200

Cette après-midi, 

Voici le premier projet de film d’animation réalisé par Tim Divall, un jeune étudiant du Royal College of Art (RCA), une université de Londres (la seule école au monde à proposer des études post-graduées dans le domaine des arts, du design et de la communication). Cette petite histoire poétique est celle d’un jeune garçon troublé par la perspective de grandir dans un monde d’adultes…

Petit moment intriguant… 🙂




Un commentaire

  1. Vraiment très intéressant… C’est une vision très macabre que nous offre l’auteur sur la perspective de grandir. Selon son oeuvre, on voit clairement que pour lui, les adultes « planent » et ne sont que des ballons remplis d’air (on dirait par ailleurs du gaz à pot d’échappement, accentuant la connotation « nocive » du fait d’être adulte). Ils se détachent de la vie réelle, ne voient plus ce qu’il y a réellement à voir, pour ne devenir que des enveloppes vides. Ainsi, le petit garçon emmène son ballon loin de la ville, au bord de la mer: l’air impur se dissipe.
    Mais le jeune garçon, redoutant l’instant fatidique, est cerné de près par cet air impur qui le corrompra bientôt: la fin de l’enfance.

    PS: c’est un point de vue tout à fait personnel, il se peut que je sois complètement à côté du message passé par l’auteur!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *