Allez, ce midi on se penche un peu sur le coût de certains logos histoire de découvrir (ou de redécouvrir), le  marché actuel des coûts des identités visuelles !  On y découvre donc des montants de 35€ à 2 400 000€ avec des logos comme ceux de l’ANPE, du Pôle Emploi, de la ville de Montréal ou encore de la Charente… 🙂 Le tout est réalisé avec un design d’information spécial Noël ;-)


taille réellesource de l’image

Alors, oui comme souvent on remarque que certains prix sont parfois exorbitants (mais pas tout le temps, heureusement) et pour un résultat extrêmmement médiocre. Au final il est assez complexe de trouver une « moyenne » ou une vision globale du marché de l’identité visuelle en France mais le vrai conseil que je pourrais donner c’est de travailler avec des petits ateliers, des freelances ou des agences graphiques (et pas de pub) pas trop grosses histoire de pouvoir avoir un logo et une identité visuelle vraiment sur mesure et pas réalisée par un stagiaire dans un placard ;-)




37 commentaires

  1. 2,4 millions d’€ pour une copie, celui-ci je ne m’en suis jamais remis 😯
    Manque aussi celui de la présidence française à l’Europe et le scandale qui allait aussi avec… 🙁

  2. certains prix son surement comme les sous marins de karachi il y a eu des retro commissions ou un truc du genre

    pour nike, ca ne valait pas plus de 35$, griffonné sur papier et mis en forme a l’usine de fabrication, par contre ca a couté TRES cher dans son evolution (mais bon ca n’aide pas le mythe)

  3. Attention, il faut modérer certaines sommes annoncées. Pour le logo de l’ANPE par exemple, EuroRSCG a facturé le logo proprement dit 100.000 euros. Les 2,3 millions restants englobant les coûts de la refonte du site web, des supports de communication imprimés pour l’interne et l’externe, de la pose des enseignes, des aménagements visuels intérieurs (panneaux, bornes), etc… pour les 1000 agences de l’époque. Alors certes le logo seul a été facturé 100.000 euros quand même, mais il faut relativiser les 2,4 millions annoncés. Même chose pour Melbourne, Pôle emploi ou le CG des Landes.

  4. Au moins le logo de Melbourne est régulièrement cité dans les listes de meilleurs logos. Celui de l’ANPE pourrait au mieux être cité dans une liste des pires logos.

    Très intéressant ce visuel en tout cas. Dommage que l’on ne distingue pas le coût de réalisation de celui de mise en place.

  5. C’est sur celui de l’ANPE est vraiment a revoir, mais quelle est la part de responsabilite du client dans la creation aussi?
    Pas facile de tous les eduquer correctement, ca demande beaucoup de savoir-faire.

    Certains DA qui se trouvent dans des « grandes agences » sont des fois les memes que l’on retrouvera plus tard dans des studios, leur talent sera tjrs le meme, seul le contexte aura change 😉

  6. Si les 500 000€ du pôle emploi comprennent également le site, c’est là une belle arnaque… Jamais vu de toute ma vie un site aussi inefficace et inoptimisé. Une blague quoi !

  7. @Aurels:

    Merci à Aurels de rappeler un principe tout simple : poser un « prix » à côté d’un logo ne rime à rien. Que prends-t-on en compte : la seule création graphique ? Le déploiement ? La stratégie de marque ?

    Quant aux qualités graphiques de tel ou tel logo, c’est comme les gouts et les couleurs, on aime on aime pas… peu importe, ce n’est pas à cela qu’on peut juger si un logo est réussi ou pas. La vraie question c’est : « répond-il aux objectifs fixés? » Mémorisation, adhésion…. bref des trucs qui s’obtiennent après un bon quali/quanti et pas seulement l’avis des collègues 😉 .

  8. qu’apporte le prix ? juste le logo ou la com’ avec ?
    et puis il faut aussi relativiser les 35$ de Nike, rare sont désormais les graphistes à travailler pr si peu, c’était vrai avant…mais maintenant..
    il faut aussi prendre en compte le fait que ces logos ne datent pas tous de la même année… et tenir compte des données propres à chaque année… ( comme pour le chômage ! 😉 )

  9. Au lieu de mettre autant d’argent dans leurs logos, l’anpe et popol emploi auraient mieux fait de l’utiliser pour les services aux chômeurs. En plus leurs logos ne donnent pas envie d’aller chercher du boulot..

  10. Je trouve le logo de l’ANPE plutôt bien (peut-être la tyupo un peu inappropirée!) Mais c’est certainement le projet le moins intelligent si l’on réfléchit à sa longévité!!! Car maintenant c’est le pôle emploi! sic! (grand connaisseur du sujet!)

  11. Attention à ne pas faire d’amalgame entre le prix affiché et le coup global de la com (déjà souligné très justement pas Aurels).
    Très facile comme procédé, mais très peu réaliste également. Afficher cette info en brut, sans décryptage, est contre-productif. Elle participe simplement à la tendance actuelle du « Moi, je l’aurais mieux fait et pour moins chère ! ». C’est dans le sens du vent, mais c’est surtout déprimant de la voir relayer sur des blogs consacrés au graphisme.

  12. La plupart de ces logos sont vraiment moches.
    Celui de la ville de Melbourne se détache largement.

    Et oui, c’est sûr, il faut prendre en compte pas mal de critères (l’année de création, ce qu’englobe le prix du logo) mais les différences restent frappantes.

  13. Il faut mettre en avant le fait que les prix des logos englobent très souvent la cession de droits d’utilisation, et ça coûte cher, très très cher (exclusif, mondiale, plusieurs années, …).

    Hey Mr Bediez, je vous retrouve partout où je vais 😳

  14. Bonjour,

    Je me permets d’ajouter une petite précision au propos : Les écarts de prix présentés ici sont disproportionnés si l’on considère tous ces logos comme des prestations « identiques », or elles ne le sont pas.

    Un logo est une œuvre de l’esprit au sens ou l’entend le Code de la Propriété intellectuelle. A ce titre son auteur (ou son ayant droit) doit être rémunéré à hauteur de l’ampleur de la diffusion ou de l’exploitation de son œuvre. Cette disposition légale permet aux auteurs français (en théorie) d’être rémunérés à hauteur de la diffusion de leurs œuvres.

    Ce qui fait le prix d’un logo, ça n’est donc pas seulement le poste « réalisation de la commande », le temps de sa réalisation ou ses qualités graphiques, mais c’est aussi et surtout le poste « cession de droits d’auteur ».

    Il est évident qu’avec les diffusions importantes des logos présentés ici, la majorité de leurs couts est représenté par les cessions des droits d’auteurs.

    Si un graphiste vend un logo moins de 1500 €, même à une PME, c’est certainement qu’il a renié ses droits d’auteur et qu’il les à cédé gratuitement ou presque.
    Etant donné que les auteurs sont tout de même sensés vivre majoritairement de la cession de leurs droits contre rémunération, ça ne valorisera personne s’ils travaillent gratuitement.

    Il ne faut donc pas s’offusquer des tarifs présentés ici, parce qu’ils sont pour la plupart justifiés par des montant des cessions de droits d’auteur légitimes et calculés de façon réaliste.

  15. Bon, moi, j’en ai vendu qu’un seul, en 2001 pour 1500 euros (une fortune pour l’étudiante inscrite à la maison des artistes que j’étais)
    Ca comptait :
    – Un cahier de tendances
    – Trois axes de recherche
    – La finalisation, et déclinaisons CMJN, RVB et N&B
    – Création de la charte graphite (correspondance, fond, interdits, tout ça…)
    C’est comme ça qu’on faisait à l’époque. (jadis…)
    Mon seul logo vendu. Proud ! Depuis, la dite boite a déposé le blan et je me suis reconvertie… Mais surtout, vous pouvez crever pour le voir. #TopSecret

  16. Le prix payé par aux agences ne me choque pas… toujours

    Mais je serais bien curieux de savoir combien touche le créa du logo eu sein de l’agence. Et combien touche ceux qui on planché sur des propositions non retenues.

  17. Il faut en effet comprendre ce qui se cache derrière ces prix. Il s’agit souvent pour les gros montants d’une refonte globale de l’identité, avec de la stratégie et la production de nombreux supports.

    Par contre niveau inspiration sur le fameux ANPE, on avait accusé à l’époque EURO RSCG de copier une entreprise italienne, mais j’ai vu une chose plus intéressante ! suivez le lien :

    http://www.cateringpor.pt

    Qui de l’œuf ou la poule… je ne sais pas.

  18. @Agence référencement

    C’est sûr que l’on ne va pas facturer au même prix le boulanger de la rue d’en face qu’une grosse agence comme pôle emploi 😆 .

    Pour les conseils régionaux/mairies etc… n’oubliez pas que ce sont des financements publics, donc des appels à projets (publics) soumis à une commission d’examen. Bon après quand à savoir si la commission est qualifiée (et surtout compétente) pour choisir le prestataire là c’est une autre question.

    Par contre concernant l’ANPE je n’ai jamais compris pourquoi ce n’est pas EuroRSCG qui a du payer les dommages et intérêts ou pourquoi l’ANPE ne s’est pas retournée contre eux (en plus ça aurait été bien fait pour eux, je les hais…)?

  19. @ffiii:

    Pour la petite histoire, je crois me souvenir que la graphiste qui avait réalisé ce logotype a réussie à négocier il y a deux ou trois ans un rattrapage plus que conséquent.

  20. Mouais… 2 300 000 € pour ( entre autre) la refonte du site ANPE … Y’en a un ici qui doit pas pointer souvent chez Pole Emploi, vu la bouse sans nom que c’est niveau ergonomie! :mrgreen:

  21. Comment peut-on publier un tel article de nos jours avec une telle méconnaissance du sujet ? C’est à la limite de la faute professionnelle.
    Certes, il y a des logos qui ne valent pas le prix affichés (encore que ce pseudo graphique ne tient pas compte de certains aspects) mais le plus grave c’est de placer le logo de Nike (1971) dans ce comparatif qui manque totalement d »impartialité. Là, mon poil c’est hérissé. A mes yeux, c’est d’ailleurs ce logo qui décrédibilise complètement ce débat qui, pourtant, aurait pu être intéressant. Je conseille donc aux graphistes et autres créatifs en herbe de se renseigner un minimum sur l’historique de ce logo, histoire de remettre les choses à leur place. Je ne parlerai pas des autres logos, trop de confusions.
    Car via un visuel aussi peu documenté, on ne risque pas d’élever le sujet. Sortie de son contexte, nombre de débats ne valent plus rien et c’est ce qui est dangereux dans notre société actuelle, déjà bien en perte de repères sur la valeur des choses. Il y a encore du travail d’éducation à faire, surtout dans ce milieu, on rame, on rame…
    J’espère que tout ceci sera corrigé. Merci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *