Bonjour à tous 🙂

J’espère que votre week-end du 10/10/10 était sympathique, pour ma part j’ai profité de mon dimanche pour me rendre à l’exposition Transe Forme de Jean Giraud – Mœbius à la Fondation Cartier. Invité par Marie-Hélène Hopscotch, j’ai donc pu assister en avant première à cette fabuleuse exposition retraçant le travail de Jean Giraud sous le thème de la transformation, de la polymorphie, de la métamorphose. Il faut avant tout que vous sachiez que les premières bandes dessinées que j’ai eu entre les mains et dont je me suis éperdument épris étaient les bandes dessinées de Mœbius (Mœbius est le pseudonyme de Jean Giraud pour son travail de science fiction). Ces lectures m’ont suivi toute mon adolescence jusqu’à aujourd’hui. Alors, vous imaginez mon plaisir en voyant tous les originaux, les peintures, et aussi les inédits (jamais publiés et jamais présentés au public!).

L’exposition

J’ai eu la chance d’avoir une visite guidée passionnante par la commissaire d’exposition Leanne Sacramone. Retraçant la vie de Jean Giraud et nous livrant quelques détails sur sa façon de travailler, de vivre, elle a su m’offrir une partie méconnue de l’artiste, tant par son dynamisme que par sa créativité. J’en profite pour remercier encore Leanne Sacramone 🙂

L’exposition se passe au sous sol et au rez-de-chaussée de la Fondation Cartier. Au rez-de-chaussée justement, on peut observer tout un parcours des œuvres sur différentes époques (années 70, 80, des choses assez récentes aussi), et différents thèmes (l’autoportrait, Blueberry, la métamorphose, etc.). J’ai également aussi été agréablement surpris par ces petits hauts-parleurs directionnels où l’on entend tantôt Jean Giraud raconter son travail, des anecdotes, son histoire, ses idées, tantôt des ambiances sonores pour nous plonger encore plus dans l’ambiance 🙂 Une autre surprise également, un film en 3D (de la 3D avec des lunettes) ! Vous savez peut-être que je ne suis pas fan de ces nouveaux films en 3D où l’on chausse une paire de lunettes pour pas grand chose. Et bien là, je me suis dit que l’équipe (AngeleFine & BUF Compagnie) qui a travaillé sur ce film (totalement en 3D) avec Mœbius avait tout compris à la 3D et à son utilisation parcimonieuse. En effet, on se retrouve réellement plongé dans une histoire spécialement créée pour la Fondation Cartier, une histoire courte, qui se passe de mots et qui vaut vraiment le coup d’œil.

Au sous-sol sont exposés des toiles magnifiques et impressionnantes de Jean Giraud, mais également des dizaines de croquis, de dessins. La couleur est également au rendez-vous avec des œuvres à part entière comme ces esquisses très élégantes réalisées pour le film le 5e Élément de Luc Besson. J’ai également retrouvé des souvenirs d’enfance en pouvant coller mon nez à tous les traits du dessin de Mœbius et en décortiquant son travail pour, humblement, m’en inspirer dans mes dessins ;-) On pourra également apercevoir un dessin d’un énorme quartz que Jean Giraud a réalisé à la Galerie de la Minéralogie (galerie que je vous recommande également, elle se trouve au Jardin des Plantes juste en face du Muséum d’Histoire Naturelle). Et voilà :p

J’en ai profité pour faire des photos et un petit film, je vous laisse donc découvrir tout ceci :


(une vidéo impressionniste avec ma fameuse technique du « à l’arrache »)

Bref, si vous êtes tentés d’y aller, c’est un gros coup de cœur pour moi, ça se passe à la Fondation Cartier à Paris (Métro Port Royal ou Denfert Rochereau), c’est tous les jours sauf le lundi, il y a également une nocturne le mardi ;-) Allez, hop hop hop, allez-y et dites m’en des nouvelles ;-)

le site de la Fondation Cartier | les photos | la vidéo




17 commentaires

  1. Bonjour,

    Je me suis rendue également à la fondation Cartier hier pour profiter de cette exposition qui me faisait très envie.
    Seulement, on a pas tout à fait vu la même chose, puisque ma visite s’est déroulée dans un espace bondé et surchauffé où il était quasiment impossible d’accéder aux vitrines du rez-de-chaussé, où les petits hauts-parleurs étaient peu audibles et où il était difficile d’accéder à des renseignements de la part du personnel présent.
    Je sais, c’était un vernissage, mais je suis quand même déçue de n’avoir pu en profiter vraiment.

    J’espère, pour les futurs visiteurs, que leurs conditions de visite seront plus proches des tiennes que des miennes !

  2. C’est juste dans ces moments là que j’ai envie de m’arracher les cheveux en me disant : « Mais pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii j’habite pas a Pariiiiiiiiiiis ?!? »

    Merci de ne faire un peu saliv…euh partager un bout de cette expo. Concernant la vidéo, Spielberg n’est plus très loin mon Geoffrey 😆

  3. Bonjour,
    Jean Duhamel, graphiste sur verre… Fan de Blueberry par Charlier et Giraud, j’ai reproduit, sur verre (90 x 130 cm), il y a une petite vingtaine d’années la couverture d’un album -La jeunesse de Blueberry n° 1-. Le rendu, gravé et peint à l’arrière du verre, est plus fort qu’une affiche. Je serais intéressé de le faire voir à Jean Giraud, voir de lui donner. Je viendrai voir l’expo. Cordialement. J.D.

  4. Salut,

    Juste un merci pour la mise en ligne de photo de l’expo de l’excellentissime Moebius… De Nouvelle-Calédonie (Pacifique Sud) ce n’était pas évident d’y avoir accès. Longue vie à ce blog. A+

  5. Je m’étais également rendue à l’exposition. Elle reste bien ancrée dans ma mémoire ; c’était une très belle expo et je suis ravie de m’être déplacée. Le film en 3D, au sous-sol, était impressionnant. J’avais manqué ton article, c’est cool que tu aies fait la promo de l’expo. Bises ! Anaïs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *