Bonjour à toutes et tous 🙂

Ce matin, on commence avec le documentaire d’Arte : « Prêt à jeter, l’envers du décor technologique ». Un documentaire vraiment intéressant sur une certaine révolution technologique dont on entend rarement parler.

Résumé :

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu’au Ghana, on s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d’hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l’obsolescence programmée. « Un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires », lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s’usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.


source




14 commentaires

  1. C’est encore visible? En tout cas un documentaire un peu flippant, mais surtout qui fait énormément réfléchir. Oui, un objet qui s’use trop vite et qui ne se répare pas, tout ce gaspillage c’est mal… mais sans ça comment fonctionnerait notre économie, tout notre système? Et nous, pauvres communiquants, nous participons aussi ce système-là. En fait personne n’y échappe…
    J’ai vu que ce doc a pas mal fait réfléchir les esprits, que les infos se diffusent… espérons, espérons donc… 🙂

    😈

  2. Révolution ? Conspiration technologique tu veux dire ? Ou tu veux parler de la suite ? 😈

    Ce qui me fascine c’est que cette rotation incessante de produits soit ancrée dans les habitudes de telle sorte que quasiment tout le monde trouve ça normal… Je dois être un des rares idiots avec une étiquette de réac’ qui rêve de produits que je pourrais garder 25 ans mais je ne ressens vraiment pas le **besoin** de changer mes appareils tous les trois ans, quand ça arrive, ‘on’ me l’impose (puisqu’ils ne tiennent pas le coup).

  3. J’avais fait la promo de ce documentaire passionnant, je suis contente de voir qu’il reste accessible même après les 7 jours de présence sur le site d’Arte.

    @agou > sans vouloir me lancer dans du troll politique à l’occasion de mon premier commentaire ici, n’est-ce pas justement tout notre système économique qui est à revoir ? Au delà de nos individualités de « pauvres communiquants », il faut être aveugle pour penser qu’un système qui paupérise « les gens » au profit des entreprises, des banques et du pouvoir a besoin d’être préservé.

  4. Je n’attendais pas moins des lecteurs de ce blog !

    +1 aussi, donc, à la colère raisonnée de mes prédécesseurs.

    Et bien content que ce passionnant documentaire soit encore disponible après 7 jours.

  5. Bien sur conspiration technologique… Je me souviens d’une télévision que mes parents avait acheté avant ma naissance (je suis né dans le courant de l’année 1984), elle était bonne à jeter que vers 1996 !!! Et c’était pareil pour le four… Enfin pour dire que le durable ne profite pas en effet au modèle économique de la consommation de masse. Mais peut-être faudrait-il concevoir du durable et justifier un prix plus élever…

    Mais de manière contradictoire, les technologies se perfectionnent et il sort des nouveautés régulièrement. Alors est-ce parce que la société de consommation de masse est demandeuse de nouveautés ou s’agit-il, à l’inverse, un moyen de faire consommer en masse la société que de sortir des nouveautés ?

    C’est un peu une réflexion benjamiène (Walter Benjamin) : Le progrès nuit-il à la société ?
    Certe elle sert pour certaines évidences comme la santé ou la connaissance, mais est-ce une bonne chose d’amener des gens à devenir centenaire ou à soigner des maladies d’origine incurable ? Sommes nous Dieu ? Si les choses sont comme elle sont, n’est-ce pas pour une raison supérieure ? Enfin que de questions et que de contradictions…

    Mio perso je ne saurais pas dire si c’est une bonne chose ou une mauvaise. A l’évidence le documentaire se positionne contre, mais je ne serais pas aussi manichéen que pour ou contre…

    ∞ Voilà, je me suis un peu (beaucoup) emporté.
    ∞ Alors je vous laisse méditer !
    😉

  6. Comme Clot, je pense qu’il ne faut pas prendre la défense de ce système visant à la surconsommation, mais plutôt y voir une faille de notre système monétaire. Et comme Loïc, je voudrais aussi pouvoir acheter des aspirateurs qui durent 15 ou 20 ans, comme il y a quelques années, et plus des modèles bas de gamme et bon marché qui ne durent que 3 ans.

    Autant je suis quelqu’un de pessimiste quand je vois le système dans lequel nous vivons, autant je suis très optimiste quand je pense à l’avenir dans quelques siècles, où le système monétaire sera révolu, et que nous serons vus tels des moyenâgeux prêts à tout pour s’enrichir personnellement. Les gens sont tous corrompus à différents degrés par l’argent, il est temps que nous passions à une nouvelle aire. Le système monétaire atteint ses limites, notre société est malade…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *