Hello 🙂

Pendant ma pause du midi, je vous invite à regarder cet ensemble de travaux de Maurice Binder, ce fabuleux designer de génériques de films. Vous ne connaissez peut-être pas son nom, mais à coup sûr, vous avez déjà vu son travail ! En effet, il a réalisé notamment tous les génériques des films de James Bond 🙂 Dans la lignée de Saul Bass, son travail est enchanteur et, à mon sens, encore inégalé sur de nombreux points.

Sa biographie.

Né en 1925 à New York, Maurice Binder débute, comme nombre de créateurs de génériques, dans la publicité (pour les catalogues de Macy’s). Il part ensuite aux Studios Universal puis Columbia (côte ouest) comme directeur artistique. C’est en 1958 qu’une rencontre déterminante voit le jour : Maurice Binder travaille pour Stanley Donen (Indiscrétions), début d’un riche duo artistique. Maurice Binder s’installe ensuite à Londres où beaucoup de productions internationales sont tournés (et où les avantages fiscaux sont importants). C’est ainsi en 1962 que Maurice Binder créé les génériques de James Bond et son fameux emblème générique (la vision dans le tube à canon d’un pistolet). Binder a également crée les génériques pour des cinéastes internationaux tels que Roman Polanski, Franco Zeffirelli, Roger Vadim, Bernard Bertolucci ou encre Nagisa Oshima. Maurice Binder s’éteint en 1991 à Londres après une carrière très remplie, la filmographie qui suit n’est que très sélective.

Quelques génériques :


Charade, 1963


Dr No : Ultimate Edition Gunbarrel


The Wild Geese (1978)


The Billion Dollar Brain (1967)


Et juste pour le plaisir, Barbarella (1968)

Il y en a encore énormément que je souhaiterais vous faire découvrir, mais je vous invite à poursuivre votre recherche vous même sur Youtube. Aujourd’hui, je vois que les vidéos graphiques, élégantes et novatrices sont plutôt situées du côté du clip musical, mais heureusement, pas uniquement… d’ailleurs, si vous avez des exemples dans le même style, n’hésitez-pas ;-)

en (sa)voir plusen savoir plus [wikipédia]




2 commentaires

  1. Je viens de redécouvrir cette page. Moi aussi j’ai un faible pour les génériques de cinéma (j’ai été un gros consommateur par le passé). Je me suis toujours demandé quelles techniques étaient utilisées pour toutes ces animations ? Il y a des trucs très difficiles, des synchronisations improbables, surtout quand on joue avec les lettres. Une idée, un pointeur ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *