses boites.
    Alors, à part leur casser les doigts, on ne peut s’aligner face à ces types en leur brandissant cette grille tarifaire (toute relative soit-elle). Et il n’existe aucune commission de régulation des prix dans le design graphique. Mais merci de remettre les pendules à l’heure.
    Colère je suis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *