Parce qu’elle appartient à ma vie privée, je ne vous parle pas très souvent de ma famille mais aujourd’hui je voulais vous partager l’émerveillement que j’ai eu il y a quelques mois en découvrant mon père se lancer tête baissée dans la réalisation d’une crèche intégralement imprimée en 3D ! Pour vous faire un court historique, mon papa a toujours bricolé (mon grand-père était armurier, il avait un bel établi de travail, plein d’outils, de choses bricolées, construites) dans son garage, dans le jardin, à grands coups de perceuse, de scie sauteuse, de mélange de colles pour créer des tours de magie, réparer les choses de la maison, fabriquer un décor pour le train miniature, etc.

Bref, il y a quelques mois, mon père s’est mis en tête de fabriquer une crèche pour Noël (il n’est pas vraiment catho mais le sapin et la crèche, il aime bien ça!). Il m’a envoyé les photos au fur et à mesure puis j’ai pu voir le résultat final qui m’a vraiment impressionné, d’autant plus qu’il l’a fabriquée avec son imprimante 3D. Je vous ai fait une petite vidéo avec mon smartphone et j’en ai profité aussi pour l’interviewer !

Est-ce la première fois que tu crées une crèche et comment t’es venue l’idée de faire celle-ci en 3D?

Mes premières crèches remontent à l’enfance. Vers 7/8 ans j’ai même provoqué un petit incendie avec des bougies et de la ouate qui servait de neige !! J’ai toujours installé une crèche à noël, pour mon plaisir puis pour les enfants. Ma première « grande crèche » de santons à été réalisée quand j’avais environ 15/16 ans. À l’époque elle était faite en carton fort et carton ondulé pour les tuiles. J’avais déjà plusieurs bâtiments…: crèche, moulin, maisons, etc. Je l’avais même installée dans la vitrine du magasin de mes parents pour noël ! Les moulins tournaient et les maisons étaient éclairées avec des guirlandes électriques de l’époque. J’en ai conservé un ou deux éléments que je mets depuis pour installer les santons. En 2016, j’ai réinstallé la crèche mais les vieux éléments étaient décidément trop vieux et abîmés. Alors, j’ai décidé de me lancer dans ne nouvelle réalisation. Je me suis dit que le décor pouvait être amélioré par des éléments plus « réalistes » réalisés en 3D grâce à l’imprimante. Et c’était parti !

Quelques photos de la construction

Depuis combien de temps possèdes-tu une imprimante 3D ? De quel modèle s’agit-il ?

Je possède une imprimante 3D de chez Dagoma (modèle de base en kit, que j’ai assemblé assez facilement) depuis un an. Par la suite, j’ai renforcé l’ensemble avec un KIT trouvé sur Thingiverse.

Quelle a été ta méthode pour la créer ? Est-ce que tu as tout imaginé en amont ? As-tu d’abord tout modélisé ?

Je me suis inspiré de ma première crèche et j’ai commencé par l’étable. J’ai complété mon inspiration en cherchant des modèles de crèche provençales sur le net. C’est fou le nombre de blogs qui existent sur ce sujet ! Mais je n’ai jamais rien vu en impression 3D. J’ai donc commencé l’étable en carton mousse pour les murs (d’ailleurs tous les murs sont à la base en carton mousse. L’ensemble des accessoires et des décorations sont imprimés en 3D. Progressivement, en imaginant une implantion générale des bâtiments, j’ai réalisé les différentes maisons en essayant de garder une certaine proportion.

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées ? Quelle est la pièce la plus « technique » ? Combien de temps as-tu mis pour réaliser ce projet ?

La plus grosse difficulté a été de réaliser les toits en tuiles. J’ai du faire de nombreux essais pour que cela fonctionne. Je suis parti d’une tuile modélisée que j’ai multiplié par 2, 4, 6, etc. Le problème de l’impression de grandes surfaces « à plat » c’est le décollage des coins en cours d’impression. La colle en bâton étalée sur le plateau résout en partie ce problème… mais c’est vraiment galère ! Pour les grands toits j’ai dû assembler plusieurs morceaux. Sinon pour l’ensemble des autres pièces j’ai souvent trouvé des modèles sur Thingiverse. Ce site une vraie mine d’or! Bien sûr on ne trouve pas exactement ce que l’on cherche, alors j’ai du copier, coller, modifier déformer ou assembler par ordinateur pour arriver à un résultat qui me convenait. Pour d’autres pièces j’ai carrément modélisé avec un petit logiciel basique dont j’ai appris à me servir au fur et à mesure : 3D Builder. C’est simple et efficace. Ce travail m’a pris environ 2 mois et demi : de quoi occuper ma retraite !

En dehors de l’impression 3D, as-tu utilisé d’autres techniques ? (notamment les moteurs, les LEDs, etc.)

L’ensemble des murs est en carton, tout le reste (sauf les santons en argile et les arbres) est réalisé en PLA. Les éléments décoratifs (murs en pierres, coins de murs, accessoires, toitures etc. sont soit laissés bruts soit repeints avec de l’acrylique. Le support général (le sol) est en polystyrène découpé et peint. Pour l’animation et les éclairages j’ai trouvé sur le net des moteurs 12 volts avec réduction pour quelques euros, des leds et connecteurs, de la fibre optique pour les étoiles du ciel, etc. Le tout fonctionne en 3 et 12 volts. L’ensemble se pilote en façade par des interrupteurs et une télécommande pour les changements de couleurs. Chaque maison est indépendante et est reliée aux circuits électriques par un connecteur multi-broches. Ainsi tout se démonte et tient dans une grosse caisse facile à ranger !

Est-ce que tu as d’autres idées pour ton prochain projet d’impression 3D ?

Prochaines idées…? peut-être agrandir la crèche car j’ai trop de santons ! Sinon… on verra… À suivre !

Quelques photos du résultat

En dehors d’avoir un papa qui me surpasse largement en impression 3D (je suis jaloux!), je vous publie son travail pour faire écho au renouvellement des outils et des techniques auprès des personnes qui ont connu l’avant modélisation et impression 3D et l’avant Internet. Je me demande si dans 40 ans, nous comme moi arriverons à faire cet effort de la pensée et de la découverte pour s’approprier des outils qui nous sont totalement étrangers, si cela sera difficile, facile, si cela nous permettra de faire encore ce que l’on était capable de faire en 2017…




2 commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *